Karim Wade libre mais introuvable

Karim Wade libre mais introuvable

Après avoir passé plus de trois ans sous les verrous, Karim Meïssa Wade, le fils de l’ancien président sénégalais a quitté la prison de Rebeuss aux environs de 1h 30 minutes passées, précise Pressafrik.com. En plus de Karim Wade, «Ibrahima Aboukhalil dit Bibo Bourgi et Alioune Samba Diassé ont aussi bénéficié d’une grâce présidentielle », révèle le journal Enquête.

Le journal Enquête rapporte par ailleurs que les partisans du fils du président Abdoulaye Wade, qui ont rallié hier son domicile du Point E, à l’annonce de son élargissement de prison étaient tous enthousiastes. Car ils «croient dur comme fer que leur mentor va reprendre la lutte pour la reconquête du pouvoir ». Mais cet enthousiasme a été quelque peu “douché” « par l’annonce du départ de Karim Wade pour le Qatar».

En effet, des informations non encore confirmées indiquent que « Karim Wade en compagnie de Me Madické Niang et le procureur général du Qatar, était dans les airs. Le fils de Me Abdoulaye Wade a embarqué tard dans la soirée du jeudi à vendredi à bord d’un jet privé de type Bombardier Global 6000 vers une destination encore inconnue », révèle prudemment le journal en ligne Dakaractu.com. «Cette information en contradiction avec une autre fortement répandue parmi les militants faisant état d’un périple vers Touba, après une escale dans sa maison du Point E. D’où le flot continu de militants arrivant sur les lieux, malgré l’heure tardive », précise le journal Enquête.

Si l’information de la libération de Karim Meïssa Wade est vraie, comme l’atteste le communiqué de la présidence de la République du Sénégal, il est toutefois utile de relever qu’une totale confusion persiste sur sa destinestion.


CI-DESSOUS LE COMMUNIQUE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL

Le Président de la République, par décret n° 2016-880 du 24 juin 2016, a gracié Messieurs Karim Meissa Wade, Ibrahima Aboukhalil dit Bibo Bourgi et Alioune Samba Diassé.
Il convient de préciser que cette mesure dispense seulement les condamnés de subir la peine d’emprisonnement restant à courir.

Ainsi, les sanctions financières contenues dans la décision de justice du 23 mars 2015 et la procédure de recouvrement déjà engagée demeurent.

Fait à Dakar, le 24 juin 2016

Le Service de Communication

Présidence de la République

Eburnienews.net

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*