Laurent Brayard : Je suis allé dans le Donbass et j’accuse le gouvernement français

Laurent Brayard : Je suis allé dans le Donbass et j’accuse le gouvernement français

J’ai eu la chance colossale de me rendre dans le Donbass et à Donetsk pendant plusieurs jours, d’accomplir ainsi un devoir qui aurait été celui de notre gouvernement dans des temps normaux. Avec des moyens très faibles, avec le soutien extraordinaire de quelques personnalités de Donetsk (et d’ailleurs), j’ai donc pu venir voir de mes propres yeux ce qu’il se passe dans cette région de l’Europe dont tout le monde parle mais que quasiment aucun français ne saurait placer sur une carte.

J’ai accompli quelques milliers de kilomètres pour y parvenir et désormais je peux accuser le gouvernement français, plus fortement, plus justement. Ne rien dire serait un crime, ne rien dire serait déshonorer mon nom de Français. Je t’accuse gouvernement de France, je t’accuse par ton soutien indirect d’être responsable de la mort de milliers de personnes dans le Donbass, de favoriser la disette et les conditions de vies déplorables de la population, je t’accuse de participer à une propagande mensongère, injuste, sale et scandaleuse dont des millions de gens sont victimes, je t’accuse d’avoir trahi toutes les traditions françaises issues de la Révolution et même de l’Ancien régime, visant à supporter les faibles, à les défendre, à les libérer des oppressions à la manière des milliers de volontaires nationaux de l’An II qui marchèrent contre toute l’Europe pour arracher leur liberté et celle d’autres peuples.

Je t’accuse gouvernement de France d’avoir abandonné ta souveraineté, en la laissant dans un caniveau appelé Union européenne, je t’accuse de ne plus utiliser les droits et les devoirs de La voix française qui intiment l’ordre à nos gouvernants d’user de notre diplomatie et de l’impact de notre aura dans le monde pour faire le bien, en toute indépendance et hors des cercles d’influence étrangers contraire à l’intérêt de la Nation. Je t’accuse gouvernement de France de mentir aux Français, par une propagande de masse criminelle qui consiste depuis de longs mois à saper, à attaquer et à salir la Russie par tous les moyens en sa possession.

Cette politique russophobe dangereuse, frayant avec le racisme, le nationalisme est à ce point effrayante pour notre pays que nous avons refusé de défiler aux côtés de nos frères russes pour la Victoire du 9 mai 1945, victoire contre le nazisme. Pendant ce temps en Ukraine, nous supportons un régime s’appuyant sur une frange néonazi, nous avons versé plusieurs milliards d’euros par le biais de l’Union européenne avec les impôts des Français, argent qui sert à armer et équiper des soldats de bataillons de massacreurs et de violeurs tels ceux de Svoboda ou Aydar.

BHL Svoboda 300x150 Laurent Brayard : Je suis allé dans le Donbass et j’accuse le gouvernement français

Je t’accuse gouvernement de France, avec tous les journalistes ou presque de notre pays, de participer à un mensonge dramatique dont les gens meurent dans le Donbass : le mythe de l’armée russe ayant agressé l’Ukraine. Je suis allé dans le Donbass, j’y suis rentré en passant par deux postes frontières différents, à Novochakhtinsk et Matveev-Kourgan. S’il y avait les 50 000 soldats russes annoncé par des activistes pro-ukraine qui ont désormais du sang sur les mains de manière indirecte, telle l’infâme Nathalie Pasternak, s’il y avait plusieurs divisions, j’aurais nécessairement vu des centaines de chars, de camions, les forces de soutien, d’intendance etc.

Je n’ai vu aucune force militaire russe massée à la frontière et il est difficile de cacher autant d’hommes de troupes dans un pays où la steppe des cosaques est l’apanage du paysage et de la morphologie du terrain. Je n’ai pas vu pendant tout mon voyage, ni soldat russe, ni régiment, ni brigade, ni division ou armée de la Fédération de Russie. Partout où je me suis rendu, dans les villes que j’ai traversé, comme par exemple la ville des Cosaques d’Antratsyt, petite ville de 54 000 habitants au sud de Lougansk, je n’ai pas vu de forces militaires russes.

J’ai pu interroger tous les habitants que j’ai pu rencontrer, toutes les personnes ici présentent, même opposées au projet de la Novorossia (car j’en ai rencontré !) ont déclaré qu’il n’y avait pas d’Armée russe dans le Donbass. J’ai pu le vérifier moi-même pendant tout mon séjour et je n’ai découvert que les soldats républicains des forces des deux républiques, habillés et armés de manière très hétéroclite.

Je raconterais dans d’autres temps ce que j’ai vu et entendu dans le Donbass. Il aurait suffi au gouvernement français d’envoyer un seul diplomate, un seul observateur pour constater, vérifier et faire un rapport objectif à notre ministre des Affaires étrangères et à travers lui à notre Président de la République. Notre gouvernement français ne l’a pas fait, au contraire il s’entête à charger la Russie. Ce que j’ai vu dans le Donbass, ce sont de simples gens, jeunes, moins jeunes, femmes et hommes, enfants et vieillards.

C’est une population certes russophone mais elle ne souhaite que sa liberté. Elle a déjà choisi l’indépendance par un référendum. Elle a déjà hissé à Donetsk et à Lougansk le drapeau de la liberté. Cette population est soutenue et encore de manière relative par la Russie qui a accueilli 1,7 millions de réfugiés sans aucune aide extérieure, sans que la France, pays des Droits de l’Homme ne verse un seul centime pour aider tous ces gens en détresse.

C’est la Russie au contraire qui a été montré du doigt, sanctionnée injustement. C’est la population du Donbass qui souffre et meure. Sans la solidarité incroyable des gens du Donbass, des milliers d’entre eux seraient déjà morts, mais d’autres vont mourir, soldats ou civils. Et cela parce qu’ils veulent être libres, ils veulent être maîtres de leurs destinées, ils veulent vivre.

 Laurent Brayard : Je suis allé dans le Donbass et j’accuse le gouvernement français

J’appelle donc, en mon nom unique et quoi qu’il puisse m’en coûter, même l’oppression et la prison, tous les Français, de quelques origines qu’ils soient, sans distinction de couleurs de peau, d’orientation politique, à sanctionner le gouvernement français par toutes les résistances possibles, électorales ou non, en pratiquant la résistance passive, en se dressant, en cessant de vivre à genoux.

Les populations du Donbass nous montrent l’exemple, nous pouvons renverser ce régime présidentiel inique, d’oligarques repus et suffisants. Nous pouvons pacifiquement les pousser hors de nos murs, la force du Peuple comme le disait Danton est sans limite, il suffirait juste d’une étincelle pour que la France réapprenne sa force populaire, se réapproprie la Démocratie pour que plus jamais des mensonges et des falsifications de l’histoire ne soient soutenus par la France, surtout quand des gens meurent sous les bombes, assassinés et même faute de soins médicaux ou de nourriture.

Pour moi ma décision est prise. Comme l’ambassadeur français à Prague en 1939 demandait la nationalité tchèque alors que les divisions allemandes forçaient la frontière, je demande la nationalité du Donbass. Je préfère partager le sort de braves gens que de me taire et suivre tacitement des politiques qui déshonorent leurs charges et à travers elle la France chaque jour qui passe.

Laurent Brayard

Source: novorossia.today

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE