L’adjointe de Clinton travaillait dans une édition musulmane radicale

L’adjointe de Clinton travaillait dans une édition musulmane radicale

On l’appelle la “seconde fille” ou “l’ombre” d’Hillary Clinton, elle dirige sa campagne électorale. Mais qui est Huma Abedin en réalité: l’arme secrète de la candidate démocrate ou son talon d’Achille?

Le journal américain New York Post a récemment publié l’information selon laquelle la proche conseillère de la candidate démocrate d’Hillary Clinton à l’élection présidentielle Huma Abedin avait travaillé dans une édition musulmane radicale.


“La chef adjoint de la campagne électorale d’Hillary Clinton, une femme qui pourrait être le futur chef de l’administration de la première femme présidente des Etats-Unis à la Maison Blanche, a travaillé pendant dix ans en tant que rédactrice en chef adjointe d’une édition musulmane radicale qui se prononçait contre les droits des femmes et accusait les Etats-Unis de l’attentat perpétré le 11 septembre 2001”, indique le New York Post.

Huma Abedin était rédactrice en chef adjointe du magazine saoudien Journal of Muslim Minority Affairs, dirigé par sa mère. Mais en même temps, elle était stagiaire à la Maison Blanche, où elle travaillait avec Hillary Clinton, qui à cette époque était la première dame.


Si en 1995, lors d’une conférence de l’Onu sur les droits des femmes tenue à Pékin, Mme Clinton a prononcé un discours intitulé “Les droits des femmes sont des droits humains”, son adjointe a publié de son côté, à la même époque, un article dont le titre était très semblable: “Les droits des femmes sont des droits des musulmans”, où elle démentait les thèses de la première dame.

Ainsi, selon Huma Abedin, les femmes célibataires avec des enfants ou les couples homosexuels avec des enfants ne pouvaient pas être considérés comme des familles, car l’unique forme possible de la famille consiste en l’union d’un homme et d’une femme. La violence domestique était considérée dans la publication comme résultat naturel d’un stress auquel les hommes sont exposés chaque jour. Le rédacteur affirmait également que les femmes en tenue ouverte invitaient elles-mêmes au viol.


Quant aux allégations portées à l’encontre de Washington, en 2001, concernant les attaques terroristes, le journal musulman indiquait que “les Etats-Unis étaient destinés à subir un attentat terroriste en raison des sanctions imposées à l’Irak “.

Il reste donc à voir s’il est acceptable pour Hillary Clinton d’avoir à ses côtés une directrice adjointe de campagne suspectée de radicalisme, ou si ce bras droit ne deviendra pas plutôt un sérieux handicap dans sa course à la Maison Blanche.

Source: sputniknews.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*