La campagne cacao bloquée: Les paysans bientôt en colère (Par Dr. Don-Mello Ahoua)

La campagne cacao bloquée: Les paysans bientôt en colère (Par Dr. Don-Mello Ahoua)

Le mercredi 11 Janvier 2017, une rencontre de vérité entre les acteurs de la filière cacao et le Conseil Café-Cacao (CCC) s’était transformée en rencontre de contrevérité.

Pendant que les producteurs se plaignent de l’impossibilité de vendre leur produit au prix fixé à 1 100 FCFA pour la campagne 2016-2017 par le gouvernement, les responsables du CCC évitent la vérité pour servir des faux fuyants en parlant de « pic de commercialisation sur une courte période : Novembre-Décembre ». C’est à dire beaucoup trop de cacao au port qui entraîne un engorgement et donc un ralentissement du flux dans la chaîne de la commercialisation.

Quelle est donc la vérité sur la filière cacao ?

La vérité sur la filière

Le prix du cacao bord champ pour la campagne 2016-2017 a été fixé en grande pompe par le Dr ADO à 1 100 FCFA le Kg pour arracher l’adhésion des paysans à sa politique.

Le prix du cacao sur le marché américain le 12/01/2017 était de $2.12/Kg soit 1310 FCFA. Ce prix est égal au prix usine du cacao. Pour atteindre le marché américain, il faut ajouter au prix usine les taxes de l’État, les prélèvements de la CCC, le coût du transport et de l’assurance.

L’ensemble de ces coûts avoisinent les 400 FCFA/Kg.

À 1 310 FCFA/Kg prix usine en Côte d’Ivoire, le cacao arriverait aux USA à un prix de 1 710 FCFA/Kg largement supérieur au cours du cacao à New York (1 310 FCFA/Kg). Comme les exportateurs ne peuvent pas vendre à perte, la commercialisation du cacao est donc bloquée. Pour sortir de ce blocage, le gouvernement a le choix entre quatre solutions:

1. Une subvention de 400 FCFA/Kg

2. Une baisse de 400 FCFA/Kg du prix bord champ.

3. Un étranglement de la filière par un mouvement armé financé par les prédateurs comme en 2002 pour faire grimper les prix.

4. Une dévaluation du FCFA.

En excluant les deux dernières solutions radicales, bien qu’avec le Dr ADO tout est possible et puisque l’exportateur ne peut pas vendre à perte, rien ne peut donc sortir des ports d’Abidjan et de San-Pedro sauf du cacao acheter au paysan à 400 FCFA moins cher par rapport au prix fixé par le gouvernement. Dans cette hypothèse, le maximum du prix bord champ est de 700FCFA/Kg.

L’État a récusé la réserve de prudence mise en place par Laurent GBAGBO pour subventionner la baisse des cours. En lieu et place, une vaste opération de détournement des fonds de soutien à la filière a été initiée par la mise en place de fonds d’investissements qui s’évaporent par des marchés gré à gré et des soutiens à des exportateurs proches de la famille Ouattara (confère la lettre du continent du 03/08/2016 : Ouattara et les affaires de famille). Le Dr ADO se trouve donc dans l’incapacité d’annoncer une subvention de la filière.

Après l’annonce en grande pompe de la bonne nouvelle d’un prix bord champ record de 1 100 FCFA/Kg, l’État ne peut plus revenir sur ses pas pour annoncer une baisse du prix aux paysans. Pris entre le vol à mains armées des ressources du Fonds de soutien et les promesses sans lendemain, le gouvernement sert des contre-vérités aux producteurs.

Où sont passés les ressources et les fruits de la croissance avoisinant les deux chiffres ?

Si les paysans ne peuvent bénéficier de subvention et que les militaires, les fonctionnaires et les étudiants ne peuvent bénéficier du paiement des arriérés et de la valorisation de leur salaire et bourse d’étude, les opérateurs économiques nationaux des arriérés de leurs prestations au titre des marchés publics, à qui profitent donc les taux de croissance devenu un psaume ou une sourate servi aux Ivoiriens en longueur de journée pour émerger au paradis après la mort par pauvreté ou factures impayées? Et la montagne des ressources issues du réendettement dont le montant (7804 milliards de FCFA ) a dépassé le niveau de la dette avant la réduction de celle-ci en 2012 ?

