La peur gagne le régime d’Abidjan: Ouattara négocie avec la France pour que les militaires français assurent sa protection rapprochée

La peur gagne le régime d’Abidjan: Ouattara négocie avec la France pour que les militaires français assurent sa protection rapprochée

A en croire les révélations du journaliste français Antoine Glaser, spécialiste de l’Afrique et fondateur de la Lettre du Continent, sur la chaine France 24, Alassane Ouattara était apparemment informé de l’imminence de la dernière mutinérie partie de Bouaké, l’ancienne capitale rebelle.

En effet, Antoine Glaser a révèlé que Alassane Ouattara a demandé une aide au bataillon francais stationné à Port Bouët pour assurer sa protection rapprochée jusqu’a la fin du mois de Janvier car il craint une « explosion sociale pouvant deboucher sur sa chute ». Ce qui en d’autres termes veut dire que monsieur Ouattara se préparait à prendre des décisions impopulaires qui provoqueraient des réactions fortes de la classe sociale.

La demande de Alassane Ouattara gênerait énormément le président français François Hollande, révèle Antoine Glaser qui précise que « le Président français Hollande hésite encore a lui accorder cette mesure exceptionnelle qui risque de susciter la colère des Ivoiriens car cela constituerait une grave atteinte a leur souveraineté ».

Lire aussi: “Peur d’une autre guerre post-électorale: La BAD se prépare à quitter la Côte d’Ivoire

Rappelons que dans son dernier numéro 735 de ce 24 août 2016, La Lettre du Continent avait également révélé que suite aux tensions entre lui et Guillaume Soro, Alassane Ouattara s’était “bunkérisé” en faisant installé un portail blindé de plus de deux mètres de hauteur en remplacement d’une simple porte installée en 2011.

Dans l’euphorie des “victoires” sans bataille qu’il a récoltées ses derniers mois avec l’aide d’opposants fantôches, ni Ouattara ni ses supporters du RDR ne pouvaient envisager qu’une véritable confrontation avec le peuple était possible. Sans doute trop occupé à menacer la vie des “Gbagbo ou Rien”, Ouattara ne pensait pas qu’il y aurait un moment où la peur habiterait son camp. Comme c’est le cas aujourd’hui.

Eburnienews.net

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE