L’Afrique de l’Ouest touché par… un trafic de sperme | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France L'Afrique de l'Ouest touché par... un trafic de sperme
L’Afrique de l’Ouest touché par… un trafic de sperme

L’Afrique de l’Ouest touché par… un trafic de sperme

En Côte d’Ivoire et au Ghana, une rumeur circule selon laquelle des prostituées de ces pays volent le sperme de leurs clients contenus dans les préservatifs après le rapport. Le liquide séminal serait destiné à être utilisé par des marabouts désireux de jeter des sorts.

En Côte d’Ivoire et au Ghana, une rumeur circule selon laquelle des prostituées de ces pays volent le sperme de leurs clients contenus dans les préservatifs après le rapport. Le liquide séminal serait destiné à être utilisé par des marabouts désireux de jeter des sorts.

Les vols auraient lieu dans les hôtels de passe

Une autre fille interrogée par l’hebdomadaire avouent que ces pratiques sont présentes. “En fait, cela existe depuis quelques années à Abidjan. Ma camarade, qui travaille dans un hôtel, m’a confié un jour que des hommes l’avaient contactée pour acheter du sperme pour le compte d’une dame. Et que ce liquide devait permettre à cette dernière de faire des rituels en vue de raffermir les liens d’affection entre elle et son mari, qui commençaient à être distendus. L’année dernière, un Nigérien m’a approchée pour que je lui livre le sperme de mes clients moyennant une forte somme d’argent. Face à mon refus, il m’a rassurée en me disant que c’était simplement pour faire fructifier son commerce. Mais j’ai refusé cette demande qui est à mon sens immorale”.

Les hôtels démentent l’existence de tels réseaux

Mais ces faits sont démentis par la majorité des établissements hôteliers. “Je suis gérant d’hôtel depuis plus de dix ans. Jamais une telle proposition, aussi indécente que diabolique, ne m’a été faite. D’ailleurs, c’est une règle chez nous, ici, d’éviter de toucher aux préservatifs usagés et abandonnés dans les chambres, à cause des maladies”, explique un gérant d’hôtel d’Abidjan. Un avis partagé par l’un de ses confrères. “Généralement, les clients ne laissent pas traîner les capotes utilisées ; ils les font couler dans la cuvette des toilettes. Nous n’avons jamais eu de proposition d’achat de sperme dans notre hôtel”. Il est néanmoins logique que ces professionnels réfutent ces thèses de vente de sperme car ce genre de pratiques ferait très mauvais genre.

Source: Gentside

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.