Le Big Pharma se prépare à tirer profit du Coronavirus

Le Big Pharma se prépare à tirer profit du Coronavirus

Alors que le nouveau coronavirus répand la maladie, la mort et la catastrophe dans le monde entier, pratiquement aucun secteur économique n’a été épargné. Pourtant, au milieu du désastre causé par la pandémie mondiale, une industrie ne fait pas que survivre, elle en profite largement.

« Les compagnies pharmaceutiques considèrent le Covid-19 comme une opportunité commerciale unique », a déclaré Gerald Posner, auteur de « Pharma : Greed, Lies, and the Poisoning of America ». Le monde a besoin de produits pharmaceutiques, bien sûr. Pour la nouvelle épidémie de coronavirus, en particulier, nous avons besoin de traitements et de vaccins et, aux États-Unis, de tests. Des dizaines d’entreprises rivalisent aujourd’hui pour les fabriquer.

« Ils sont tous dans cette course », a déclaré M. Posner, qui a qualifié d’énormes les bénéfices potentiels d’une victoire. La crise mondiale « sera potentiellement un blockbuster pour l’industrie en termes de ventes et de profits », a-t-il dit, ajoutant que « pire est la pandémie, au plus haut seront leur profit éventuel ».

La capacité de faire de l’argent avec les produits pharmaceutiques est déjà exceptionnellement grande aux États-Unis, qui n’ont pas les contrôles de base sur les prix que d’autres pays ont, ce qui donne aux sociétés pharmaceutiques plus de liberté sur la fixation des prix de leurs produits que partout ailleurs dans le monde. Pendant la crise actuelle, les fabricants de produits pharmaceutiques pourraient avoir encore plus de marge de manœuvre que d’habitude en raison des lobbyistes de l’industrie du langage investis dans un plan de dépenses de 8,3 milliards de dollars pour le coronavirus, adopté la semaine dernière, afin de maximiser leurs profits à tirer de pandémie.

Au départ, certains législateurs avaient tenté de faire en sorte que le gouvernement fédéral limite les bénéfices que les entreprises pharmaceutiques pourraient tirer des vaccins et des traitements contre le nouveau coronavirus qu’elles avaient mis au point grâce à des fonds publics. En février, le député Jan Schakowsky, D-Ill. et d’autres membres de la Chambre ont écrit à M. Trump pour lui demander de « veiller à ce que tout vaccin ou traitement développé avec l’argent des contribuables américains soit accessible, disponible et abordable », un objectif qui, selon eux, ne pourrait être atteint « si les sociétés pharmaceutiques étaient autorisées à fixer les prix et à déterminer la distribution, en faisant passer les profits avant les priorités en matière de santé ».

Lors des négociations sur le financement du coronavirus, Schakowsky a tenté à nouveau, en écrivant au secrétaire à la santé et aux services sociaux, Alex Azar, le 2 mars, qu’il serait « inacceptable que les droits de production et de commercialisation de ce vaccin soient ensuite remis à un fabricant pharmaceutique par le biais d’une licence exclusive sans conditions de prix ou d’accès, permettant à la société de facturer ce qu’elle veut et revendant essentiellement le vaccin au public qui a payé pour son développement ».

Mais de nombreux républicains se sont opposés à l’ajout d’un libellé qui restreindrait la capacité de l’industrie à faire des profits, arguant que cela étoufferait la recherche et l’innovation. Et bien que M. Azar, qui a été le principal lobbyiste et le chef des opérations américaines du géant pharmaceutique Eli Lilly avant de rejoindre l’administration Trump, ait assuré à Schakowsky qu’il partageait ses préoccupations, le projet de loi a continué à consacrer la capacité des entreprises pharmaceutiques à fixer des prix potentiellement exorbitants pour les vaccins et les médicaments qu’elles développent avec les dollars du contribuable.

Le paquet d’aide final a non seulement omis des termes qui auraient limité les droits de propriété intellectuelle des fabricants de médicaments, mais il a également omis des termes qui figuraient dans un projet antérieur et qui auraient permis au gouvernement fédéral de prendre des mesures s’il craignait que les traitements ou les vaccins développés avec des fonds publics soient tarifiés trop cher.

« Ces lobbyistes méritent une médaille de la part de leurs clients du secteur pharmaceutique parce qu’ils ont tué cette disposition relative à la propriété intellectuelle », a déclaré M. Posner, qui a ajouté que l’omission d’un passage permettant au gouvernement de réagir aux prix abusifs était encore pire. « Leur permettre d’avoir ce pouvoir pendant une pandémie est scandaleux ».

La vérité est que tirer profit des investissements publics est aussi une affaire courante pour l’industrie pharmaceutique. Depuis les années 1930, les National Institutes of Health ont investi quelque 900 milliards de dollars dans la recherche, que les entreprises pharmaceutiques ont ensuite utilisés pour breveter des marques de médicaments, selon les calculs de M. Posner. Chaque médicament approuvé par la Food and Drug Administration entre 2010 et 2016 a fait l’objet de recherches scientifiques financées par l’argent des contribuables par l’intermédiaire des NIH, selon le groupe de défense des Patients pour des Médicaments Abordables. Les contribuables ont dépensé plus de 100 milliards de dollars pour cette recherche.

