La déchéance morale et intellectuelle a un nom : Franklin Nyamsi | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France La déchéance morale et intellectuelle a un nom : Franklin Nyamsi
La déchéance morale et intellectuelle a un nom : Franklin Nyamsi

La déchéance morale et intellectuelle a un nom : Franklin Nyamsi

Dans une diatribe haineuse et méprisante bien à l’image de leur comportement depuis leur forfaiture en Côte d’Ivoire, Franklin Nyamsi se disant universitaire d’origine camerounaise et conseiller occulte de Soro Guillaume dans divers domaines aussi obscurs qu’inutiles a cru bon de s’attaquer à moi, suite à mon interpellation de deux membres de la galaxie Pro-GBAGBO de Paris qui avaient posé en sa compagnie et ri aux éclats avec lui avant, pendant et après une conférence de presse à Paris. « Passer ma route » sans répondre à ce répondeur automatique c’est donner un blanc-seing à ses délires à cet attardé intellectuel maniant sophisme, arrogance, mythomanie et mauvaise foi lorsqu’il s’agit de la Côte d’Ivoire mais aussi du Cameroun et même du Burkina. Franklin Nyamsi je te parle donc.

Je suis Armand Iré, homme de communication et journaliste-écrivain ivoirien. Aujourd’hui,  en France après trois ans d’exil au Cameroun

Me voir traiter « d’aboyeur professionnel de la galaxie proGBAGBO d’Europe » par un mercenaire névrosé et haineux me laisse à 37. Je me dégoutterai à vie si j’accorde un crédit quelconque aux délires d’un individu qui célèbre la prise de pouvoir par les armes, qui est l’affidé à tout faire d’un inconstant affabulateur comme Soro Guillaume. Je réagis cependant pour éclairer ceux qui liront ta déversée de haine à mon encontre.

Comme l’a dit un étudiant burkinabé en te brocardant « L’histoire politique de l’Afrique est pleine de ces  « intello agrégés » qui se pavanent dans les chancelleries en quête d’une gloriole en vue d’avoir un « pass » d’entrée dans les palais africains ». A défaut de ne pas être auprès de Ouattara, tu es dans les cotes de Soro Guillaume pour mieux formater son ardent désir d’aller à l’assaut du palais présidentiel et de s’y installer et ce par tous les moyens y compris la réécriture de l’histoire de la Côte d’Ivoire, de la sous-région ouest-africaine, Afrique centrale et la reprise des armes. Tu es un extrémiste et tu en es fier. Emmargeant sur le dos du contribuable ivoirien, toi l’universitaire « réputé », toi la « référence » qui précède ton nom du pompeux titre de professeur pourquoi ne donnes-tu pas des cours dans une université ivoirienne si autant que tu aimes la Cote d’Ivoire?!!i Je te méprise toi qui du haut de ton verbe truculent nie le génocide du peuple Wè, génocide dont le point d’orgue est le millier de morts en deux jours à Duékoué et environs. Massacres commis par la milice « dozos » et la soldatesque de Soro Guillaume. Le massacre tout aussi inhumain que gratuit du camp de refugiés de Nahibly par les FRCI d’Allassane Dramane Ouatttara et la milice « dozo », ne s’effacera jamais de notre mémoire. Nahibly ou l’impuissance d’un peuple livré à ses bourreaux par l’état chargé de le protéger.

Le régime Ouattara que tu soutiens fait sodomiser ses opposants et des officiers ivoiriens.

Franklin Nyamsi, des personnes comme toi ont jalonné l’histoire africaine. Elles existeront toujours, mais n’auront véritablement jamais une influence sur le cours des choses et la postérité ne retiendra rien d’eux, même pas leurs noms. Pour le moment, je fais partie de ceux qui refusent de participer au poker-menteur qui a cours dans mon pays. La réconciliation ce n’est pas des slogans creux. La réconciliation dans mon pays ne doit pas être une réconciliation télévisée. Comme je le dis dans mon livre « Cote d’Ivoire, vote sanglant douleurs d’exil », vos actes réconciliateurs les voici : « plus de 1000 prisonniers politiques, le nord transformé en goulag. Des arrestations arbitraires, le kidnapping d’opposants dans la sous-région, des exécutions sommaires, des décisions extrajudiciaires, des dénonciations calomnieuses, le gel des avoirs des « ennemis » du régime, l’attaque et l’incendie du siège du FPI […] l’incendie des sièges de la presse dite proche de Laurent GBAGBO par des jeunes désœuvrés, excités , farouches partisans d’Allassane Dramane Ouattara ». A cette liste non exhaustive, ajoutons la sodomie (nouvelle arme de torture du régime Ouattara) jusqu’à ce que mort s’en suive de valeureux serviteurs de l’Etat ivoirien tel que le commissaire Négblé César ancien directeur de la DST. Le régime Ouattara que tu soutiens fait sodomiser ses opposants et officiers ivoiriens. Leur seul tort le soutien de la légalité républicaine.

En tant qu’ivoirien, j’irai un jour à la table de négociation pour la paix définitive dans mon pays mais ce ne sera pas sur une table ou sera assis un mercenaire payé pour donner un visage humain aux personnes à qui on a donné un permis de tuer dans mon pays et qui l’utilise abusivement. La junte installée au pouvoir à Abidjan continue de tuer et de mentir et je continuerai à dénoncer cela, surtout qu’après avoir tenté de me museler en me faisant arrêter au Cameroun, vous ne pouvez plus m’envoyer vos escadrons de la mort dirigés par Chérif Ousmane seigneur de guerre et actuel véritable patron de la garde présidentielle.

Bon pied la route dans tes mensonges et déni.

 Armand Iré

Journaliste-écrivain

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.