La combattante FPI, Antoinette Rouissa Meho en liberté provisoire

«Mme Antoinette Rouissa Meho, 60 ans, a bénéficié d’une mise en liberté provisoire ordonnée par la chambre d’accusation de la Cour d’appel», a annoncé son avocat, Me Toussaint Dako dans le courant de la journée d’hier jeudi 4 mai.

Sur le coup, les responsables de L’OFFPI se sont déportés à la MACA pour y attendre leur camarade combattante. Il s’agit de la fédérale OFFPI de Yopougon la camarade Zahia Berte et son bureau puis la fédérale de Facobly la camarade Monnerou Yvette. Chose tout à fait normale puisque madame Antoinette Mého est elle-même responsable des femmes du Front populaire ivoirien (FPI), le parti du président Laurent Gbagbo.Les responsables de LOFFPI sont depuis cet après midi devant la MACA La combattante FPI, Antoinette Rouissa Meho en liberté provisoire

En effet, arrêtée le 10 août 2016 à son domicile de Yopougon par neuf personnes se présentant comme des agents de la Direction de surveillance du territoire (DST) et inculpée pour atteinte à la sûreté de l’État, madame Antoinette Rouissa épouse Meho a été libérée à titre provisoire ce jeudi 4 mai par la justice ivoirienne.

L’annonce de cette décision de justice (certaines langues disent qu’elle est intervenue sous la pression de l’Union Européenne) a provoqué la liesse populaire dans son quartier de Sel Mer Gotam à Yopougon.

ANTOINETTE MEHO ENFIN EN LIBERTE La combattante FPI, Antoinette Rouissa Meho en liberté provisoire

Dès sa sortie, madame Meho a tenu à remercier tous ceux qui l’ont soutenue pendant toute sa période de détention. Ces remerciements ont été particulièrement adressés à Martine Kei, Marthe Doh, Oulasse Henriette, Doho Ruth, Marie Odette Lourognon et au président intérimaire du FPI, Abou Drahamane Sangaré.

Eburnienews.net

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*