Insécurité en Afrique: Jacob Zuma pour une force de réaction rapide | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France | Insécurité en Afrique: Jacob Zuma pour une force de réaction rapideeburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France
Insécurité en Afrique: Jacob Zuma pour une force de réaction rapide

Insécurité en Afrique: Jacob Zuma pour une force de réaction rapide

Alors que les chefs d’Etat présents au sommet de Paris ont déclaré la guerre au groupe islamiste Boko Haram, l’Afrique du Sud relance l’idée d’une force de réaction rapide sur le continent. Ce lundi 19 mai, le président sud-africain Jacob Zuma a exprimé son inquiétude face à la résurgence des groupes armés en Afrique et a appelé l’Union africaine à restaurer la stabilité sur le continent.

Nigeria, Kenya, Centrafrique, pour l’Afrique du Sud, une force africaine de réaction rapide est plus que jamais urgente. Ce lundi matin, Jacob Zuma s’est inquiété de la résurgence de violence au Kenya et en République centrafricaine. Il a notamment condamné l’enlèvement de plus de 250 lycéennes par la secte Boko Haram au Nigeria. Pour le président sud-africain, ces différentes crises sont la preuve qu’une force africaine qui peut intervenir sans délai est nécessaire.

L’idée n’est pas nouvelle. Pretoria en parle depuis longtemps, mais le projet avance lentement. Certains membres de l’Union africaine estiment qu’une telle force serait une perte d’énergie, de temps, et surtout de ressources.

 A (RE)LIRE : Force africaine de réaction rapide: le long chemin du concept à la réalité

Pour Jacob Zuma, le sommet de Paris le week-end dernier et la promesse par plusieurs Etats occidentaux d’assistance pour lutter contre le groupe islamiste, est un affront. L’Afrique du Sud s’est toujours faite le chantre d’une solution africaine aux problèmes africains.

Le président Zuma attend la prochaine réunion du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine pour relancer le projet. D’ici là, Pretoria doit envoyer une délégation au Nigeria à la fin de la semaine.

Source: RFI

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.