Jean-Christophe Cambadélis (Patron du PS) accusé d’usurpation de diplômes et de plagiat. Voir la thèse numérisée par Mediapart | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Jean-Christophe Cambadélis (Patron du PS) accusé d’usurpation de diplômes et de plagiat. Voir la thèse numérisée par Mediapart
Jean-Christophe Cambadélis (Patron du PS) accusé d’usurpation de diplômes et de plagiat. Voir la thèse numérisée par Mediapart

Jean-Christophe Cambadélis (Patron du PS) accusé d’usurpation de diplômes et de plagiat. Voir la thèse numérisée par Mediapart

Le premier secrétaire du Parti socialiste aurait usurpé deux diplômes et plagié un de ses livres selon un journaliste de Mediapart. Il dément fermement. 

Révélations, accusations. Jean-Christophe Cambadélis aurait fabriqué un faux diplôme pour obtenir un doctorat, qui serait donc usurpé. Le premier secrétaire du Parti socialiste aurait également publié un livre en plagiant allègrement deux anciens proches. C’est en tout cas ce que rapporte Laurent Mauduit (article abonnés), journaliste à Mediapart, dans “son livre choc”, À tous ceux que ne se résignent pas à la débâcle qui vient (Éditions Don Quichotte, en libraire le 18 septembre).

“C’est du très grand n’importe quoi”, a réagi auprès de l’AFP Jean-Christophe Cambadélis, qui avait d’ailleurs refusé de répondre à l’auteur.

>> Consulter sa lettre de refus ici.

Selon ce livre, le premier secrétaire du Parti socialiste aurait obtenu son doctorat de troisième cycle de sociologie à Jussieu et soutenu sa thèse alors même qu’il n’avait pas les diplômes antérieurs requis. Mediapart en publie les bonnes feuilles mercredi.

“Ni licence, ni maîtrise”, mais des amis bien placés

“En 1984, il n’a ni licence, ni maîtrise, ni, a fortiori, DEA”, affirme le journaliste. Selon lui, Jean-Christophe Cambadélis parvient alors à faire fabriquer un “faux diplôme universitaire (DU)” dans une université parisienne “je sais exactement dans quelle université parisienne, sur quelle photocopieuse et avec quelles aides”, précise le journaliste de Mediapart. Le diplôme, qui porte l’en-tête de la faculté du Mans -et qui aurait été utilisée à la même époque par plusieurs autres dirigeants de la mouvance UNEF-MNEF selon le site d’informations- est un faux trop grossier, et il ne l’utilisera pas directement pour s’inscrire à l’université de Paris VII-Jussieu en doctorat.

L’actuel premier secrétaire du Parti socialiste dispose alors “d’un allié dans la place”, Pierre Fougeyrollas, son directeur de thèse, également résistant communiste, sociologue et anthropologue venu enseigner à Jussieu. Celui-ci a rejoint “en 1974 l’Organisation communiste internationale (OCI) et s’est lié d’amitié avec Pierre Lambert”, dirigeant de l’organisation trotskiste, dans laquelle Jean-Christophe Cambadélis a milité dans les années 1970.

Jean-Christophe Cambadélis se permet d’envoyer un dossier d’admission en doctorat à l’université de Jussieu… qui ne comporte pas le fameux diplôme universitaire contrefait. Etonnée, l’administration “s’entend répondre que Pierre Fougeyrollas” a donné l’assurance d’avoir vu les diplômes requis pour l’inscription. Le directeur de thèse et professeur a-t-il été abusé ou complice? L’auteur ne répond pas. Quoi qu’il en soit, cela suffit pour que Cambadélis décroche l’admission.

Un jury composé d’amis

Selon l’auteur du livre accusateur -qui fut aussi militant à l’OCI et dirigeant de l’Unef au milieu des années 1970-, contrairement à ce qu’affirmait la biographie de l’actuel patron du PS sur sa page Wikipédia (jusqu’à mercredi, celle-ci ayant été modifiée ce jour), sa thèse n’a pas été soutenue en 1987 mais en 1985. Mieux, le sujet de sa thèse ne porte pas sur “les mouvements sociaux sous la Ve République” mais s’intitule “Bonapartisme et néocorporatisme sous la Ve République”.

Voir l’introduction de la thèse numérisée par Mediapart ci-dessous:

Introduction de la these de Cambadelis

Voir aussi les références de la thèse sur la base de donnée de Nanterre et sur le site de l’Atelier national de reproduction des thèses.

Laurent Mauduit ajoute qu”‘en juin 1985, Cambadélis soutient sa thèse et obtient haut la main son doctorat”. Le jury qui le lui accorde “présente cette singularité” de compter parmi ses membres Pierre Fougeyrollas mais aussi Gérard Namer, professeur de sociologie et universitaire socialiste avec lequel Cambadélis (…) a créé peu avant des sections Force ouvrière dans l’enseignement supérieur”, soutient l’auteur. Laurent Mauduit relève que sur son propre site internet, le patron du PS ne fait aucune allusion à ce diplôme. Et pour cause, la thèse “une logorrhée interminable (…), se révèle grossière dans sa démonstration”, tacle Mediapart.

Un premier livre “dont il n’est pas l’auteur”

Mais selon le journaliste Laurent Mauduit, Jean-Christophe ne s’est pas arrêté à l’usurpation de ses diplômes. Son premier livre, Pour une nouvelle stratégie démocratique, qui s’ouvre “sur un texte cultivé et passionnant”, n’est pas de lui. Le premier secrétaire du PS a tout simplement plagié le philosophe Pierre Dardot et le président de l’Unef de l’époque Philippe Darriulat.

Si ce dernier a probablement abandonné son texte à Cambadélis -qui n’a pas pris la peine de le citer-, Pierre Dardot, lui, n’a pas apprécié que Cambadélis s’approprie ses écrits. “Quand il relate l’anecdote, Dardot ne peut s’empêcher de montrer sa sidération devant une telle audace. Et, dans un rire généreux, il conclut: ‘Je ne suis même pas sûr qu’il m’ait dit merci [de ne pas avoir porté plainte]'”, relate Mediapart.

Source: L’express.fr

—————————————————-

Jean-Christophe Cambadélis nie avoir “usurpé” ses diplômes et accuse le journaliste de Mediapart “d’instruire son procès” politique

POINT PAR POINT – Jean-Christophe Cambadélis l’assure : ses diplômes ne sont en rien usurpés. Le premier secrétaire du PS avait déjà réagi auprès de l’AFP aux informations du journaliste de Mediapart (article payant) Laurent Mauduit, qui affirme que le chef du parti socialiste a obtenu son doctorat de manière frauduleuse.

À l’AFP, Jean-Christophe Cambadélis avait balayé ces informations d’un simple “c’est du grand n’importe quoi”. Voilà qu’il envoie désormais un communiqué pour s’expliquer en détails :

Il y a près de quarante ans étudiant en licence, j’ai obtenu une dérogation de l’Université Paris VII-Jussieu – signée par le Président de l’Université de l’époque Jean-Jacques Foll – pour m’inscrire en maîtrise, c’était légal et usuel, dans le cadre d’une inscription sur compétences acquises. J’ai obtenu ma maîtrise puis j’ai passé mon doctorat de 3ème cycle.

D’après Laurent Mauduit, le patron du PS a passé et obtenu sa thèse dans les années 80 à l’université de Paris VII-Jussieu, sans posséder pour cela les diplômes préalables requis. “En 1984, il n’a ni licence, ni maîtrise, ni, a fortiori, DEA”, affirme le journaliste dans son livre À tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient.

Jean-Christophe Cambadélis aurait alors fait fabriquer un “faux” afin de pouvoir s’inscrire à l’université de Paris VII-Jussieu, grâce à “un allié dans la place, en la personne de Pierre Fougeyrollas. Résistant et communiste, le sociologue et anthropologue” a rejoint l’OCI en 1974, précise Laurent Mauduit, qui affirme :

S’étonnant que le dossier universitaire de Jean-Christophe Cambadélis ne comprenne pas les pièces nécessaires, et notamment aucune copie de ses diplômes antérieurs, [des fonctionnaires de l’administration de l’Université Paris VII de l’époque] se sont entendu répondre que Pierre Fougeyrollas avait donné l’assurance qu’il avait vu les diplômes requis pour l’inscription. Les mêmes témoins assurent que ce genre de procédé n’était jamais arrivé avant, ni depuis.

Un démenti également émis par l’université en question. Dans un communiqué, Paris VII indique que le “cursus universitaire de M. Cambadélis dans l’établissement ainsi que l’obtention de son doctorat se sont réalisés de manière tout à fait régulière”, après vérification.

Jean-Christophe Cambadélis et Laurent Mauduit ont un passé commun au sein de différentes organisations politiques. À l’UNEF d’abord (syndicat étudiant proche du PS), à l’OCI (Organisation Communiste Internationale, organisation trotskyste) ensuite. Jean-Christophe Cambadélis accuse aujourd’hui le journaliste d’instruire son “procès” politique et dénonce des “vengeances et mesquineries d’un autre temps” :

A l’UNEF, la MNEF et l’OCI (organisation trotskyste) [Laurent Mauduit] a toujours fait partie de mon parcours. Mais voilà !Depuis notre sortie de l’OCI en 1985, il instruit mon procès car je suis entré au Parti socialiste qui n’est plus pour lui un parti de gauche. Ces vengeances et mesquineries d’un autre temps, relayées par la droite dure dans “Valeurs actuelles” ne me détourneront pas du combat qui est le mien : Reformuler (sic) le Parti Socialiste et agir avec lui pour le redressement du pays

D’après Laurent Mauduit, Jean-Christophe Cambadélis aurait également plagié les écrits du philosophe Pierre Dardot et de l’historien Philippe Darriulat. Des écrits retranscrits dans son premier livre, Pour une nouvelle stratégie démocratique, selon le journaliste.

Tout juste a-t-il pris la plume pour rédiger une brève introduction, dans un français approximatif, et une conclusion tout aussi rapide. Il a également reproduit sur une quarantaine de pages un extrait de sa thèse de doctorat. Le reste, c’est-à-dire les quatre cinquièmes du livre, il n’en a pas écrit une ligne“, assène le cofondateur deMediapart.

Là aussi, Jean-Christophe Cambadélis donne sa version des faits :

Quant au livre ‘Pour une nouvelle stratégie démocratique’, il fut bien écrit il y a trente ans à plusieurs mains, même si j’en suis l’auteur principal. Pierre Dardot n’a pas voulu le signer estimant à l’époque que ‘ce livre m’appartenait’.

Laurent Mauduit n’ignorait rien de cet épisode. 

Dans cet ouvrage, Laurent Mauduit affirme également que Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement, a appartenu au Gud, groupe d’extrême droite très violent, dans sa jeunesse. Une affirmation démentie “catégoriquement” par l’intéressé auprès du Lab.

Edit 18 septembre, 7h30: ajout du communiqué de l’université.

Source: Europe1.fr

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.