La Mère Patrie et ses enfants ingrats (Poème inedit  du Gouverneur Philippe-Henri Dacoury-Tabley)

La Mère Patrie et ses enfants ingrats (Poème inedit du Gouverneur Philippe-Henri Dacoury-Tabley)

En ce jour de la fête des mères,
C’est grande joie sur notre terre.
Vers sa génitrice chacun ira
Et le cœur joyeux et en fête dira:
Je t’aime, je t’aime tant, maman.
Et elle, moi tout autant mon enfant.

En marge de ce grand bonheur
Des mamans parées de fleurs,
Se tient, triste, une mère sans voix.
Dans le silence elle porte sa croix.
Pourtant, de tous, elle est la mère,
La mère plusieurs fois nourricière.

Fils et filles de ce pays elle a enfanté,
Sur son dos solide, elle les a portés.
Tendrement, ses enfants elle a choyés.
Pour eux tous les efforts elle a déployés.
De ses enfants elle a fait des bénis de Dieu,
Ne manquant de rien et très heureux.

La Mère Patrie et ses enfants ingrats 1014x1024 La Mère Patrie et ses enfants ingrats (Poème inedit  du Gouverneur Philippe Henri Dacoury Tabley)

Mais celle qui a tout donné, la mère patrie,
La Côte d’Ivoire, par ses enfants a été trahie.
De tous ses fils, elle espérait la gratitude,
Hélas, ils ont eu une tout autre attitude.
Des fils ingrats et renégats, l’ont défigurée
Et planté en son sein un glaive acéré.

En cette fête des mamans, jour de joie,
La mère patrie, la Côte d’Ivoire, croit
Que ses fils et filles, les ivoiriens,
Tous ensemble, raffermiront leurs liens
Et feront échec à tous ceux qui, ici et ailleurs,
Œuvrent contre la Côte d’Ivoire et son bonheur.

Dacoury-Tabley Philippe-Henri

Poème inédit

Abidjan le 29 mai 2016

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE