La réconciliation version Soro Guillaume est juste un “mougoupan” (Par Saint-Claver Oula)

La réconciliation version Soro Guillaume est juste un “mougoupan” (Par Saint-Claver Oula)

Ne soyons pas amnésiques. Mettons une dose de réalisme dans nos analyses quand il s’agit de Guillaume Soro, la face visible de la rébellion, qui se fait aujourd’hui chantre d’une réconciliation que je juge sournoise. Une réconciliation que je comparerais à cet jeune homme, épris d’une jeune fille, au lieu de se présenter à ses proches, s’afficher en public avec elle, choisit de l’étreindre dans des coins obscures. Et une fois qu’un souci advient, il prend la poudre d’escampette. Dans le langage d’Adjamé, c’est ce qu’on appelle un “mougoupan”.

Charles Konan Banny a fait son “mougoupan”, KKB a fait son “mougoupan”. Et voilà Guillaume Soro qui tente aussi son coup. j’aimerais bien savoir – qu’est-ce que je voudrais être devin – ce qui lui passe en ce moment précis par la tête. Peut-être se dit-il : “Ne sait-on jamais, je vais aussi tenter le coup”. Mais lui n’est pas Charles Konan Banny, lui n’est pas KKB qui, de par leur fonction foireux (ou occupation dans l’appareil Ouattara et Bédié) au moment où ils se rapprochaient du camp Gbagbo, ne laissaient entrevoir aucun préalable du camp Gbagbo vis-à-vis d’eux. Mais quant à Guillaume Soro, j’aimerais demander à ceux qui crient “allons à la réconciliation, allons à la réconciliation”, est-ce les adversaires autrefois ciblés ou le demeurant à ce jour, depuis septembre 2002 jusqu’à la crise post-électorale de 2011, qui doivent se jeter dans les bras pieds et mains joints de Guillaume Soro pour l’adouber dans ses ambitions (parce qu’il en a) ou est-ce lui qui, après avoir entrepris des actions qui ont dispersé les Ivoiriens (pour certains en prisons, morts ou mourants, et pour d’autres en exil, mourants ou souffrants), doit donner un signal fort de par sa position au sommet de l’Etat, à la tête d’une Institution où même des lois qui sont la boussoles du pays se votent ?

Je pense humainement que la réponse à cette question est essentielle et pourrait nous faire avancer dans un vrai et digne débat. Qu’est-ce qui fait courir Guillaume Soro après avoir ouvertement noté que lui et son clan sont “méprisés” par ceux qu’ils ont porté au pouvoir ? C’est bien beau que ces hommes politiques (Banny, Essy, KKB et… aujourd’hui Soro – tous barons des partis au pouvoir), soient enfin convaincus du poids du camp proche de Gbagbo (ou du moins cherchant un refuge “confortable” dans lequel ils tenteraient de prêter leur palabre à des tiers) cherchent à se rapprocher de lui. Mais Guillaume Soro particulièrement, président de l’Assemblée Nationale ivoirienne est attendue dans un autre registre. Qu’il traduise officiellement en acte à l’hémicycle face à la nation et à l’opinion internationale, à coup de renfort de publicité, ce vœu de réconciliation (avec tout son corollaire) qu’il mijote en coulisse. Il n’aurait peut-être pas besoin de plus pour bénéficier de soutiens dans sa démarche de réconciliation.

Le Président Laurent Gbagbo, dans sa volonté de rassembler ses compatriotes autour de la mère patrie, s’était battu pour qu’aucun Ivoirien soit contraint en exil et cela s’est traduit en loi. Mieux, il a institué un “forum pour la réconciliation” qui a vu défiler au prétoire toutes les forces vives du pays. Et la parole était libérée.

Pour nous autres, témoin encore vivant, qui avons suivi de bout en bout les négociations de Ouagadougou à l’hôtel Lybia de Ouaga 2000 durant un mois, côtoyé certains acteurs des deux camps, senti les émotions ici et là et fait le constat de l’application de “l’accord politique de Ouaga” sur le terrain, nous pensons, à notre humble avis, qu’une réconciliation pro-Soro dans son état “actuel sournois de débauchage”, “sans visage véritable” ressemble plus à un “accord de Ouaga bis” avec les pro-Gbagbo sans Gbagbo, que dirais-je, elle ressemble à la politique de l’autruche de l’intéressé.

Sinon que la balle est toujours dans le camp de Soro…

Saint-Claver Oula

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*