Justice des vainqueurs‬ contre Simone Gbagbo : Du témoignage à haut débit de fausseté dans l’affaire Guy André Kieffer

Justice des vainqueurs‬ contre Simone Gbagbo : Du témoignage à haut débit de fausseté dans l’affaire Guy André Kieffer

Il a disparu miraculeusement dans les rues d’Abidjan depuis l’année 2004…

Des ivoiriens, comme Monsieur LEGRE, époux de la défunte soeur cadette de la première Dame Simone, en compagnie duquel il aurait été aperçu pour la dernière fois, ont été prestement arrêtés et internés à la Maca, courant mai 2004, alors surtout que leur statut de gendre de Simone Gbagbo était une présomption sérieuse de culpabilité…

Des juges d’instruction français, piétinant les règles basiques d’exécution d’une Commission Rogatoire, se sont eux-mêmes, hérétiquement, investis dans les enquêtes sur les causes et circonstances de cet “assassinat”, sur le territoire ivoirien….

Finalement, les membres de la famille du mystérieux ” assassiné” qui ont fini par soupçonner et accuser, le Président Gbagbo et “son clan “, d’empêcher le dénouement des enquêtes sur “l’assassinat de leur parent”, burent du champagne lorsqu’ils apprirent sa chute le 11 avril 2011…

Et depuis cette date, leurs partenaires qui étaient parmi les accusateurs de Gbagbo, sont aux affaires à Abidjan…

Le même ballet des juges français n’a pas faibli. Il s’est plutôt intensifié, l’environnement de l’enquête étant dorénavant propice..
Mais…….en vain ! L’affaire Guy André KIEFFER est calée en l’air !

Ces derniers temps, les membres de cette famille KIEFFER ne manquent pas d’occasions pour, dorénavant, clairement, accuser la couronne d’Abdjan dans les causes de la disparition de leur parent…

En réponse, le Ministre de la Justice de la République de Monsieur Dramane Ouattara, Monsieur COULIBALY Gnenema, magistrat hors hiérarchie par raccourci, n’a pas porté de gants pour leur envoyer que ” Rien ne dit que Guy André KIEFFER est mort”…

Sur ces entrefaites, sort de nulle part, un quidam, se disant adjoint du responsable d’un certain GPP, prétendument milice, au service de on ne savait trop qui, pour se présenter à l’audience du mardi 22 juillet 2016, à l’effet de leur sortir le “scoop” tant attendu par le régime…

Ainsi, ce fantaisiste témoin soutient, sous serment, que ses “chefs” lui ont dit, entre autres, que c’est “Simone Gbagbo” qui leur a demandé d’assassiner Guy André KIEFFER…

Que “son corps est introuvable parce que la même Simone Gbagbo leur a demandé d’incinérer le corps de Guy André KIEFFER”…

EXTRAORDINAIRE……..mais très facile et grotesque !

En effet, sans tenir aucun compte du mutisme surprenant que ce mystérieux témoin a observé depuis le 11 avril 2011, sans pouvoir invoquer de possibles menaces de mort, de la part du pouvoir Gbagbo, l’affaire semble, à tous égards, très mal ficelée par le pouvoir Dramanien, et cet énergumène de témoin ne semble pas moins sceller son existence.

C’est le lieu d’indiquer que, depuis la Haye à Abidjan, on observe chez certains compatriotes une perception simpliste du témoignage devant une instance judiciaire.

Ainsi, pour cette catégorie d’individus ayant vendu leurs âmes aux enchères à Satan, pour des pégadilles, il suffise de se présenter devant une instance judiciaire, pour affirmer, selon les souhaits visibles des juges en présence, par exemple, qu’on était là lorsque “Dieu dit que la terre fut, et elle fut”, pour que les carottes soient bien cuites pour leur cible.

Or, en l’espèce, par-delà les senteurs nauséeuses d’un manifeste procès d’intention, fait à la première dame Simone Gbagbo, et résultant des propos du type “Je n’ai jamais eu de contact avec elle, mais c’étaient mes chefs qui me l’ont dit”, par-delà ce caractère dubitatif et équivoque dune telle déposition, disais-je, ce fameux témoin spécial à charge, sera t-il en capacité d’attester :

1°)- Le lieu où l’incarnation du corps de Guy André KIEFFER été réalisée ?

2°)- La nature précise des produits chimiques avec lesquels cette incinération a été possible ?

3)- Avant l’incinération du corps de Guy André KIEFFER, par quel moyen la mort lui a t-il été donnée ?

4)- En quel endroit et à quelle heure Guy André KIEFFER a t-il été tué ?….etc.

Il résulte de tout ce qui précède que, conformément aux dispositions pertinentes de l’article 299 du code pénal, punissant le faux temoignage, en tant qu’une altération consciente de la vérité par une personne déposant sous serment, devant une juridiction ou un officier de police judiciaire, exécutant une Commission Rogatoire, d’un emprisonnement de 3mois à 3ans, et d’une amende de 10.000 francs à 100.000 francs, il y a à parier que plusieurs de nos compatriotes indignes auront le choix entre la prison et l’exil à vie.

Au total, le pouvoir Ouattara a déjà tranché cette question via son ministre de la Justice : ” Guy André KIEFER n’est pas mort”.

Aussi aucun témoin fabriqué ne peut-il le tuer. Sans prouver !

Allons-y seulement !

Tchedjougou OUATTARA

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*