La Coordination du FPI en exil à propos des retours des exilés: «Le régime nous a tendu un traquenard»

La Coordination du FPI en exil à propos des retours des exilés: «Le régime nous a tendu un traquenard»

Voici maintenant deux semaines que le docteur Assoa Adou, précédemment porteparole de la coordination Fpi en exil et rentré au pays le 24 novembre 2014, est embastillé à la Maca suite à sa rocambolesque arrestation dans la nuit du mercredi 07 janvier 2015. Cette décision de retour dans son pays, le docteur Assoa Adou l’avait prise sur la base de l’appel concerté lancé par le pouvoir et la direction du Front populaire ivoirien, à l’endroit des exilés, mais aussi pour remplir la mission de directeur de sa campagne à lui confiée par le Président Laurent Gbagbo, à l’occasion de sa candidature à la présidence du Front populaire ivoirien, lors de son 4ème ordinaire.

Contre toute attente, et alors qu’il se trouvait chez lui, le directeur de campagne du Président Laurent Gbagbo, le docteur Assoa Adou a été arrêté le mercredi 7 janvier 2015, à 20 heures 40 minutes par une police spéciale, sans notification des motifs d’une telle interpellation nocturne. Conduit manu militari à la Direction de la surveillance du territoire dans la même nuit, il a été déféré devant le parquet du tribunal de première instance d’Abidjan, deux jours après son arrestation. Inculpé de commission volontaire et involontaire des crimes, participation à une bande armée, entretien et fourniture de vivres aux bandes armées, le Directeur de campagne du Président Laurent Gbagbo a été placé sous mandat de dépôt par le juge d’instruction et écroué à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan, le 9 janvier 2015.

La Coordination du Fpi observe que depuis la fin de la crise postélectorale, toutes les personnes proches du Président Gbagbo ou supposées telles, sont abusivement arrêtées et tous mécaniquement inculpées et emprisonnées sur la base des mêmes infractions préfabriquées, tirées de prétendues atteintes à la sûreté de l’Etat. Ainsi, avec ce sésame, plusieurs centaines de prisonniers politiques se meurent, à ce jour, dans onze (11) prisons sur l’ensemble du territoire national. Au demeurant, avec cette arrestation du docteur Assoa Adou, Directeur de campagne du Président Laurent Gbagbo, la Coordination Fpi en exil observe qu’en fait de main tendue, le pouvoir Ouattara est visiblement mû par la volonté d’attirer, par ce procédé, les exilés dans un traquenard afin de les neutraliser.

La Coordination Fpi en exil note au surplus, que le fameux accord politique conclu le 22 mai 2014, entre le pouvoir et le Front populaire ivoirien, à propos d’un retour apaisé des exilés dans leur pays, n’était ni plus, ni moins qu’une opération de communication et une pure propagande visant principalement à abuser la Communauté Internationale. A la vérité, cette autre arrestation arbitraire du docteur Assoa Adou, sur la base de motifs manifestement fallacieux, démontre à suffire l’absence de volonté chez le pouvoir Ouattara à travailler à une réconciliation vraie et durable entre les Ivoiriens.

En conséquence d’une telle gouvernance policière, faite d’arbitraire intolérable, la Coordination Fpi en exil réitère, avec instance, son interpellation à l’endroit de la Communauté nationale et internationale, des leaders religieux et des organisations des droits de l’Homme, sur les conséquences irréparables d’une telle persistance d’un Etat de non-droit en Côte d’Ivoire. La Coordination Fpi en exil, exige la libération sans condition, ni délai, du docteur Assoa Adou, Directeur de campagne du Président Laurent Gbagbo. La Coordination Fpi en exil assure le Docteur Assoa Adou de son soutien et de sa solidarité dans cette épreuve et l’encourage à demeurer le digne combattant qu’il a toujours été.

La Coordination Fpi en exil exhorte le peuple de Côte d’Ivoire à la mobilisation afin de mettre fin à un tel Etat de nondroit, car la Côte d’Ivoire ne mérite pas de s’enliser dans les attributs d’un Etat policier.

Fait à Accra,

le 22 janvier 2015

Pour la Coordination Fpi en exil

Le président

Le ministre Emile Guiriéoulou

(In Le Temps)

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.