Les détournements à grande échelle

Selon le dossier spécial de la lettre du continent du 03/08/2016, Ouattara et les affaires de famille, il est écrit :
«Auréolé d’une image d’économiste exigeant lorsqu’il officiait comme directeur général adjoint du Fonds monétaire international (FMI), Alassane Ouattara s’est singulièrement éloigné de cette ligne de conduite depuis son arrivée au pouvoir en 2011, comme l’illustre ce dossier de La Lettre du Continent. Après avoir dénoncé la gestion du pays par ses prédécesseurs comme étant familiale voire clanique, l’ancien gouverneur de la BCEAO n’a de cesse depuis cinq ans d’ouvrir les portes de l’Etat mais aussi des sociétés publiques et, plus largement, de l’économie ivoirienne, à ses proches parents ou amis fidèles. Ces nominations ont été majoritairement décidées de manière discrétionnaire. Du cacao au marché de vérification des importations, en passant par les affaires présidentielles ou bien la communication, le premier cercle du chef de l’Etat et de son épouse Dominique Ouattara rayonne dans tous les secteurs stratégiques du pays. »

La guerre du cacao et l’aveuglement idéologico-politique du Premier Ministre Ouattara qui a présidé à la liquidation de la Caistab nous conduisent tout droit vers ce que la Côte d’Ivoire a su éviter pendant 30 ans. La guerre du cacao avait pour objectif de faire main basse sur la manne qui enrichissait la Côte d’Ivoire et les ivoiriens.

Cette guerre du cacao commencée en 1932 par le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY et remportée par lui en 1960 a permis au peuple de Côte d’Ivoire de se doter des moyens de son développement par le contrôle de la commercialisation interne et externe du cacao par la Caistab. Cela a aussi permis, à travers les bourses offertes à des élèves et étudiants de milieu modeste de poursuivre par le mérite leurs études et enfin à la Côte d’Ivoire de former et de recruter des cadres sans distinction d’ethnie ni de milieu social.

La crise qui a frappé la Côte d’Ivoire en 1990 a été l’occasion rêvée pour les prédateurs de reprendre l’offensive avec l’aide de leur envoyé spécial en Côte d’Ivoire : Le Dr Alassane Dramane Ouattara dit ADO. À la faveur de la libéralisation du secteur en 1990 par Ouattara, les grands prédateurs mondiaux du cacao sont autorisés à s’impliquer dans la commercialisation interne du cacao. En 1999, la Caistab est dissoute, les prédateurs remplacent la Caistab et s’emparent de la commercialisation interne et externe du cacao.

En 2000, la tentative de Laurent GBAGBO de remettre la commercialisation interne et externe aux paysans lui a valu une attaque armée en 2002 financée par les prédateurs avec le soutien militaire de l’État français.

Sur une production annuelle de 1 200 000 tonnes et sur un cours mondial variant entre 1 000 et 2 000 FCFA avec la moitié servi aux paysans, la commercialisation du cacao produit entre 1 000 à 2 000 milliards de FCFA par an dont plus de la moitié est empochée par les prédateurs et leurs alliés locaux dont la famille Ouattara selon la lettre du continent (cette moitié revenait à la Caistab avant la réforme et permettait la modernisation du pays).
La Côte d’Ivoire est ainsi dépouillée au profit des prédateurs et de la famille Ouattara.

Leur dernier combat reste la main mise sur l’autre moitié de la manne financière en liquidant l’État souverain (ce qui est fait) et en chassant les paysans de leur terre par un génocide programmé (en cours d’exécution) et un rattrapage démographique en zone forestière par la naturalisation en masse des mercenaires employés contre la Côte d’Ivoire pour faire main basse sur les plantations de cacao et qui font de la Côte d’Ivoire un État barbare où l’argument de la force prend le pas sur la force des arguments .

Le contrôle vertical total de la filière par les prédateurs, la famille Ouattara et ses mercenaires reste l’objectif principal de la guerre du cacao.

En plus de 20 ans de libéralisation, ce n’est pas moins de 20 000 milliards de FCFA qui se sont envolés des plantations au profit des prédateurs et leurs alliés locaux.

A ce vol à mains armées des revenus de la filière, s’ajoutent les détournements des ressources du réendettement pointés du doigt par le rapport du FMI de 2015 dans un langage bien choisi:
« Le recours croissant à des mécanismes extra-budgétaires (financés à l’aide d’emprunts souscrits par les entités publiques) pour effectuer des opérations budgétaires ou quasi budgétaires est un sujet de préoccupation pour la mission…. Les services du FMI ont noté que cette pratique viole le principe d’universalité du budget, mène à un périmètre budgétaire excessivement étroit et affaiblit le contrôle budgétaire. La mission invite les autorités à ne pas utiliser les entités publiques pour procéder à des activités budgétaires ou quasi budgétaires et à élargir le cadre budgétaire ». (Rapport FMI, 2015).

Le rapport du FMI cite même les ministères et services qui s’adonnent au détournement :

«Réduire encore le volume élevé de dépenses publiques effectuées selon des procédures exceptionnelles (avances du Trésor notamment). Ils leur demandent de surveiller de près l’endettement des entités du secteur public…… qu’à compter de la loi de finances 2015, les crédits budgétaires affectés aux subventions aux écoles privées, au secteur de l’électricité et aux achats de carburant par les forces armées soient réalistes….de renforcer le contrôle sur les ministères dépensiers (plus grande mobilité des agents et audits plus fréquents)….d’envisager de créer une chambre de discipline budgétaire et financière au sein de la Cour des comptes » (Rapport 2015)

Quelques exemples illustrent le volume de ses détournements :

Le pont HKB évalué à 60 milliards de FCFA par les experts chinois sans péage sous Laurent GBAGBO, a été révisé à 180 milliards de FCFA avec péage, la rénovation et l’équipement de l’Université d’Abidjan expertisée à 40 milliards de FCFA sous GBAGBO, a été révisée à 110 milliards de FCFA sans équipements de laboratoire).

Au moment où les paysans ont besoin de subvention, les étudiants le paiement de leur bourse et l’amélioration du nombre de bénéficiaires de bourse d’étude, les militaires d’une juste rémunération et les fonctionnaires d’un salaire décent, les 20 000 milliards sont logés dans de multiples paradis fiscaux au profit des prédateurs et de la famille Ouattara ainsi que le fruit des surfacturations et des détournements massifs des ressources du réendettement.

« Nous leur ferons payer la facture de la guerre » disait Christophe BARBIER au lendemain de la chute du Président GBAGBO sous les bombes françaises.
Le paiement des factures de la guerre au profit des prédateurs et de la famille Ouattara, dévorent toutes les ressources du pays tirées de la filière cacao, de la croissance et du réendettement. Le paiement de la facture de la guerre transforme le peuple de Côte d’Ivoire en victime de la croissance en attendant l’émergence au paradis après la mort par pauvreté généralisée.

Le FMI dans son rapport de mission de Juin 2016, dénonce l’accroissement de la pauvreté malgré la croissance :

«La croissance s’est accompagnée d’une baisse modérée de la pauvreté et d’une lente amélioration des autres indicateurs du développement humain. Cependant, il subsiste des disparités considérables au niveau national sur le plan du niveau d’éducation, de l’emploi et du revenu (Annexe I). Selon le Rapport sur le développement humain 2015, la Côte d’Ivoire se situe à la 172e place sur 188 pays, avec un indice global de développement humain inférieur à la moyenne de l’Afrique subsaharienne. » (Rapport de Mission du FMI, Juin 2016)

Vivement un Fonds de souveraineté qui engrange les ressources empochées par les prédateurs et la famille Ouattara dans les secteurs du cacao, du gaz, du pétrole, du diamant, de l’or, etc. La mise en place d’un tel fonds pour assurer un développement inclusif, exige la conquête de la souveraineté politique, économique, financière et monétaire.

La conquête de la souveraineté est une lutte permanente de chaque citoyen sur lui-même et du peuple tout entier contre ses prédateurs et leurs alliés.

La lutte continue.

Dr DON-MELLO Ahoua

One comment

  1. J’ai donne les causes sur ce site ,mais les responsables l’ont effacees par peur que les planteurs de cacao soient alertes.tous les projets de l’Etat actuellement en cours s’il y en a sont finances a credit sur 5 ans de recettes du pays en court terme .le reste sur de long terme dont mr.Ouattara appelle la continuite d;un etat dans le jargon du FMI.La COTE D’IVOIRE a besoin d’une jeune equipe dirigeante qui n’a rien avoir avec celle que nous avons presentement pour redresser son economie.L’equipe actuelle a fini de tout brader nos partenaires Europeens ne lui fait plus confiance,voila pourquoi le cacao traine au port.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*