Insécurité: Quelques jours après le récent communiqué publié sur le Mont Péko, le siège du Midh cambriolé

Insécurité: Quelques jours après le récent communiqué publié sur le Mont Péko, le siège du Midh cambriolé

Dans la nuit du mercredi à jeudi dernier, le siège du Mouvement ivoirien des droits de l’homme (Midh), sis à Cocody-II Plateaux a été la cible de cambrioleurs.

Selon le directeur exécutif de ce mouvement, M. Amon Adongo, les malfrats ont emporté l’ordinateur de la secrétaire et mis tous les bureaux à sac. « Tout porte à croire qu’ils recherchaient des documents, parce qu’il n’y a pas d’argent à prendre ici », a-t-il réagi.

Interrogé sur un éventuel lien entre ces faits et le récent communiqué publié par l’organisation sur le Mont Péko, le directeur exécutif a indiqué qu’il appartient à la police de mener les enquêtes. Faut-il le rappeler, à la suite d’une enquête de terrain dans le Mont Péko, le Midh a publié le 13 mai dernier un communiqué qualifiant de « crime organisé » les prélèvements de 100 Fcfa effectués sur chaque kilogramme de cacao sortant du parc, à travers huit ports secs créés par les autorités administratives. «Ces ports secs sont contrôlés par des jeunes dont nous avons certains noms. Ces jeunes semblent être protégés par les autorités en charge de la sécurité du mont Péko, qui n’acceptent pas qu’on y ait accès pour en savoir davantage », a indiqué la mission du Midh dans le communiqué rendu public.

Dans ce même rapport, le Midh relevait également une justice allégorique de l’arbitraire, suite à l’arrestation de trois leaders des clandestins dont un opérateur économique burkinabé, Kiébré Seydou pour avoir dénoncé le crime sur la vente du cacao. En attendant les résultats de l’enquête de la police, c’est sens dessus dessous que le personnel administratif dudit mouvement a retrouvé hier matin ses bureaux.

Abou Traoré

Source: Le Sursaut

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE