L’Arabie Saoudite inclut l’Algérie parmi quinze pays pauvres pourvoyeurs de domestiques
Des femmes expatriées devant une agence de recrutement de domestiques en Arabie Saoudite. D. R

L’Arabie Saoudite inclut l’Algérie parmi quinze pays pauvres pourvoyeurs de domestiques

Le ministère saoudien de l’Emploi a dressé une liste de 15 pays desquels il est permis «d’importer» des domestiques des deux sexes. L’Algérie figure dans cette liste de la honte ainsi que tous les pays d’Afrique du Nord, excepté la Libye.

Les employeurs doivent s’acquitter d’une somme variant entre 37 000 et 580 000 DA pour faire venir ces esclaves des temps modernes.

Le royaume wahhabite qui prône une application rigoriste de la charia, et où les droits de l’Homme ne sont nullement respectés, profite de la détresse des plus démunis dans ces pays pour s’octroyer une main d’œuvre corvéable et servile à souhait. L’Arabie Saoudite a été épinglée à plusieurs reprises par les organisations internationales pour de nombreuses pratiques condamnables, dont la traite des êtres humains, le travail forcé et l’esclavage.

Les femmes en sont les premières victimes. De nombreuses femmes sont recrutées comme femmes de ménage ou nourrices et se retrouvent comme esclaves sexuelles de Saoudiens lubriques et méprisants. Ces derniers prennent en otage leurs «employés» en confisquant tous les documents de voyage et autres pièces d’identité. De nombreuses vidéos sont relayées sur les réseaux sociaux où l’on voit ces domestiques rudoyés, humiliés et traités comme des animaux. La plupart d’entre eux migrent volontairement vers cette monarchie moyenâgeuse dans l’espoir de mettre fin à leur misère et leur dénuement.

Mais ils se retrouvent vite entre les mains d’esclavagistes des temps modernes qui les exploitent sans ménagement. Ces promoteurs de l’extrémisme islamiste, qui vivent dans l’opulence et l’excès, utilisent les pétrodollars pour asservir les populations des pays arabes. Ces mêmes pays auxquels la monarchie saoudienne nuit par l’exportation de son idéologie wahhabite, mais aussi par sa politique pétrolière opposée aux intérêts des pays exportateurs, dont l’Algérie qui subit les affres de la chute des prix de l’or noir.

Les autorités algériennes devraient sensibiliser ceux qui seraient tentés par une telle «aventure» afin de leur épargner une vie de servitude et d’humiliation. Elles devraient aussi hausser le ton et demander à l’Arabie Saoudite de retirer notre pays de la liste de la honte.

Sonia Baker

Source: Algeriepatriotique

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE