La France propose son expertise (?) dans la lutte contre Boko Haram

La France propose son expertise (?) dans la lutte contre Boko Haram

Le ministre français des Affaires étrangères et du Développement international, Laurent Fabius, a quitté dimanche matin Yaoundé, la capitale camerounaise, au terme d’une visite de travail et de solidarité de quelques heures au cours de laquelle il est venu présenter l’offre de collaboration de son pays dans la lutte contre la secte islamiste nigériane Boko Haram.

Arrivé la veille en fin d’après-midi en provenance de N’Djamena (Tchad), il a eu une séance de travail avec les officiels du ministère des Relations extérieures avant d’être reçu en audience par le président Paul Biya.

Au sortir de cette entrevue de plus d’une heure, M. Fabius a indiqué à la presse avoir examiné avec son interlocuteur les multiples possibilités à mettre en œuvre dans les opérations sur le terrain contre le mouvement djihadiste, qualifié de «groupe de faux religieux et de vrais criminels».

Tout en précisant qu’il revenait aux Africains d’engager cette croisade, il a déclaré que son pays mettra à la disposition des forces de défense des pays engagés au front des renseignements sur les mouvements des troupes ennemies.

Laurent Fabius a aussi promis un appui logistique à ses partenaires, sur des aspects qu’il n’a pas souhaité développer.

En sa qualité de membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, a-t-il ajouté, la France se propose de porter le projet d’une force interafricaine auprès de l’ONU.

Avant de quitter Yaoundé pour Niamey (Niger), Laurent Fabius a organisé un déjeuner avec les agences humanitaires basées au Cameroun.

Le chef de la diplomatie française a engagé une tournée dans les pays membres de la Commission du Bassin du Lac Tchad au lendemain de la résolution, par l’Union africaine et les pays de la sous-région, de la mise sur pied une force de plus de 8000 hommes.

De même, lundi dernier, une session extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement du Conseil de paix et de sécurité de l’Afrique centrale (COPAX) a entre autre décidé de la mobilisation d’un fonds de l’ordre de 50 milliards FCFA consacrée à la lutte contre le groupe terroriste Boko Haram.

Source: APA

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.