Parmi les médicaments qui ont été développés avec un certain financement public et qui sont devenus d’énormes sources de revenus pour les entreprises privées figurent la zidovudine (NdT : AZT, ZDV), médicament contre le VIH, et le traitement Kymriah contre le cancer, que Novartis vend maintenant pour 475.000 dollars.

Dans son livre « Pharma », M. Posner pointe un autre exemple d’entreprises privées qui réalisent des profits exorbitants avec des médicaments produits avec des fonds publics. Le médicament antiviral sofosbuvir, qui est utilisé pour traiter l’hépatite C, est issu de recherches fondamentales financées par les National Institutes of Health. Ce médicament appartient désormais à Gilead Sciences, qui demande 1.000 dollars par pilule – plus que ce que de nombreuses personnes atteintes d’hépatite C peuvent se permettre ; Gilead a tiré 44 milliards de dollars de ce médicament au cours de ses trois premières années de commercialisation.

« Ne serait-il pas formidable qu’une partie des bénéfices de ces médicaments soit reversée à la recherche publique du NIH ? », demande M. Posner.

Au lieu de cela, les profits ont financé d’énormes primes pour les dirigeants des sociétés pharmaceutiques et un marketing agressif des médicaments auprès des consommateurs. Ils ont également été utilisés pour accroître la rentabilité du secteur pharmaceutique. Selon les calculs d’Axios, les sociétés pharmaceutiques réalisent 63 % du total des bénéfices des soins de santé aux États-Unis, en partie grâce au succès de leurs efforts de lobbying. En 2019, l’industrie pharmaceutique a dépensé 295 millions de dollars en lobbying, bien plus que n’importe quel autre secteur aux États-Unis. C’est presque deux fois plus que le deuxième secteur le plus dépensier – l’électronique, l’industrie et l’équipement – et bien plus que le double de ce que les compagnies pétrolières et gazières ont dépensé en lobbying. Le secteur dépense également des sommes considérables en contributions de campagne pour les législateurs démocrates et républicains. Tout au long des primaires démocrates, Joe Biden a été en tête des bénéficiaires de contributions des secteurs de la santé et de l’industrie pharmaceutique.

Les dépenses des grandes entreprises pharmaceutiques ont bien positionné l’industrie pour la pandémie actuelle. Alors que les marchés boursiers se sont effondrés en réaction à la crise provoquée par l’administration Trump, plus de 20 entreprises travaillant sur un vaccin et d’autres produits liés au nouveau virus du SRAS-CoV-2 ont été largement épargnées. Les cours des actions de la société de biotechnologie Moderna, qui a commencé à recruter des participants pour un essai clinique de son nouvel essai pour un vaccin contre le coronavirus il y a deux semaines, ont grimpé en flèche pendant cette période.

Jeudi, jour de carnage général sur les marchés boursiers, l’action d’Eli Lilly a également connu un coup de fouet après que la société ait annoncé qu’elle se joignait également à l’effort pour mettre au point une thérapie pour le nouveau coronavirus. Et Gilead Sciences, qui travaille également sur un traitement potentiel, prospère également. Le cours de l’action de Gilead était déjà en hausse depuis la nouvelle que son médicament antiviral, le remdesivir, qui a été créé pour traiter le virus Ebola, était administré aux patients atteints de Covid-19. Aujourd’hui, après que le Wall Street Journal ait rapporté que le médicament avait un effet positif sur un petit nombre de passagers de bateaux de croisière infectés, le prix a encore monté.

Plusieurs entreprises, dont Johnson & Johnson, DiaSorin Molecular et QIAGEN ont clairement indiqué qu’elles recevaient des fonds du ministère de la santé et des services sociaux pour leurs efforts liés à la pandémie, mais il n’est pas certain qu’Eli Lilly et Gilead Sciences utilisent l’argent du gouvernement pour leurs travaux sur le virus. À ce jour, le ministère de la santé et des services sociaux n’a pas publié de liste de bénéficiaires de subventions. Et selon Reuters, l’administration Trump a dit aux hauts responsables de la santé de traiter leurs discussions sur le coronavirus comme des discussions secrètes et d’exclure les membres du personnel sans habilitation de sécurité des discussions sur le virus.

D’anciens lobbyistes de premier plan au service d’Eli Lilly et de Gilead font maintenant partie du groupe de travail de la Maison Blanche sur le coronavirus. M. Azar a été directeur des opérations américaines d’Eli Lilly et a fait du lobbying pour la société, tandis que Joe Grogan, qui est maintenant directeur du Conseil de politique intérieure, a été le principal lobbyiste de Gilead Sciences.

Source originale: The Intercept

Traduit de l’anglais par M-L Lefebvre pour Investig’Action

4 comments

  1. 363257 551970Perfectly written subject material , thanks for selective data . 507277

  2. 644601 47692Yeah bookmaking this wasnt a bad conclusion wonderful post! . 347991

  3. 428642 11282This can indicate that a watch has spent some or all of its life within the tropics and was not serviced as regularly as it really should have been. 930279

  4. 796395 843767I believe other internet site owners really should take this site as an example , extremely clean and fantastic user genial style . 824623

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.