Julian Assange : «D’autres infos beaucoup plus importantes vont sortir»

Julian Assange : «D’autres infos beaucoup plus importantes vont sortir»

Le fondateur de Wikileaks, invité au journal de 20 heures de TF1, est revenu sur les informations publiées par Mediapart et Libération mardi et mercredi. Et a aussi appelé la France à prendre la tête du combat contre les écoutes.

“C’est le début d’une série (de publications), les documents les plus importants restent à venir”. Tels sont les mots qu’a utilisé Julian Assange pour faire suite aux révélations des trois présidents de la République française mis sur écoute par les services secrets américains. Invité du journal de 20 heures de TF1, le fondateur de Wikileaks a par ailleurs précisé que les révélations de Mediapart et Libération “(étaient) le résultat d’une enquête de trois mois”. Avant de confirmer que “ce ne sont pas seulement des dirigeants français qui ont été ciblés, (…) mais aussi plusieurs autres membres du gouvernement français.”

Julian Assange est aussi revenu lors de cet entretien sur la teneur “politique” et les “raisons économiques” qui ont motivé les interceptions effectuées par la NSA.

Selon lui, les Etats-Unis “s’intéressent aux questions de politique intérieure de la France”. “D’un point de vue politique, ce qui va sortir sera encore beaucoup plus important”, a promis celui qui réside actuellement toujours à l’ambassade de l’Equateur à Londres. Assange et le “sale jeu” des États-Unis Julian Assange s’est aussi interrogé sur le rôle des Etats-Unis dans ces écoutes : “Dans la réalité des choses on nous dit qu’à l’avenir il n’y aura pas d’espionnage sur François Hollande, mais on ne dit absolument rien sur le passé”, explique-t-il. Avant d’expliquer que les écoutes des présidents français “touchent aussi indirectement leurs interlocuteurs”, politiques mais aussi entreprises et cabinets français. “Cela touche directement l’emploi en France”, a déduit Julian Assange. Le fondateur de Wikileaks a même tenu les Etats-Unis responsables… du chômage élevé en France. “Il y a une raison à ça : les Etats-Unis jouent un sale jeu (car) ils cherchent à marginaliser la compétitivité des entreprises françaises et de celles des entreprises européennes en général”, a-t-il expliqué.

Avant de préciser une autre “menace” que représenteraient Etats-Unis : “Les autorités américaines dépensent plus de 60% du budget mondial de renseignement, une menace pour la souveraineté de la France et de l’Europe”.

“Le moment est venu pour la France de prendre les rênes”

Le fondateur de Wikileaks a enfin tenu à souligner le rôle que doit jouer la France, estimant que “le moment est venu pour (elle) de prendre les rênes de la lutte contre les écoutes (…) afin de faire ce que l’Allemagne n’a pas fait”.

Julian Assange appelle par ailleurs la France à “lancer une enquête parlementaire” et à “demander au procureur de lancer des poursuites” contre les pratiques des services secrets américains. Avant d’avertir : “Si le signal de la France c’est la politique de l’autruche, alors à ce moment-là ce sera un signal clair qui sera envoyé aux Etats-Unis et à d’autres pays comme la Russie”.

Par Jean-Luc Mounier

Source: itele.fr

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.