La Côte d’Ivoire s’enfonce un peu plus dans le surendettement: Le FMI approuve un décaissement de 75 millions $ au profit de la Côte d’Ivoire | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France La Côte d'Ivoire s'enfonce un peu plus dans le surendettement: Le FMI approuve un décaissement de 75 millions $ au profit de la Côte d'Ivoire
La Côte d’Ivoire s’enfonce un peu plus dans le surendettement: Le FMI approuve un décaissement de 75 millions $ au profit de la Côte d’Ivoire

La Côte d’Ivoire s’enfonce un peu plus dans le surendettement: Le FMI approuve un décaissement de 75 millions $ au profit de la Côte d’Ivoire

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a conclu le 6 juin 2014, la cinquième revue des résultats économiques obtenus par la Côte d’Ivoire dans le cadre du programme appuyé par un accord au titre de la Facilité élargie de crédit, ouvrant la voie au décaissement immédiat d’un montant de 48,78 millions de DTS (environ 75,2 millions $), a-t-on appris d’un communiqué de l’institution de Bretton Woods.

A l’appui de sa décision, le Conseil d’administration du FMI fait savoir que des progrès satisfaisants ont été enregistrés dans la mise en œuvre du programme de réformes structurelles en Côte d’Ivoire, avec notamment l’adoption de la stratégie à moyen terme de la masse salariale et d’un plan d’actions assorti d’un chronogramme pour la restructuration des banques publiques.

Le pays présente aussi selon ses indicateurs macro économiques, des perspectives positives avec une croissance devrait se stabiliser à un niveau élevé (8,5%), soutenue par une hausse continue et forte de la demande intérieure. Le taux d’inflation annuel moyen devrait baisser à 1.2% et le déficit global des finances publiques resterait modéré à 2.3 %.

Plusieurs défis subsistent toutefois pour le pays dirigé par Alassane Ouatara, lui même ancien haut fonctionnaire du FMI, dont celui d’entretenir la dynamique de la croissance et de la rendre plus inclusive au travers d’une mise en œuvre déterminée du programme de réformes structurelles. « Les domaines prioritaires portent sur l’amélioration continue du climat des affaires pour favoriser le développement du secteur privé, la mise en œuvre du plan d’actions pour la restructuration des banques publiques et, plus généralement, le développement du secteur financier », explique le Fonds dans son communiqué.

Idriss Linge

Source: Agence Ecofin

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.