Karim Ouattara à Alassane Ouattara: «La chasse aux sorcières n’a jamais produit de résultat constructifs et durable…..»

Karim Ouattara à Alassane Ouattara: «La chasse aux sorcières n’a jamais produit de résultat constructifs et durable…..»

Tout comme son mentor Guillaume Soro, Karim Ouattara prévient Alassane Dramane Ouattara contre le risque de voir le conflit avec le PDCI déboucher sur des évènements violents et regrettables. Ci-dessous son adresse publiée sur sa page facebook.

Aux Présidents OUATTARA et BEDIE: Vous ne pouvez pas vous tourner le dos aussi facilement…

Les enjeux sont énormes pour 2020 au regarde de 2010, vous devez vous reparler.

Je n’ai rien à vous apprendre que d’apprendre de vous. Vous savez mieux que quiconque, les inquiétudes et les attentes des ivoiriens présentement.

Pas besoin d’être un génie politique pour savoir que 2020 est problématique voir confligène.
Il y’a qu’à analyser la réaction des ivoiriens lors des élections locales récentes.

Les ivoiriens ont soif de transparence, d’équité et de démocratie. Ils ont soif de tranquillité et de paix.
Cela dit, ils sont prêts à marcher contre n’importe quel système pour rétablir une vérité tronquée ou falsifiée. Souvenons-nous le 2nd tour des Présidentielles de 2010, malgré le couvre-feu, les ivoiriens ont escortés les urnes nuitamment sans craindre les armes. Et bien c’est toujours ce même peuple qui votera en 2020, cette fois avec une mentalité à toute épreuve car plus aguerri aux contextes des élections.

Ces élections locales de 2018, qui n’ont pas vu la participation des électeurs du FPI sauf la branche Affi, n’ont pas manquées d’être entachées de contestations, et de violences occasionnant malheureusement des pertes en vies humaines. Et dire qu’il ne s’agissait que d’élections dont les centres d’intérêts étaient dispersés et concentrés localement; imaginez la situation où les centres d’intérêts seront commun et focalisés sur la Présidence…

Sans être alarmiste, je pense qu’il y’a urgence que les PR OUATTARA et BEDIE se rencontrent et se parlent franchement en pensant à la Côte d’Ivoire et aux ivoiriens.
Aucun sacrifice n’est de trop pour sauver la paix, il n’est ni tard ni insensé de se donner une autre chance.

Souvenons-nous d’où nous venons et ce que nous avons vécu récemment en 2010:
– plus de 3.000 morts;
– plusieurs milliers de familles endeuillées et sinistrées;
– plusieurs femmes violées vivant encore avec le traumatisme;
– plusieurs jeunes mutilés vivant encore avec les séquelles;
– plusieurs entreprises fermées ou délocalisées avec son corollaire de chômage.

Souvenons-nous, les corps qui jonchaient les rues, les balles qui crépitaient, le bruit des hélicoptères sur nos toits, l’odeur du sang humain et de la poudre à canon, les femmes enceintes cloîtrées à domicile, les attroupements devant la boulangerie qui daignait ouvrir, bref.

Voyez-vous, il y’a à peine 8 ans nous avons vécu cela, et malheureusement les ingrédients sont entrain de se réunir, comme si nous n’avons pas appris de nos erreurs du passé.

Qu’est ce qui peu bien opposer ces deux grands hommes pour qui j’ai énormément d’admiration, au point de ne pas pouvoir se parler aujourd’hui et éviter à la Côte d’Ivoire de sombrer dans le même décor funeste et macabre de 2010 ?

En 2010 c’était le RHDP en face de la LMP, avec pour objectif pour le 1er bloc de dégager le 2nd bloc du pouvoir.

C’est une situation similaire qui se prépare sous une autre configuration pour 2020; avec en face du bloc Présidentiel qu’est le RHDP unifié avec des cadres débauchés du PDCI , un bloc de l’opposition en constitution avec le PDCI, les deux FPI, et éventuellement des cadres dissidents du RDR.

L’ère du combat des héritiers d’Houphouet est révolue avec son apogée en 2010.
Désormais c’est une nouvelle ère qui risque d’être plus violente avec le combat des enfants des héritiers d’Houphouet, surtout qu’il est désormais question de passer la main à la nouvelle génération.

Imaginez qu’on entame 2020 avec les Présidents OUATTARA et BEDIE à couteaux tirés, ce que je ne souhaite pas, et que le PR BEDIE réussisse à mobiliser autour de lui une seconde ligne politique forte de jeunes comme KKB, JEAN LOUIS BILLON, THIERRY TANOH, YASMINA OUEGNIN, KONATÉ NAVIGUÉ, KOUA JUSTIN, DAMANA PICKASS, BLE GOUDE Via le COJEP, et Éventuellement SORO GUILLAUME et sa suite, sans oublier la FESCI…

Imaginez que l’ensemble de ses jeunes politiques émergents lancent un mot d’ordre de contestation des résultats des présidentielles en 2020.

Qu’adviendra de la Côte d’Ivoire? Le pouvoir pourra t’il rétablir l’ordre? Et à quel prix?

Voila pourquoi je lance un appel pressant aux Présidents OUATTARA et BEDIE de se reparler et réfléchir sur la meilleure façon d’intégrer toutes les forces vives de la nation dans la gestion de la république y compris les cadres du FPI pour minimiser les frustrations et apaiser le climat socio-politique.

La chasse aux sorcières n’a jamais produit de résultat constructifs et durable en Côte d’Ivoire revisitons notre histoire.
D’ailleurs celui qui te suit par crainte de ton pouvoir, te trahira dès qu’il sentira le pouvoir t’échapper (à méditer).

La configuration actuelle de la gestion du Pays est intenable sur 5 années supplémentaires, écoutons un peu le peuple:

– Le FPI est silencieux mais pas apeuré, ils attendent juste le bon moment pour jouer leur va-tout, de toute façon leurs militants ont l’expérience de la prison.

– Le PDCI autrefois modéré est entrain de se radicaliser, et il faut éviter d’effaroucher un pachyderme qui n’hésitera pas à engager son énergie vitale dans un combat.

– SORO est dans une phase d’isolement, il faut éviter d’éveiller en lui l’âme d’un farouche opposant ou d’un kamikaze, pour qui connait son passé et sa personnalité.

– Le peuple sort progressivement de sa torpeur et rouspète en attendant la moindre occasion pour se faire justice dans la rue espérant abréger ainsi les frustrations sociales et financières accumulées.

Bref la configuration actuelle de la gestion de la république est intenable pour une mandature supplémentaire, les gens se taisent juste en se mettant à l’idée qu’ils peuvent tenir encore 2 ans jusqu’en 2020, mais au delà, sous la configuration actuelle, le bouchon risque de sauter; écoutons le peuple.
J’aurai pu me taire et laisser le pourrissement de la situation faire son bonhomme de chemin, mais cela n’est pas de mon éducation, alors je lève juste le voile pour que l’on profite de cette trêve politique tacite pour arrondir les bords et sauver la Côte d’Ivoire d’une crise post-électorale quasi certaine en 2020 .

N’attendons pas d’être dans le feu pour chercher l’eau.

Il y’a urgence: les Présidents OUATTARA et BEDIE doivent se reparler pour la Côte d’Ivoire.

2020 c’est dans 2ans et cette publication sera ma dernière sur la situation politique de la Côte d’Ivoire jusqu’en 2020.

Chers followers, ça été un plaisir de partager mes analyses avec vous, il est temps que je pense à une petite retraite pour me mettre sur le banc des observateurs, car les conseils ne servent qu’à qui écoute.

Cette fois c’est ma plume que je dépose ici, en espérant que la raison et la sagesse l’emportent sur la passion et l’ego avant 2020.

C’était K.O

2 comments

  1. Belle analyse mais hélas ! Finalement, n’est-il pas préférable que tout s’accomplisse comme le disent les saintes écritures ? L’histoire est un témoignage et dans ce pays, les sachants sur la crise sont nombreux.
    Bien qu’attaqué nuitamment donc lâchement, que n’a pas fait le pauvre Gbagbo pour éviter le pire à la Côte d’Ivoire ? Ouattara étant au cœur de la crise en tant financier et maître d’œuvre de la rébellion, c’est donc vers Bédié, impliqué certes dans cette aventure (je n’en dirai plus) mais à un degré moindre, que Gbagbo s’est tourné pour lui demander de penser au peuple et de ne pas s’associer à ce qui se préparait.
    Bien qu’il l’ait fait rentrer, accepter toutes ses caprices (refus des résidences proposées, exigences de plus d’avantages…), Gbagbo n’a reçu du PDCI et de son président que mépris; le refrain était Si Gbagbo dit OUI, nous disons NON même si cela doit faire du mal au pays. La finalité était qu’on puisse dire, il n’a rien fait.
    Aujourd’hui, la réalité est là…
    Simple précision, le FPI est un parti présidentiel et non un mouvement de suiveurs. On sait où le suivisme bédiéiste nous a conduit avec l’appel de DAOUKORO.
    Maintenant cher KO, que faut-il faire ? Que tout s’accomplisse et qu’une page se tourne définitivement.
    DIEU VEILLERA SUR LES SIENS

  2. croisons les doigts et prions pour que le pire soit évité à la CI.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.