Le CACI écrit aux initiateurs de la CNC et leur rappelle que le peuple ivoirien a toujours besoin de la « CNC » en Cote d’Ivoire après le désert électoral du 25 Octobre 2015

Le CACI écrit aux initiateurs de la CNC et leur rappelle que le peuple ivoirien a toujours besoin de la « CNC » en Cote d’Ivoire après le désert électoral du 25 Octobre 2015

Le Besoin de « CNC » en Cote d’Ivoire apres le desert electoral du 25 Octobre 2015 :

Aux initiateurs de la CNC :

C’est avec beaucoup de bonheur que nous, patriotes de la Diaspora Ivoirienne aux USA, avons appris la création de la CNC, une plateforme qui rassemble les partis politiques ivoiriens opposés au fléau de la dictature imposée par la France à la Côte d’Ivoire depuis le 11 Avril 2011. En réalité, la création de la CNC était une nécessité historique qui s’imposait aux acteurs politiques ivoiriens car l’expérience d’autres pays nous enseigne que le triomphe, la persistance des dictatures et le règne des imposteurs sont dus moins à leur force intrinsèque, à la vision de société et aux idéaux qu’ils proposent, mais plus à la faiblesse et à la fragmentation des partis politiques de l’opposition, une situation  à laquelle les dictatures et leurs sponsors outre-marins contribuent généralement. Il est donc tout à fait logique que, pour échapper à ce sort, les acteurs politiques ivoiriens se rassemblent dans un cadre commun pour représenter les intérêts du peuple de Côte d’Ivoire (PDCI) contre l’imposture du représentant de « la communauté internationale » qui, dans le contexte de la Côte d’Ivoire, se résume à la France. Notre conviction du besoin d’une « CNC » en Côte d’Ivoire a été confirmée le dimanche 25 Octobre 2015, grâce au désert électoral infligé a Ouattara et à ses sponsors outre-marins par un peuple de Côte d’Ivoire en mal de leaders, de leadership et d’institutions représentatifs de ses intérêts souverains.

L’objectif de notre courrier est d’abord de vous remercier pour cette initiative historique, pour les actes que vous avez déjà posés, de vous encourager et de vous exprimer notre modeste soutien pour les actions à entreprendre. Mais aussi, et sans succomber à la tentation de l’arrogant expert-tyran de la diaspora, partager avec vous quelques idées qui pourraient contribuer à faire de la CNC, l’instrument de libération de la Côte d’Ivoire.

Nos suggestions se fondent sur une réflexion systématique de l’expérience politique de pays qui ont traversé des crises politiques similaires à celle de la Cote d’Ivoire, notre lecture de la politique ivoirienne depuis son indépendance et enfin, notre sondage informel de l’opinion des ivoiriens en Côte d’Ivoire et dans la diaspora.

Il ressort de cette diversité de sources que beaucoup d’ivoiriens, en Côte d’Ivoire et dans la diaspora, qui croient en la CNC et souhaitent son succès, sont encore hésitants et même sceptiques sur sa mission et la probabilité de son succès politique.

Certains pensent que la plateforme est une ruse pour constituer un semblant de « vraie fausse opposition » qui va accompagner Ouattara dans un processus électoral dont l’issue est connue d’avance, pour donner un vernis démocratique et une légitimité des urnes au candidat imposé par l’extérieur.

D’autres, les plus nombreux des ivoiriens, s’accrochent au potentiel de la CNC, mais n’ont pas encoure une lisibilité suffisante de sa mission et de ses capacités pour pouvoir l’embrasser entièrement et militer en sa faveur comme réel instrument de libération de la Côte d’Ivoire. Et ce ne sont pas les voix discordantes des leaders des partis membres de la plateforme, et le silence de son leadership actuel face à la brutalité du régime Ouattara à l’égard des manifestations de la jeunesse de la CNC qui pourraient dissiper les hésitations des supporters potentiels de la plateforme.

Justement, c’est pour dissiper les hésitations d’un peuple ivoirien presqu’unanimement avide de sa libération et pour consolider la place de la CNC comme instrument viable de la libération du peuple ivoirien que le CACI fait les présentes propositions sur les trois axes suivants :

_ L’articulation d’une vision de société pour la Côte d’Ivoire

– La constitution d’un organe de communication de la CNC

_ L’appel à contribution financière (de levée de fonds) pour le compte de la CNC.

  1. Dans un discours formel, mobilisant tous les partis membres de la CNC et leurs leaders respectifs, et surtout dans le contexte du desaveux manifeste du regime de Ouattara par un peuple ivoirien qui a vote massivement par son silence et son abstention aux elections frauduleuses et illegitimes du dimanche 25 Octobre 2015, le leadership de la CNC doit articuler au peuple ivoirien et au monde entier la vision de la CNC pour la Côte d’Ivoire. A notre avis, cette vision de la Côte d’Ivoire doit se fonder sur trois valeurs cardinales :
  • L’unité génétique de la nation ivoirienne dans sa diversité culturelle, source principale de sa richesse.
  • La démocratie comme seul moyen d’accès et d’exercice du pouvoir politique en Côte d’Ivoire.
  • La souveraineté de la nation et du peuple ivoiriens, surtout face à la prédation de l’impérialisme français.

En un mot, la vision de la CNC est pour la restauration et la consolidation du processus de démocratisation initié en Côte d’Ivoire depuis les années 1990. Cet attachement à la démocratie comme seule voie d’accès et d’exercice du pouvoir politique est dû au fait que la démocratie garantit la prospérité économique, la coexistence pacifique avec les pays voisins et la gestion pacifique des conflits identitaires dans les sociétés pluriculturelles comme la nôtre, et la souveraineté nationale. Bref, la démocratie est le meilleur bouclier contre la pauvreté, les fractures sociologiques et ethniques et le meilleur remède contre l’acharnement de l’impérialisme français à maintenir notre pays dans le sous-développement sous toutes ses formes.

Il découle de cette foi en la démocratie que la CNC et les partis membres devraient clairement indiquer au peuple ivoirien et au monde entier qu’ils ne participeront pas à un quelconque processus électoral en 2015 tant que les conditions minimales de transparence conformes aux normes démocratiques ne seront pas mises en place. Ils devront au contraire exiger une période de transition politique qui devrait préparer l’environnement pour la tenue d’élections démocratiques.

 

  1. Un organe de communication :

Nous saluons l’établissement d’un porte-parolat de la CNC. Mais nous constatons d’une part, l’absence de moyens de communication surtout que les médias officiels sont monopolisés par les agents de la dictature et d’autre part l’absence de relais du porte parolat de la CNC dans la diaspora ivoirienne.

Nous encourageons la CNC à combler ces déficits dans les meilleurs délais possibles car la communication est le cœur distributeur de sang et d’oxygène dans le corps en politique moderne. Il est par exemple vital que la CNC mette sur pied un site WEB/ internet qui va être le point d’archivage de sa documentation et de ses publications en même temps qu’une ressource mondiale d’information.

Mais quel que soit les moyens de communication à sa disposition, la CNC doit imposer un message cohérant et uniforme a tous ceux de ses membres qui prennent la parole en son nom.

 

  1. En politique moderne, l’argent est le nerf de « la guerre politique ». Mais les contributions en argent constituent aussi une forme d’expression, surtout d’expression d’adhésion à une idée, à un leader ou à une institution donnée.

La CNC, après avoir articulé sa vision, doit lancer un appel solennel à tous les ivoiriens, où qu’ils soient, et selon les moyens que le bon Dieu et nos Ancêtres auront mis à leur disposition, de contribuer à « l’effort de guerre » en vue de la libération nationale. Les temps sont certes durs, mais les sacrifices à faire pour soustraire notre mère-patrie des griffes de la mort seront moins exorbitants que l’organisation de ses funérailles. Pour les besoins de transparence, la CNC devrait publier les lieux de collecte de ces fonds pour toutes les régions du monde ou il y a des ivoiriens ou des amis de la Cote d’Ivoire.

Voici donc, Messieurs les leaders de la CNC, les quelques idées que le CACI voulait partager avec la CNC à travers vous et votre office du porte-parolat de la CNC.

Nous vous prions de voir dans notre démarche non pas l’arrogance d’une diaspora impériale qui voudrait imposer son diktat à la classe politique ivoirienne qui vit la tragédie ivoirienne au quotidien. Mais la simple et humble volonté de patriotes ivoiriens impatients de voir la Côte d’Ivoire reprendre de nouveau le chemin de son destin de pays-creuset culturel de l’humanité, pays-phare économique de la sous-région, et pays- flambeau politique du processus de démocratisation inéluctable de l’Afrique.

Pour le CACI, le Secrétaire Exécutif

Dr. Eric Edi

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.