Juppé parmi les 140 “maîtres du monde” du très secret groupe Bilderberg

Juppé parmi les 140 “maîtres du monde” du très secret groupe Bilderberg

140 participants issus de 22 pays ont rendez-vous en Autriche pour échanger dans la confidentialité la plus totale.

Cette année, les “maîtres du monde”, comme on les surnomme, ont choisi de se retrouver en Autriche. Le très secret groupe Bilderberg se réunira du jeudi 11 au dimanche 14 juin dans le village de Telfs-Buchen, près d’Innsbruck.

A huis clos, bien entendu. Banquiers, patrons de multinationales et responsables politiques discuteront à l’abri des regards.

L’obsession de la confidentialité

“Davos en plus fermé”, le Bilderberg est toujours le cercle le plus sélect de l’élite transatlantique. L’obsession de la sécurité et de la confidentialité est telle que le lieu exact de la rencontre est tenu secret jusqu’au dernier moment.

Tous les membres, sans distinction de titre, doivent accepter d’être assis par ordre alphabétique.

Le grand ordonnateur des agapes n’est autre qu’Henri de Castries, premier Français à présider le Bilderberg. PDG du groupe d’assurances Axa, il est aussi proche de Nicolas Sarkozy que de François Hollande, son camarade de la promotion Voltaire à l’ENA.

Des invités prestigieux

Le groupe Bilderberg, qui assure vouloir “promouvoir le dialogue entre l’Europe et l’Amérique du nord”, annonce sur son site la présence de 140 participants issus de 22 pays. Cette année, le groupe reçoit :

  • trois premiers ministres : Charles Michel (Belgique) et Mark Rutte (Pays-Bas) ;
  • un chef d’Etat, l’Autrichien Heinz Fischer ;
  • le patron de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem également ministre néerlandais des Finances ;
  • trois autres ministres de l’Economie ou des Finances : Jeroen Dijsselbloem (Pays-Bas), Mikael Damberg (Suède), Alexander Stubb (Finlande) ;
  • la ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen ;
  • le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg ;
  • le patron d’Airbus, Thomas Enders ;
  • mais aussi d’anciennes gloires de la droite libérale, comme Mario Monti, José Manuel Barroso ou Karel de Gucht.

Les Français Alain Juppé, Laurence Boone…

Parmi les Français invités, figurent :

  • Alain Juppé, maire de Bordeaux, candidat à la primaire de la droite (le groupe Bilderberg avait invité François Baroin en 2014, François Fillon et Valérie Pécresse en 2013…)
  • Laurence Boone, la conseillère économique du président français François Hollande (l’an dernier, le gouvernement était représenté par Emmanuel Macron et Fleur Pellerin)
  • Patrick Calvar, directeur de la sécurité intérieure (DGSI)
  • Jean-Dominique Sénard, patron de Michelin
  • Nicolas Baverez, essayiste (présent aussi en 2012, 2013 et 2014)
  • Laurent Bigorgne, directeur de l’Institut Montaigne, think-tank libéral
  • Gilles Kepel, universitaire spécialiste du monde arabe
  • Catherine Pégard, ancienne rédactrice en chef du “Point”, ancienne conseillère de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, désormais présidente du château de Versailles

Les thèmes retenus pour cette 63e conférence tournent autour de la sécurité, des technologies de l’information et des grands dossiers géopolitiques.

Théories du complot

Le groupe est né en 1954 dans un hôtel portant ce nom aux Pays-Bas. Son existence suscite une multitude de théories conspirationnistes, longtemps alimentées par l’absence totale de communication autour des réunions.

A croire les “conspirationnistes”, ce cercle, fondé en 1954 par un prince hollandais et un milliardaire américain pour endiguer le communisme, serait le “vrai gouvernement du monde“.

D’autres détracteurs reprochent à ce cénacle de défendre une mondialisation ultra-libérale.

Source: Le Nouvel Observateur

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.