Italie : En Calabre, les migrants africains exploités dans les champs par des réseaux mafieux

Italie : En Calabre, les migrants africains exploités dans les champs par des réseaux mafieux

L’Italie continue d’accueillir chaque jour des migrants sur son sol, souvent sauvés au large de la Libye. En Calabre, l’enfer continue dans les champs, où ils sont exploités comme quasi esclaves par des réseaux mafieux.

Les chiffres défilent sans être relevés systématiquement, mais chaque jour, l’Italie continue d’accueillir des migrants sur son sol, après avoir été sauvés au large de la Libye. Ce phénomène massif – près de 200 000 migrants ont été débarqués en 2017 – s’accompagne de l’exploitation de cette misère par des réseaux peu scrupuleux et même par la mafia. Ainsi, en Calabre, à l’extrême-sud de l’Italie, tout un marché de travail illégal s’est mis en place autour des migrants africains. Ils sont exploités comme main d’œuvre dans les champs, sans aucun respect des normes.

“Ils t’exploitent le plus possible”

Dans la campagne aride de Calabre, les ouvriers sont logés sous des tentes ou dans des blocs de béton bâtis à la va-vite, sans eau sans électricité. On aperçoit ces Africains dans les champs alentour : certains gardent les troupeaux, la plupart font les récoltes. Agrumes et pommes de terre l’hiver, tomates l’été. “Tous les jours, on se réveille à 5h du matin, témoigne ce Gambien, âgé de 40 ans, qui parle sous anonymat. On attend à des carrefours que les caporaux viennent nous prendre. Le travail est très dur, tu fais la cueillette 10 heures par jour. Parfois on a des contrats, mais ce sont des bouts de papier, qui n’ont aucune valeur. Il peut être écrit 40 euros dessus et tu es payé la moitié. Ils t’exploitent le plus possible.”

Le dispensaire de l’ONG Emergency est la seule structure dédiée à ces personnes. Jean De Dieu y est infirmier et soigne des blessures aux mains, aux pieds, et des lombalgies. Les patrons, eux, il ne les voit jamais.

Certains gérants ont vendu des migrants à des exploitants

Personne ne dénonce et pourtant la situation empire, constate la procureure Marisa Manzini qui, grâce à une récente loi votée à l’automne, a démantelé toute une filière le mois dernier, fait interpeller 16 personnes dans la province de Cosenza.

Lire la suite sur francetvinfo.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*