Laurent Gbagbo à la CPI : la défense veut profiter du procès pour “dévoiler la vérité”

Laurent Gbagbo à la CPI : la défense veut profiter du procès pour “dévoiler la vérité”

La CPI a décidé jeudi de juger l’ex-président ivoirien pour crimes contre l’humanité commis durant la crise postélectorale de 2010-2011. Une décision salué par la défense de Laurent Gbagbo, qui souhaite profiter de ce procès pour que “la vérité soit dévoilée”.

Il y aura bien un procès Gbagbo à la Cour pénale internationale (CPI). “La chambre préliminaire de la CPI a confirmé, à la majorité, quatre charges de crimes contre l’humanité (…) à l’encontre de Laurent Gbagbo et l’a renvoyé en procès devant une chambre de première instance”, a indiqué jeudi 12 mai la Cour dans un communiqué.

L’avocat de l’ex-chef de l’État ivoirien, Me Emmanuel Altit, a dit se féliciter de cette décision, affirmant que son client “voulait un procès” afin que “la vérité soit dévoilée”. Le camp Gbagbo se dit en outre “en position de force juridique”, l’un des trois juges qui a statué s’étant prononcé contre la tenue du procès en raison d'”éléments de preuve encore insuffisants”. “Cet évènement sera l’occasion de faire de le procès de tous ceux qui ont déstabilisé la Côte d’Ivoire, de tous ceux qui avaient un intérêt à répandre la violence. En somme, des tenants de la Françafrique”, a également réagi le conseil de l’ancien président auprès de Jeune Afrique.

>> Lire aussi Me Altit, avocat de Laurent Gbagbo : “Son procès sera celui des tenants de la Françafrique”

Le porte-parole du gouvernement ivoirien, Bruno Koné, a lui salué le fait que la Cour “se donne les moyens de dire la justice”. “On espère que cela va permettre de ramener de la sérénité chez tout le monde”, a-t-il observé.

3 000 personnes tuées en 5 mois

Premier ex-chef d’État poursuivi par la CPI, Laurent Gbagbo, 69 ans, est accusé d’avoir fomenté une campagne de violences dans le but de conserver, en vain, le pouvoir à l’issue de la présidentielle de novembre 2010. Il assure en avoir été évincé en faveur de son rival Alassane Ouattara, à la suite d’un complot mis sur pied par la France, ancienne puissance coloniale en Côte d’Ivoire. “Ce procès sera celui de la Françafrique, de la manipulation, des arrangements, de ceux qui ont voulu une guerre pour servir des intérêts particuliers”, a affirmé Me Altit. Plus de 3 000 personnes ont été tuées en cinq mois de violences.

Selon l’accusation, Laurent Gbagbo aurait, “conjointement avec les membres de son entourage immédiat”, “ordonné, sollicité, encouragé ou contribué de toute autre manière” à l’accomplissement de quatre crimes contre l’humanité, à savoir meurtres, viols, actes inhumains et persécutions. Arrêté en avril 2011 par les forces pro-Ouattara appuyées par la France et l’ONU, Laurent Gbagbo avait été transféré à La Haye en novembre 2011. Il aurait voulu “rester au pouvoir par tous les moyens (…) par des attaques meurtrières soigneusement planifiées”, ce que l’intéressé nie catégoriquement.

Un an de procédures préliminaires

Très attendue en Côte d’Ivoire, la décision de la CPI met fin à plus d’un an de procédures préliminaires destinées à déterminer si Laurent Gbagbo devait être jugé ou non. “Monsieur Gbagbo sait très bien que c’est sous sa responsabilité que beaucoup d’atrocités ont été commises en Côte d’Ivoire. C’est tout à fait normal qu’il soit jugé”, a déclaré Joël N’Guessan, porte-parole du Rassemblement des républicains, le parti d’Alassane Ouattara. “Enfin, la justice internationale reconnaît notre existence”, s’est de son côté félicité Issiaka Diaby, qui dirige un collectif de victimes.

Les juges avaient entendu en février 2013 les arguments des parties quant à la solidité du dossier. Insuffisamment convaincus par le procureur, les juges lui avaient demandé des éléments supplémentaires pour décider si un procès devait avoir lieu. Après avoir examiné plus de 22 000 pages de preuves et les déclarations de 108 témoins, ils ont finalement décidé de renvoyer Laurent Gbagbo devant une chambre de première instance.

“Justice des vainqueurs”

La CPI détient également Charles Blé Goudé, qui fut un homme-clé du régime Gbagbo à la tête du mouvement des “Jeunes patriotes”. Lui aussi est soupçonné de crimes contre l’humanité, comme l’ancienne Première dame Simone Gbagbo, que le régime ivoirien a refusé de livrer à La Haye.

La CPI, comme la justice ivoirienne, ont jusqu’à présent inquiété le camp Gbagbo alors que, parmi les soutiens du président Ouattara, des ex-chefs de guerre sont également accusés de graves crimes. Les partisans de Laurent Gbagbo et des organisations de la société civile dénoncent donc une “justice des vainqueurs”.

Laurent Gbagbo compte toujours de nombreux partisans en Côte d’Ivoire. Son parti, le Front populaire ivoirien (FPI), a confié dans un communiqué son “amertume face à une décision qui ne contribue guère à la réconciliation nationale”. “Ce jeudi 12 juin est un jour triste pour la Côte d’Ivoire”, a-t-il regretté.

Source: Jeuneafrique.com

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.