Jérôme Kablan Brou, un cadre du PDCI à propos des manifestations des jeunes contre la validation de la candidature de Ouattara «je soutiens ces manifestations dans la mesure où c’est justifié»

Jérôme Kablan Brou, un cadre du PDCI à propos des manifestations des jeunes contre la validation de la candidature de Ouattara «je soutiens ces manifestations dans la mesure où c’est justifié»

Jérôme Kablan Brou, un cadre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, allié au pouvoir) appelle Henri Konan Bédié, le président de sa formation, « à parler » au chef de l’Etat Alassane Ouattara « pour calmer le jeu » politique en vue d’une présidentielle « apaisée », dans un entretien à ALERTE INFO.

Le Conseil constitutionnel a invalidé votre candidature à la présidentielle pour entre autre raison, le cautionnement des 20 millions FCFA non reçu, comment jugez-vous cette décision ?

Il y a deux motifs: Mes papiers sont anciens, cela est faux parce que j’ai déposé les papiers qu’il fallait. Le deuxième, c’est que je n’ai pas versé mon cautionnement et cela s’explique par le fait que j’avais déposé une requête en récusation des magistrats.

J’admets que par cela même les animateurs du Conseil constitutionnel se soient sentis offensés quelque part, parce que je demande qu’on les récuse. Je ne reconnais pas la valeur d’un Conseil dont la composition presque dans son entièreté relevait du seul pouvoir du chef de l’Etat qui de plus est candidat à sa propre succession. J’ai trouvé que ce ne soit pas juste que ce soit ce conseil qui se prononce sur les différentes candidatures y compris celle de M. Ouattara.

Le jour où la Cour me signifiait qu’elle était incompétente pour traiter ce dossier, le Conseil constitutionnel se prononçait sur la recevabilité des candidatures, de ce fait à l’avance j’étais forclos d’une manière ou d’une autre.

A bien dire les choses, il vaut mieux que je n’aille pas à cette élection, je ne voudrais même pas qu’il y ait d’élection pour préserver la paix, qu’on trouve d’autre voix pour mettre les Ivoiriens d’accord.

M. Essy Amara dont la candidature a été validée a aussi introduit une requête contre l’éligibilité du président Alassane Ouattara, qu’en pensez-vous ?

L’article 35 de la Constitution fait débat, notre constitution est claire. Pour être élu président, il y a des critères, j’ai été forclos à cause de ces critères, mais je me sens républicains et démocrate. J’accepte le rendu parce que je respecte la Cour suprême, je n’en fais pas de commentaire.

Le chef de l’Etat devait donner l’exemple pour dire que lui aussi respecte la Constitution, si l’article 35 lui faisait grief c’est à lui d’être sage, il ne devrait pas insister.

La requête d’Essy Amara, pour moi, est fondée, M. Ouattara a été élu président sur une base exceptionnelle. M. Gbagbo a commis cette erreur de signer le décret pour dire tout le monde se présente, il n’aurait pas pris ce décret, on n’en serait pas là.

M. Ouattara n’est pas éligible, ce n’est pas un secret mais il y a autour de lui des gens qui veulent qu’ils restent là parce qu’ils en tirent profit. C’est ce passage en force que certains candidats récusent dont Essy amara qui a eu le courage de demander qu’on le récuse, je salue son courage.

Allez-vous soutenir l’un des trois candidats de la CNC, après l’invalidation de votre candidature ?

Bien sûr, je suis un de ses membres fondateurs, c’est une lutte qui continue. Quand je dis lutte, ce n’est pas au sens d’aller se battre. Il y a une vision que nous partageons avec les fondateurs et les membres de la Cnc (Coalition nationale pour le changement, regroupement des partis de l’opposition) qui grandit c’est là qu’on trouve la vraie opposition à mon avis.

Je vais continuer à donner ce que je sais, convaincre ceux que je peux pour dire qu’il faut éviter d’aller à la présidentielle dans ces conditions, si on devait y aller, la Cnc va se réunir pour aller de façon consensuelle à cette élection, désigner un candidat. Il y en a trois qui sont retenus, j’estime qu’on ne peut pas dégager trois candidatures de la Cnc, ce serait un désordre.

Si on le fait, Jérôme Kablan Brou, va soutenir et battre campagne pour ce candidat mais mon problème c’est qu’on n’aille pas à cette élection de la catastrophe.

C’est M. Bédié qui devait appeler à l’apaisement. Il a un grand rôle à jouer dans ce qui est en train de se préparer, c’est lui qui devait calmer le jeu, parler à M. Ouattara. En un mois et demi on peut accomplir tellement de choses.

Lequel des trois candidats allez-vous choisir ?

Je ne peux pas anticiper, il faut qu’entre candidat ils se concertent, qu’on se donne le mot pour que la Cnc se prononce, on va voir, on n’imposera personne, on dégagera celui qui a le meilleur profil, qui offrira les meilleurs chances de victoire, autour de qui on pourrait rassembler le plus d’Ivoiriens, si on devait y aller. Je ne peux pas me prononcer dessus en tant qu’individu seul.

Tous les trois méritent d’être présidents de la République, on va les recevoir, ils vont argumenter, par consensus on va désigner un candidat de la Cnc.

La jeunesse a appelé à des manifestations jusqu’à ce que le président se plie aux exigences de la CNC, quel est votre avis ?

Je trouve que la jeunesse est courageuse et c’est son rôle d’ailleurs, cette jeunesse qui est sortie pour manifester, je trouve qu’elle a le droit d’aller s’exprimer.

Il y a une grande partie de la jeunesse de la CNC qui est partie dans la rue, même si on ne lui a pas dit, aujourd’hui elle agit et on va cautionner des choses. Je suis navré que ce soit les jeunes qui se portent devant cette scène, il y a des adultes, ce sont les candidats qui ont été retenus qui peuvent aller devant la scène, parce qu’on ne peut pas trop les toucher.

Vous soutenez donc ces manifestations ?

Dans la mesure où c’est justifié, parmi ceux qui marchent, il y a des jeunes des deux camps, j’apprends qu’on a brûlé des cars, des bus, ce n’est pas la Cnc. Ces jeunes, eux-mêmes s’encadrent pour ne pas répondre à aucune provocation, les jeunes qui cassent sont des voyous.

Croyez-vous que les conditions que vous exigez seront réunies avant la présidentielle ?

Dans ce contexte précis je n’y crois pas, M. Ouattara est fermé à tout et s’il va dans ce contexte là, dans ces dispositions qu’il nous offre, j’ai peur que ça flambe encore, il le sait.

Par Edwige Fiendé

Source: Alerte info

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.