Justice partiale, impunité…: La Coalition des Indignés annonce une grande marche | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Justice partiale, impunité...: La Coalition des Indignés annonce une grande marche
Justice partiale, impunité…: La Coalition des Indignés annonce une grande marche

Justice partiale, impunité…: La Coalition des Indignés annonce une grande marche

Le coordonnateur de la Coalition des indignés de Côte d’Ivoire (Cici) Samba David, entouré de ses collaborateurs, a animé un point de presse hier mercredi 3 septembre 2014 à Yopougon, pour annoncer une marche prévue pour le 4 octobre prochain, action qui s’inscrit dans l’opération “justice pour tous”.

«Lors de son premier discours adressé à la nation après sa prise de pouvoir en avril 2011, le chef de l’Etat Alassane Ouattara avait fait la promesse aux Ivoiriens, et je cite de faire prévaloir «l’impunité zéro» en Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, les promesses du Président Ouattara en matière d’impunité sont restées lettre morte et malgré les injonctions de la communauté internationale, de la société civile ivoirienne et des partis politiques, nous avons l’impression que le pouvoir cherche à gagner du temps en protégeant ses hommes», a indiqué d’entrée Samba David.

Pour le coordonnateur de la Cici, c’est précisément les raisons pour lesquelles la Coalition des indignés de Côte d’Ivoire entend organiser une grande opération dénommée ”Justice pour tous” qui se traduira par une grande marche, le 4 octobre 2014, dans la commune de Yopougon. Cette marche réunira tous les Ivoiriens épris de justice, d’égalité et de liberté. Pour Samba David, la réconciliation doit être accompagnée par des actes forts des tenants du pouvoir. Et cela devrait commencer, selon lui, par des poursuites judiciaires contre ceux du camp d’Alassane Ouattara qui ont commis des crimes durant la crise postélectorale de 2010-2011 ; seule la justice et l’équité, en croire le conférencier, contribueront à ramener la confiance entre les Ivoiriens.

Pour le leader des Indignés, depuis la fin de la crise postélectorale, il n’y a qu’un camp qui est persécuté. Et Samba David d’ajouter : « Il faut s’attaquer à cette justice. Sans la justice vraie et l’équité, il n’y aura pas de réconciliation. Les investisseurs ne viennent pas en Côte d’Ivoire parce qu’ils sentent toujours le torchon brûler entre les Ivoiriens. Ce combat, nous allons le mener. C’est ce message que nous adressons à la communauté internationale. Nous lui disons que le pays a soif d’une justice impartiale et de paix. C’est dans la justice que les Ivoiriens se sentent en sécurité. Nous sommes restés trop longtemps dans le beau. Il faut maintenant le vrai », a tonné le premier responsable de la Cici.

Il a en outre rappelé certains crimes commis par le camp du chef de l’État, Alassane Ouattara. Pour lui Alassane Ouattara n’a pas honoré sa promesse de lutter contre l’impunité. «Les victimes, les vraies, ont des preuves contre leurs bourreaux qui sont promus aujourd’hui. Nous ramenons M. Ouattara à sa copie et à son programme de gouvernement. Nous ne faisons que demander au chef de l’Etat de passer de la parole à l’acte. La Commission nationale d’enquête (Cne) a annoncé que 727 personnes ont été tuées par son camp, donc par lui», a pesté Samba David. En outre, le conférencier a indiqué que la marche du 4 octobre 2014, débutera par un rassemblement à la place Ficgayo pour s’achever devant le palais de justice de Yopougon. «C’est un avertissement. Si après cette marche, rien n’est fait, nous irons marcher au Plateau», a-t-il prévenu.

Par ailleurs, il s’est prononcé sur le processus de réconciliation nationale tel que mené par la Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr). Il a estimé que Charles Konan Banny, le président de la Cdvr a échoué. «Et c’est parce que Charles Konan Banny a échoué que nous organisons cette opération ‘‘justice pour tous’’. La Cici agit ainsi pour aider à la mise en place d’une justice pour tous. Notre objectif, c’est la justice vraie. Pour que la justice soit appliquée, il faut que chacun en fasse son combat» a conclu le coordonnateur des Indignés.

Par Sylvain Dakouri

Source: Le Nouveau Courrier N°1103

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.