LA CEI divise déjà l’AFD (Par Philippe Kouhon )

LA CEI divise déjà l’AFD (Par Philippe Kouhon )

L’alliance des forces démocratiques de Côte d’ivoire (AFD), composée de 12 partis politiques de l’opposition ivoirienne, y compris le FPI, est au bord de l’éclatement.

Depuis le vote de la nouvelle loi portant réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) avec la désignation de 17 membres de la commission centrale, les différents leaders au sein de l’AFD semblent ne plus vraiment accorder leur violon.

On se souvient, dans sa première composition, le RPP (membre de l’AFD) de Laurent Dona Fologo, avait désigné son représentant au sein de la nouvelle CEI au moment où son allié, le FPI hésitait encore.

Finalement après moult négociations, le FPI a décidé d’y présenter un candidat.

Secondo, alors que l’AFD publiait une déclaration au moment même où les 17 membres de la CEI s’apprêtaient à voter le bureau central le vendredi 5 septembre dernier, menaçant de quitter la salle si le consensus exigé n’était pas respecté, au siège de l’institution on observait une scène qui traduit l’incompréhension au sein de l’Alliance.

En effet, selon une source proche de l’Alliance, la déclaration de l’AFD ce vendredi 5 septembre devrait être lue publiquement dans la salle de réunion à la CEI juste après que les deux représentants de l’AFD aient constaté qu’ils n’obtiendraient pas gain de cause.

Malheureusement, Ni Ganin Bertin (RPP-AFD), ni Dogou Alain (FPI-AFD) n’ont pu lire ladite déclaration. Mieux c’est le représentant du RPP au sein de la CEI pour le compte de l’AFD, GANIN Bertin qui fut le premier a claqué la porte juste après qu’il ait été mis en minorité. Il quittait la salle sans même avertir son second de l’AFD, Dogou Alain. Ce dernier va alors le rejoindre dehors et lui intimer l’ordre de revenir à la table des discussions. Bertin Ganin accepte de revenir mais préfère rester dans les escaliers loin des journalistes sans pénétrer dans la pièce de la réunion. C’est bien plus tard, lui aussi, désormais seul contre tous, que Alain Dogou, qui constatera qu’il n’avait aucune chance de faire passer ses propositions, quittait à son tour la salle, 2 heures après que Bertin Ganin ait claqué la porte.

Le samedi 6 septembre, le président du FPI, Pascal Affi Nguessan affirmait que « cette CEI est nulle et de nul effet ». Et comme si le reste des membres de l’AFD n’avaient pas compris ce message, dans une déclaration de l’AFD datée du lundi 8 septembre, Danielle Boni Claverie, vice présidente et porte parole de l’Alliance révèle ce qui suit : «« L’alliance est prête à continuer au sein de la CEI et reste ouverte au dialogue, mais ne veut pas faire de la figuration…Le retour aux négociations n’est pas conditionné par le retrait de Youssouf Bakayoko car l’intransigeance n’est pas du côté de l’AFD ».

Enfin, selon une source très introduite, il y aurait de forte chance que le comité central du FPI qui se réuni demain samedi 13 septembre demande le retrait purement et simplement de son représentant (Alain Dogou) de la nouvelle CEI. Autant de sons de cloches discordants au sein de l’AFD qui fait croire qu’il pourrait avoir un clash à l’Alliance dans les jours à venir.

Philippe KOUHON (Africa Tv)

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.