La Namibie conditionne sa présence à la CPI: «… Si vous persuadez les États-Unis à adhérer, nous resterons », annonce le Président de la République Hage Geingob

La Namibie conditionne sa présence à la CPI: «… Si vous persuadez les États-Unis à adhérer, nous resterons », annonce le Président de la République Hage Geingob

L’affaire des défections de la Cour pénale internationale (CPI) continue son chemin et plusieurs pays surtout africains réfléchissent sur la question. La Namibie en fin de semaine déclarait qu’elle ne restera membre de la CPI que si les Etats-Unis venaient à en ratifier le traité fondateur.

La requête est sensée. La Namibie par la voix de son Président de la République Hage Geingob, a annoncé qu’elle ne ferait plus défection de la CPI si la première puissance mondiale ratifiait le texte fondateur de la cour. « Les gens disent qu’elle [CPI, ndlr] ne cible que les dirigeants africains. Cela semble être vrai … et c’est un problème… Si vous persuadez les États-Unis à adhérer, nous resterons ». En mars dernier la Namibie avait déjà exprimé son envie de quitter la CPI. Avec les récentes défections, l’inquiétude est remontée, la presse voulant savoir si le pays va réellement se retirer et si elle va finalement rester. La réponse est donc claire. Il faudra toutefois attendre encore le vote des parlementaires namibiens sur le retrait du pays de la Cour. Un vote que le Président namibien croit déjà positif « convaincu que les représentants du peuple feront le bon choix en entérinant le retrait du pays de la CPI », a-t-il dit.

LIRE AUSSI: “La CPI, ce geôle à nègres, a perdu la guerre contre le peuple Africain : la Namibie quitte la CPI

Grand financier de ce système de justice international, les Etats-Unis n’ont pourtant pas ratifié le statut de Rome qui a donné naissance à la cour, pour éviter de se mettre sous cette juridiction qui pourrait avoir à poursuivre des anciens présidents américains, avait analysé un expert juriste au Bénin. La CPI a justement par le crédit que lui accordent les Nations, la compétence de poursuivre les personnes pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre, et divers violations grave des droits des peuples. Selon toujours l’expert qui a voulu garder l’anonymat, « Georges Bush aurait pu être jugé par cette cour par exemple pour sa guerre en Irak fondée sur les preuves montées ».

Une cour de justice africaine en perspective

Ces dernières semaines plusieurs pays africains se sont soit retirées soit ont manifesté leur désir de se retirer, de la CPI. Si certains ne l’ont pas encore fait officiellement, cela ne saurait certainement pas tardé.

En expliquant le retrait de son pays, le Président namibien Hage Geingob a fait la proposition d’un autre mécanisme panafricain de justice qui serait proprement indépendant.

« L’Afrique doit développer ses propres processus, systèmes, tribunaux et institutions… Cela nous aiderait à être autosuffisants. Nous devons mettre en place des institutions durables … pas celles imposées par des pays étrangers », s’est clairement exprimé le Chef d’Etat namibien.

Déjà il y a quelques années, le chef de l’Etat Togolais Faure Gnassingbé à l’occasion d’un rendez-vous international continental à Lomé, avait lui aussi fait la même proposition, invitant même ses pairs à étudier la question.

Deux faits pourraient contrecarrer les plans pour une cour de justice panafricaine. Premièrement la mésentente entre les chefs d’Etat du continent pour des questions de leadership et pour des intérêts avec l’occident et ensuite la question des moyens financiers et de pression de la Cour. Rappelons que la simple cour de la Cedeao s’est plusieurs fois faite humiliée par ses pays membres et que l’Union africaine elle-même est sous perfusion économique de l’Europe à plus de 50%.

Lire la suite sur La Tribune.fr

One comment

  1. La Cour Pernicieuse Impérialiste (CPI) n’est pas une instance crédible!Elle n’a pas de contenu ni d’autorité.C’est une proto-institution car elle procède,dérive de l’autorité du Conseil de sécurité tenu par les USA.C’est pourquoi les USA ne la juge pas utile au point d’y adhérer. Alors pourquoi les pays africains en sont friands?Raison simple: comme la francophonie,être membre de la CPI donne des miettes financières tout en perpétrant la domination des blancs sur les Noirs!Dans cette équation honteuse qui a nourri l’apartheid,il y a toujours des enfants égarés d’Afrique qui n’en sont pas affranchis.Tels:Abdou Diouf,Kofi Anan,Dramane Ouattara,Ping Jean,Lionel Zinsou et bien d’autres.Quoiqu’ils aient étudié dans les grandes écoles du blanc,ils sont convaincus que seul le blanc est capable de soumettre le Noir,mais surtout leur permettre d’assurer leur hauteur sur leurs semblables Noirs!Ainsi, aussi éduqués qu’ils peuvent être,ils ne sont ni intelligents,ni porteurs de la culture ou de la vision de l’Afrique capable d’être au rendez-vous du donner et du recevoir qu’est la mondialisation!Dommage,mil dommage car l’intelligence de papier qui donne le diplôme,cela n’a rien à voir avec l’intelligence de la vie globale ordonnée par la connaissance,même superficielle,de épistémologie historique de l’humanité!Quel drame pour l’Afrique? Pauvre Afrique!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE