Interviewé par RFI sur Gbagbo: Les mensonges éhontés de Jean-Marie Fardeau, de Human Rights Watch France

Interviewé par RFI sur Gbagbo: Les mensonges éhontés de Jean-Marie Fardeau, de Human Rights Watch France

Dans un entretien accordé à la radio française de service public destinée à l’étranger, Jean-Marie Fardeau attribue à Gbagbo des propos qu’il n’a jamais tenus. Et multiplie les incohérences intéressées.

Un jour, il faudra que des universitaires courageux se penchent méticuleusement sur le travail de l’ONG Human Rights Watch (HRW) sur la Côte d’Ivoire en particulier au cours de ces dix dernières années. En effet, nombre de responsables de cette officine qui dit défendre les droits humains, ont été pris à plusieurs reprises en flagrant délit de mensonge et de manipulation. Hier, Jean-Marie Fardeau, directeur France de cette organisation financée en grande partie par le spéculateur américain Georges Soros, que l’on dit proche d’Alassane Ouattara, s’est illustré, lors d’une interview accordée à RFI, par des mensonges renversants.

Le mythe du « dossier solide »

« Grâce » au refus de la CPI d’organiser à nouveau une audience publique après l’humiliation en « mondovision » de Fatou Bensouda lors de la première audience de confirmation des charges, et alors que le caractère extrêmement technique des documents échangés lors de ce « deuxième round » a de fait empêché l’opinion d’entrer dans le dossier, Fardeau peut affirmer sans sourciller que Bensouda a disposé de témoignages de « 108 personnes tout à fait nommées », alors que la quasi-totalité des témoins de l’Accusation se sont exprimés sous couvert d’anonymat. Il parle de « témoignages extrêmement précis » là où ils se contredisent justement à foison. La juge belge Christine Van den Wyngaert disait fort à propos dans son opinion dissidente, que « le problème précédemment identifié concernant le recours aux ouï-dire anonymes demeure ». De qui se moque donc Fardeau ? 

Et pourtant : même les noms des médecins qui ont constaté les décès des victimes supposées brandies par l’Accusation sont cachés à la Défense, qui a été empêchée de contre-enquêter. Si Jean-Marie Fardeau se précipite sur les ondes de la radio la plus écoutée en Afrique subsaharienne francophone pour donner du crédit au dossier Bensouda, c’est parce qu’il sait que ses faiblesses seront à juste titre pointées, et qu’il veut par avance lui sauver la mise. Alors qu’il devrait se soucier d’une application scrupuleuse du droit, il refuse obstinément d’entrer dans le fond des réserves de la juge belge Christine Van den Wyngaert, se contentant de supposer qu’il y a encore du travail à faire. C’est indigne ! Que penserait-on, dans le cadre des justices nationale de démocraties occidentales, d’une organisation de défense des droits de l’Homme à ce point soucieuse de défendre la réputation d’un procureur controversé, sans grand souci de la présomption d’innocence qui est due aux accusés ? Imposture !

Plus profondément, Jean-Marie Fardeau affirme que le dossier Bensouda est « extrêmement complet » pour dire tout de suite après que Human Rights Watch « n’a pas connaissance du dossier de la procureure ». Comment peut-on juger de ce qu’on ne connait pas ? Ignominie !

L’énorme mensonge sur les « partisans » de Ouattara prétendument traités de « rats d’égoût » par Gbagbo

Dans son interview accordée à RFI, Jean-Marie Fardeau remet « sur le marché » un mensonge grossier contenu dans le rapport consacré à la Côte d’Ivoire publié par HRW et qui s’intitulait « Ils les ont tués comme si de rien n’était ». « Nous, Human Rights Watch, et d’autres organisations, avions déjà témoigné et rapporté le fait que Laurent Gbagbo lui-même s’était exprimé à la radio, notamment pour appeler à l’érection de barrages dans la ville d’Abidjan pour bloquer les partisans de Ouattara, en appelant à dénoncer tous les étrangers qui étaient suspectés d’être des soutiens de Ouattara, notamment les migrants ouest-africains, et en traitant les partisans de Ouattara de « rats d’égout » », affirme-t-il. Or ces propos n’ont jamais été prononcés par Gbagbo, encore moins à la Radio. Contrairement aux pratiques en vigueur, HRW se garde bien de citer sa source avec précision concernant ses propos. Evoqués en page 5 du rapport « Ils les ont tués comme si de rien n’était », dans la partie « résumé », sans la moindre référence de bas de page, ils disparaissent totalement du corps du rapport. Qui n’en parle plus du tout. 

Fort curieusement, on retrouve des propos qui leur ressemblent à la page 49. Mais ils ne sont pas de Laurent Gbagbo, mais du journaliste K.K Maurice du quotidien Le Temps. Ils ne désignent pas « les supporters d’Alassane Ouattara » mais « les rebelles » et leurs « mercenaires burkinabé » qui affrontent les forces loyalistes à Abobo. Bien entendu, ces propos sont extrêmement durs, comme ils peuvent l’être en temps de guerre ouverte. Une chose est sûre : les avocats du président Gbagbo gagneraient à porter plainte contre Jean-Marie Fardeau, pour dévoiler à la face du monde ses manipulations.

Le deux poids deux mesures de Fardeau

Le directeur « France » de Human Rights Watch affirme que nul n’est besoin de preuves remises à Fatou Bensouda par la France pour « alimenter un dossier pour le procès de Laurent Gbagbo », parce que « c’est lui qui dirigeait directement les Forces de sécurité (FDS) dans la période post-électorale ». Si l’on suit cette logique, c’est qu’Alassane Ouattara, qui était le chef des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) durant la même période, devrait tout logiquement se retrouver en procès, lui aussi. Mais Fardeau appelle plutôt à juger ceux, qui dans le camp Ouattara, se sont rendus coupables de crimes contre l’humanité. Et non Ouattara lui-même. Pour lui, la justice revient à s’acharner contre le chef politique d’une armée régulière, et à livrer des lampistes au service du chef politique d’une rébellion soutenue par l’Occident et qui a finalement eu le dessus. 

Par ailleurs, il endosse sans la moindre réserve le chiffre de « 548 personnes qui auraient été exécutées » par les pro-Ouattara alors qu’il est sorti du chapeau de la présidente d’une Commission d’enquête contrôlée de bout en bout par le pouvoir, et qu’il est objectivement le fruit d’une sous-estimation volontaire. Dans la mesure où seulement dans le département de Duékoué, voire dans le quartier « Carrefour » uniquement, le nombre de victimes des milices pro-Ouattara est supérieur à ce chiffre fantaisiste.

Théophile Kouamouo

Source: Le Nouveau Courrier

About admin

One comment

  1. Oui il faut “vaincre au coeur même de l’ennemi!” donc utiliser leurs propres armes: les poursuivre partout en juustice. Poser plainte contre Human Right et contre le directeur France de cette organisation car ce mensonge est une négation du droit d’humain et perpétue le mépris de l’homme africain.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.