La CPI à Conakry pour l’affaire du 28 septembre 2009

La CPI à Conakry pour l’affaire du 28 septembre 2009

Une mission du Bureau du procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI) séjourne en Guinée autour du dossier du massacre du 28 septembre 2009 dans un stade de Conakry.

Les délégués de la CPI sont venus pour constater l’évolution de la procédure engagée autour du dossier du 28 septembre qui fait l’objet d’un examen préliminaire par le Bureau du procureur. Celui-ci dépêche régulièrement des missions en Guinée pour s’enquérir de l’état d’avancement de la procédure judiciaire dans le cadre de cette affaire du 28 septembre 2009.

La mission de Fatou Bensouda qui séjourne à Conakry, a déclaré apprécier le degré d’implication du gouvernement guinéen dans le traitement de ce dossier. C’était au cours d’une audience que leur accordait, mercredi, le président guinéen, Alpha Condé.

Présent à l’entretien, le ministre guinéen de la Justice et garde des sceaux, Cheick Sako a rassuré le Bureau du procureur de la CPI de la volonté du gouvernement guinéen à oeuvrer pour la manifestation de la vérité dans cette affaire qui avait endeuillé la Guinée.

« La Guinée s’est engagée à juger cette affaire par la mise en place d’un pool de juges, qui a commencé à auditionner des témoins et des victimes, ainsi que de présumés auteurs de ce massacres », a précisé le ministre de la justice.

L’ancien chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara toujours en convalescence au Burkina Faso depuis 2009, ainsi que certains de ses proches collaborateurs, notamment le Lieutenant Colonel Moussa Tiegboro Camara, ministre en charge des services spéciaux et de la lutte antidrogue d’alors et le Lieutenant Colonel Claude Pivi qui assurait la garde présidentielle ont été entendues par les juges en charge du dossier.

Le 28 septembre 2009 dans le stade du même nom, une manifestation politique avait été réprimée dans le sang sous le règne de la junte au pouvoir d’alors dirigée par le Capitaine Moussa Dadis Camara. 127 guinéens y ont été massacrés par des militaires fidèles au leader putschiste autoproclamé président après la mort du Général Lansana Conté en fin 2008.

Par la voix de son avocat guinéen, Dadis Camara a annoncé récemment sa démission de l’armée guinéenne. L’ancien homme fort de la Guinée déclarait également se mettre en tête d’un parti politique.

Mamadou Oury Bah à Conakry

Source: afriqueactualite

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE