La fille de Tiburce Koffi à Touré Mamadou (conseiller du président Ouattara): «Je suis outrée par les injures que vous avez lancées à l’encontre de mon père»

La fille de Tiburce Koffi à Touré Mamadou (conseiller du président Ouattara): «Je suis outrée par les injures que vous avez lancées à l’encontre de mon père»

Je me nomme Aude-Melody Mokan Cole-Koffi, fille de Tiburce Koffi. Je suis détentrice d’un Master en Ingénierie Financière et actuellement étudiante en Contruction Management Engineering (Genie Civil) aux Etats-Unis, en Caroline du Nord où je prépare un Bachelor.

Monsieur le Conseiller technique, j’ai lu sur les réseaux sociaux, des propos que vous avez tenus à mon endroit et à l’encontre de mon père que vous avez traité d’ingrat lors d’un meeting politique que vous avez animé à Yamoussoukro, la semaine dernière. Au cours de ce meeting, vous avez affirmé que c’est le président de la République, Son Excellence M. Alassane Ouattara, qui paye mes études ici, aux Usa. L’information ayant été donnée publiquement et circulant sur les réseaux sociaux, j’ai jugé nécessaire de porter, tout aussi publiquement, un démenti à ces propos. Pour cela, il me faut éclairer l’opinion sur cette question :

1 – Au titre de l’année académique 2012-2013, j’ai effectivement sollicité une aide présidentielle pour mes études. Je vous avais adressé, à cet effet, un courrier. J’ai procédé ainsi non seulement en fonction de vos attributions à la Présidence, mais aussi parce mon père m’avait dit que vous vous connaissez et que vous l’aviez assuré que, par vous, le dossier serait vite traité, compte tenu des liens que vous avez avec le président de la République.

2 – Je précise que c’est le président de la République, lui-même, qui a demandé que mon père lui fasse parvenir ce dossier pour assurer les frais de mes études. Peut-être était-ce une manière pour lui de manifester sa reconnaissance envers mon père qui a soutenu son combat, en 2010-2011 ? Honnêtement, c’est une démarche qui ne me plaisait pas, car tant bien que mal, on arrivait à subvenir à nos besoins ; et j’ai même beaucoup hésité à l’entreprendre, raison pour laquelle d’ailleurs, mon dossier ne vous est pas parvenu dans les délais requis.

3 – Mon père m’a dit et répété qu’il n’a jamais sollicité quoi que ce soit du président, et que l’initiative d’attribution de cette aide est venue du président Alassane Ouattara, lui-même. Et il m’a même cité des témoins, qui existent encore, qui peuvent attester cela. Alors, pour ne pas contrarier mon père, et le soulager un peu, car les études aux Usa coûtent cher, je me suis résolue à constituer ce dossier.

4 – Je n’ai jamais eu de suite de cette sollicitation, jusqu’en juin 2014 où j’ai reçu un email des services de la Présidence, m’informant qu’ils ne pouvaient que m’accorder une aide présidentielle pour mon séjour estudiantin qu’ils ont estimé à 7, 200 dollars par année ; environ 3 millions de F cfa.

Ainsi : le 10 Juillet 2014, j’ai perçu de la présidence, la somme de 3 580 dollars Us ; soit à peu près 1, 7 million de F cfa ; et récemment, le 09 février, la somme de 2385 dollars ; soit à peu près 1.075.000 F cfa. Le total donne 5965 dollars (2, 8 millions), pour les années académiques 2012 à 2015. Je joins à cette correspondance, les traces bancaires. Pour recevoir le second versement en février, il m’a été demandé d’envoyer mes résultats académiques du semestre dernier. Ce qui est tout a fait normal.

Alors, il me semble que je reçois cette aide financière sur la base de mes résultats académiques et non sur les relations que vous entretenez avec mon père. Si ce n’était que pour ces relations, je n’aurais plus reçu de virement après la sortie de son livre en décembre 2014 ; livre qui a suscité le mécontentement du président et il a même été renvoyé de son poste. Je soutiens donc que je n’ai jamais bénéficié d’une quelconque bourse de l’Etat de Côte d’Ivoire.

Mes études sont assurées par mes parents et non par le président Alassane Ouattara. Je suis étudiante à temps plein (full time) et je travaille dur, à temps partiel, pour subvenir aussi à mes besoins.

Je suis outrée par les injures que vous avez lancées à l’encontre de mon père ; et je le suis aussi pour les propos diffamatoires et mensongers que vous répandez à mon encontre. C’est mon père qui a fait de la politique, et non moi. Vous n’avez pas le droit de me salir, Monsieur. Je trouve votre attitude inacceptable et malveillante de la part du Conseiller d’un Chef d’Etat. Son excellence, M. Alassane Ouattarra, lui-même titulaire d’un diplôme américain sait ce que les études aux Etats-Unis coûtent. Si vous aviez eu l’opportunité d’étudier en Amérique, vous n’auriez jamais tenu ces propos, Monsieur. Cette aide financière m’a été utile, je le reconnais. Je suis reconnaissante pour cette aide que la Côte d’Ivoire m’apporte. J’espère pouvoir retourner un jour dans mon pays et lui apporter, à mon tour, mon aide. Pour 5965,00 dollars envoyés après deux années et demi d’études universitaires, vous ne pouvez pas vous permettre d’affirmer publiquement que le président de la République paye mes études. De plus, le budget des bourses et aides financières est l’argent de la Côte d’Ivoire et non du président. Alors, attention à vos propos.

Pour finir, je souhaiterais aussi demander à SEM le Président Alassane Ouattara de faire arrêter toute cette campagne de dénigrement que ses collaborateurs ont engagée contre mon père dont l’engagement à ses côtés, a été public et fort apprécié de nombreux Ivoiriens, surtout de lui-même. C’est une situation insupportable pour son enfant que je suis. Son dernier livre a suscité votre mécontentement et celui du président de la République. Mais ceci ne définit pas tout le travail qu’il a accompli. Le monde entier peut tout lui reprocher, mais mon père est travailleur, et cela le président de la République ne le démentira pas. J’aurais moi même souhaité qu’il se retire de ce monde politique. Hélas, mon père est un grand optimiste. Il a fait beaucoup de sacrifices pour la politique, et a pris beaucoup de risques pour Monsieur Alassane Ouattara. Et voilà comment il est récompensé. Vous vous permettez de le traiter d’ingrat. Le monde politique lui même est ingrat, pas mon père.

Cole Mokan Aude-Melody Koffi

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE