La FESACI réclame la libération des prisonniers politiques au nom de la réconciliation nationale

La FESACI réclame la libération des prisonniers politiques au nom de la réconciliation nationale

En ce jour du 24 janvier 2018, nous nous retrouvons en ce lieu, dans cette résidence emblématique, chargé  de tant de souvenirs et de symboles de la lutte syndicale et du combat démocratique de notre pays.

Comme chaque année, depuis 2014, nous sommes ici rassemblés pour présenter les vœux du nouvel an à notre leader emblématique, l’icône du syndicalisme indépendant, le combattant infatigable, à ‘’l’incassable’’ Professeur Etté, fondateur de la Fesaci. Le professeur Marcel Etté représente pour nous l’exemple du courage, de la résistance des travailleurs dans la Côte d’ivoire des années de braise façonnée et plombée par les frasques et les traumatismes du parti unique et de la pensée  unique à l’époque où revendiquer était un crime, réclamer un mieux-être était synonyme de déstabilisation du pays. Général Etté, nous sommes ici chez vous pour marquer notre fidélité à une cause.

Le syndicalisme revendicatif autonome et indépendant dont l’objectif unique est l’engagement en faveur des droits et intérêts moraux et matériels de tous les travailleurs afin d’assurer ou d’œuvrer pour leur bien être. Nous sommes ici pour aussi commémorer notre fidélité à l’homme qui incarne cette cause, cet idéal afin de  transmettre cet héritage aux autres générations. En effet, en ces temps de violence, de désordre de tout genre et d’incertitudes politiques, en ces temps d’intolérance, voire de manichéisme, il est utile de rappeler que les valeurs fondamentales du syndicalisme sont la solidarité, l’union, l’honnêteté et la constance dans l’engagement. Oui, en ces temps ou d’autres ont fait de la trahison, de l’imposture et de l’opportunisme, leur crédo, et leur mangeoire, nous voulons rendre hommage à tous nos ainés précurseurs du syndicalisme revendicatif en Côte d’Ivoire. Nous citerons entre autres : Marcel  Etté, Dr Assoa Adou, Deby Dally, Koudou Kessié, Zabou Tomothée, Tapé Kipré, Yao François, Nyamien Messou, Dégny Etché et Koné Zobila.

Nous avons aussi le devoir de nous souvenir de nos leaders et camarades rappelés à Dieu : Kamenan Kadjo, Kouakou Siméon, Nahi Doho, Gohoré Bi Sévérin, Sérikpa Dagou et Zunon Achille. Tous ceux-là ont beaucoup apporté à la Fesaci (leurs moyens, leurs idées et leur énergie) à la centrale. Ne les oublions pas. Aux militants d’aujourd’hui inscrits dans la continuité de l’action syndicale revendicatrice, nous leur disons,  vous êtes dans le bon combat, dans la dignité, dans le vrai combat que l’histoire retiendra pour la postérité. Vous êtes les acteurs de l’unité que nous recherchons pour la Fesaci, l’unité qui replacera la Fesaci au cœur de la lutte syndicale revendicative dans notre pays.

Avec vous et tous ceux qui luttent réellement pour les travailleurs nous construirons l’unité de la Fesaci. C’est un  impératif qui s’impose à tous ceux et celles qui parlent et agissent au nom de la Fesaci après plusieurs années de bicéphalisme et de régression. (…) Honte aux fossoyeurs des luttes syndicales ! Honte à ceux qui ont vainement œuvré à travers des tentatives de sabotage de la lutte des fonctionnaires ! Camarades, la lutte n’est pas terminée. Soyons vigilants face aux imposteurs et autres renégats ainsi qu’aux voleurs de victoires abonnés aux salons et palais des hommes forts du moment. La lutte syndicale a son propre tribunal, à l’aune des actions (…). Demain sera demain. L’histoire situera les actes posés et les responsabilités de chacun.

En ce qui nous concerne, nous portons à la connaissance de tous les Sg que le quorum requis pour la tenue du congrès unitaire est obtenu. Une mission est en ce moment à Paris et à Genève afin d’informer les partenaires internationaux et recueillir leur appui. Une assemblée générale de mobilisation et de synthèse est prévue dans les prochains jours. Cette Ag fixera la date et les modalités de l’organisation du congrès.

Aux autorités de notre pays, nous recommandons que des mesures soient prises pour la réconciliation politique afin de favoriser le retour sécurisé des exilés et refugiés Ivoiriens dont des syndicalistes ainsi que la libération des détenus de la crise post électorale de 2010-2011. Une démocratie n’empile pas des cycles d’élections pendant que des acteurs et leaders d’un camp croupissent en prison, exclus de fait de la compétition.

Cette année 2018 sera celle de tous les espoirs, espoir pour la construction de l’unité chère à notre leader emblématique Marcel Etté.

Bonne année à vous général Etté, Bonne année à tous, longue vie à la Fesaci.

Pleine et entière santé à tous !

Abidjan le 24 janvier 2018

Pour la Fesaci     

Le Secrétaire général

Kouamé Kra Félix

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*