Kenya : Les Etats-Unis ont “rejeté” “l’auto-investiture” de l’opposant kényan Raila Odinga

Kenya : Les Etats-Unis ont “rejeté” “l’auto-investiture” de l’opposant kényan Raila Odinga

Les Etats-Unis ont “rejeté” “l’auto-investiture” de l’opposant kényan Raila Odinga comme président malgré sa défaite électorale, mais ont aussi vivement critiqué les “intimidations” des autorités contre les médias qui voulaient retransmettre cette cérémonie.

Raila Odinga, refusant de reconnaître la réélection du chef de l’Etat Uhuru Kenyatta en 2017 au terme d’un processus électoral chaotique et controversé, a prêté serment mardi comme “président du peuple”.

“Nous rejetons les actes qui sapent la Constitution du Kenya et l’Etat de droit”, a déclaré la porte-parole du département d’Etat américain Heather Nauert dans un communiqué.

“Les contestations doivent être résolues à travers les mécanismes légaux appropriés”, a-t-elle ajouté, tout en saluant la “retenue” des forces de l’ordre, qui sont restées à bonne distance de la cérémonie de l’opposant.

Son baroud d’honneur s’est toutefois transformé en bataille pour la liberté d’expression: le gouvernement a en effet suspendu indéfiniment trois des principales chaînes de télévision pour empêcher qu’elles retransmettent l’événement.

La porte-parole de la diplomatie américaine a ainsi exprimé également sa “profonde inquiétude” face aux “mesures du gouvernement pour fermer” et “intimider” les médias. “La liberté d’expression, y compris pour les membres des médias, est essentielle à la démocratie et est gravée dans le marbre de la Constitution kényane”, a-t-elle dit.

“Nous exhortons le gouvernement et tous les Kényans à respecter la liberté d’expression et à mettre en oeuvre les décisions de justice demandant que les chaînes de télévision soient réautorisées à émettre”, a ajouté Heather Nauert.

Saisie par la société civile, la Haute Cour de Nairobi a en effet ordonné jeudi que ces chaînes soient autorisées à reprendre l’antenne dans l’attente d’un jugement sur le fond.

Washington appelle une nouvelle fois à un “dialogue national” pour tourner la page de la crise politique au Kenya.

Source: La Voix de l’Amérique

One comment

  1. Pourquoi critiquer le pouvoir élu et sur place (même si vraiment les autorités ont intimidé les médias!)? M. Uhuru Kenyatta a été trop sage de n’avoir pas maté tout ce beau monde des badauds et accompagnateurs des faussaires.
    Les USA et autres prédateurs attendaient un faux pas pour enfoncer les clous d’envoyer le président Kényan dans les griffes corrompues et vénéneuses de la CPI. Le guet-à-pans n’a pas fonctionné face à un président très smart qui se moque ainsi de Trump puisque ce dernier est loin d’atteindre même son talon en capacité cérébrale!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.