John Jerry Rawlings au peuple burkinabé : « Ne perdez jamais ce courage que vous avez montré pour chasser Blaise Compaoré»

Le lundi 2 octobre 2017 au stade municipal Issoufou Conombo de Ouagadougou, le peuple a burkinabé a célébré son illustre fils, feu le capitaine Thomas Sankara, disparu le 15 octobre 1987. Une cérémonie officielle de la « campagne de lancement des souscriptions volontaires » qui a connu le parrainage d’un autre illustre fils de l’Afrique, grande figure de la lutte pour la souveraineté, l’ancien président du Ghana John Jerry Rawlings.

« Ce que vous avez fait pour chasser Blaise Compaoré, c’est montrer plus de courage que lui il n’en a eu pour faire décoller cet avion défaillant. Ne perdez jamais ce courage », a déclaré John Jerry Rawlings à côté de qui était assis le président de la République du Faso Roch Marc Kaboré.

L’ancien président du Ghana est revenu sur les dissensions qui ont abouti à l’assassinat de Thomas Sankara à la tête de la révolution. Une révolution dans lesquelles Rawlings voit celle d’octobre 2014 qui a chaissé le dictateur Blaise Compaoré qui est plus lui « le fruit de l’arbre planté par le Président Thomas Sankara ». Avant d’ajouter que « il y a trois ans l’effort collectif d’une population déterminée à repousser une tentative d’usurper le pouvoir, la volonté, la force et la détermination du peuple sont venues à bout de l’oppression ». A déclaré devant les grains du stade bourrés comme un œuf. L’ancien président ghanéen a rappelé à son auditoire qu’il a connu le père de la révolution burkinabè d’août 1983 ce pourquoi, a-t-il poursuivi pour « partager l’une de ses convictions ».

Evènements qui ont poussé le capitaine Thomas Sankara, a encore déclaré Jerry Rawlings, à prendre la décision de changer le nom du pays pour le faire devenir Burkina Faso « pays des hommes intègres ». « Thomas Sankara a planté la graine des événements de 2014 » a déclaré l’ancien président ghanéen qualifiant d’« honorable » le voyage dans lequel le peuple burkinabè s’est engagé en voulant faire renaitre Thomas Sankara. Le président du Burkina Faso n’est pas resté insensible à ce florilège d’éloges.

« Il était important que nous reconnaissions au père de la révolution qui a été un symbole de combativité, un symbole qui a développé des valeurs dans ce pays, de pouvoir être reconnu et que sa mémoire puisse transgresser les âges, le pays et les nations », a laissé entendre le Président du Faso Roch Kaboré dans son discours de la cérémonie.

Les Présidents Roche Marc Kaboré et John Jerry Rawlings ont déposé leur contribution lors de la cérémonie officielle de la campagne de lancement des souscriptions volontaires ce même lundi 2 octobre 2017 au stade municipal Issoufou Conombo de Ouagadougou.  Le projet du mémorial Thomas Sankara, a indiqué le Colonel Bernard Sanou (ancien compagnon de route du père de la révolution), président du Comité international, « est le condensé de la philosophie et de l’idéal de Thomas Sankara ».

Même si le projet comporte plusieurs enjeux, celui politique prime à ses yeux. « Il s’agit de dépasser tous les clivages politiques et partisans pour se concentrer sur ce qui est essentiel, utile, vital : l’idéal du président Thomas Sankara pour oser inventer l’avenir », a expliqué le Colonel Bernard Sanou. Avant d’attaquer un autre pan de la lutte qui est celle de la souveraineté économique. Selon l’ancien compagnon du capitaine Thomas Sankara, l’heure n’étant plus aux grands discours, il est temps de passer aux actes comme l’a déjà fait le peuple nigérien qui a été le premier à avoir déjà mobilisé près d’un million de F CFA.

Simplice Allard

Source: letempsinfos.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE