Le calvaire de Yves Pendeliau, le père de famille français sequestré au Qatar

Le calvaire de Yves Pendeliau, le père de famille français sequestré au Qatar

Je n’ai ni été jugé, ni été condamné, je n’avais aucun délit et violé aucune loi. Je n’ai pas eu la possibilité de me défendre.

Ma liberté m’a été échangée contre un paiement forcé de 20.000 euros

24 juillet 2011, aéroport international de Doha 

Apres la fin de la mission Qatargas en mars, je suis retourné dans l’émirat en avril 2011 dans le cadre d’un nouveau contrat pour Qatar Shell.

Ce matin-là, je me rendais à l’aéroport où m’attendaient mes deux enfants âgées de six ans et trois ans, Marie-Lou et Gwenaëlle, ainsi que mon épouse Theresia, en provenance d’Indonésie où se trouve notre foyer familial. Nous devions passer des vacances d’été en Bourgogne.

Au contrôle des passeports on m’a informé que je n’étais pas autorisé à quitter le Qatar et que je ne pouvais pas rencontrer ma famille.

J’ai pu leur, parler via un téléphone de Qatar Airways.  Mes enfants m’appelaient et hurlaient de désespoir au téléphone. Suite au bruit, Qatar Airways a mis fin à la conversation.

J’ai finalement eu le droit de leur faire passer une carte bancaire. Leur avion a décollé et je suis resté.

Bloqué au Qatar par kafala illimitée :

En sortant de l’aéroport, avec l’aide du PRO de mon employeur, j’ai sillonné Doha pour chercher la cause de l’interdiction de voyager. Nous avons terminé à la cour civile où l’on m’a remis des documents en langue arabe. J’ai appris que j’étais bloqué au Qatar pour une durée indéterminée, sans dépôt de plainte à mon encontre. L’interdiction de circuler étant seulement liée à ma nationalité.

Aucun montant ne m’était réclamé, j’étais mis judiciairement à l’entière disposition de celui qui m’avait séquestré sous prétexte d’une prétendue dette.

Mathieu Faupin, le faux-avocat de l’ambassade de France a Doha.

Recommandé par les services consulaires, je l’ai rencontré le 25 juillet 2011, persuadé qu’il était avocat et allait me défendre.

Document: “Un faux avocat par les services consulaires

Document: “Madame la Consule cautionne le faux-avocat

Document: “Avocats francais Site Web ambassade de France Doha

Document: “Centre de lutte contre les pirates du droits. Faux-avocat M.…

Sa principale action a été de de faire blocage à toute action en justice et tenter de me persuader de transférer officieusement mes fonds à la partie adverse. Ce procédé douteux qui ne passait pas par la justice m’aurait démuni inutilement puisque aucune plainte n’était déposée contre moi.

Je me suis aperçu quelques mois plus tard, avec l’aide du centre des pirates du droit du barreau de Paris, qu’il n’était avocat ni au Qatar, où cette fonction est réservée aux nationaux, ni en France où il n’est enregistré à aucun barreau. C’était trop tard, le mal était fait.

L’imposteur avait été choisi pour utiliser mon profond désarroi afin de me persuader de payer officieusement une rançon à des inconnus et s’en remettre ensuite à leur bonne volonté. L’ambassade aurait ensuite prétendu avoir trouvé une solution.

C’était le début d’une débilité destructrice sans fin, par laquelle la diplomatie et la justice française se substituaient à la justice du Qatar pour me condamner et me punir de ce dont j’étais victime.

À ce jour, il est encore sur le site web de l’ambassade de France dans la liste des avocat et conseillers juridiques français au Qatar. http://www.ambafrance-qa.org/Avocats-francais

La correspondance du 9 octobre 2012 entre la Consule de France a Doha et Me William Bourdon : 

On découvre dans la pièce jointe fournie par M. Bourdon, la façon dont la consule de France et l’avocat commentent l’article de journal qui relate mon retour en France et comme ils se congratulent de leur excellente collaboration contre un père de famille victime des caprices monarchiques du Qatar.

Courriels Me William Bourdon Consule Muriel Poireault 1 1024x699 Le calvaire de Yves Pendeliau, le père de famille français sequestré au Qatar

Courriels Me William Bourdon Consule Muriel Poireault 2 1024x608 Le calvaire de Yves Pendeliau, le père de famille français sequestré au Qatar

Courriels Me William Bourdon Consule Muriel Poireault 3 Le calvaire de Yves Pendeliau, le père de famille français sequestré au Qatar

Courriels Me William Bourdon Consule Muriel Poireault 4 Le calvaire de Yves Pendeliau, le père de famille français sequestré au Qatar

Courriels Me William Bourdon Consule Muriel Poireault 5 Le calvaire de Yves Pendeliau, le père de famille français sequestré au Qatar

Courriels Me William Bourdon Consule Muriel Poireault 6 1024x798 Le calvaire de Yves Pendeliau, le père de famille français sequestré au Qatar

Aucun des deux ne sait comment j’ai pu recouvrer ma liberté et mes droits au Qatar le 9 octobre 2012, mais tous deux rejettent sans vergogne leur fiasco commun sur l’importun ingrat que je serais et qui n’a pas obéi aux diktats aberrants que la diplomatie avait mis en place pour arriver à ses fins.

Selon les termes insultants de cette correspondance, qui est vraiment pathétique et de mauvaise foi si ce ne sont deux incompétents devenus bourreaux ?

Le régime français au Qatar « inferieur a un petit caillou dans la chaussure ».

Il avait été décidé par les autorités françaises qu’il fallait se soumettre officieusement à la kafala locale à l’instar de l’ambassade française,

La démonstration en est faite par la déclaration de l’ex-ambassadeur de France dans le Gulf-Time du 26 octobre 2013 où il remet la sécurité de la représentation française au bon vouloir des autorités locales et déclare que le calvaire de ses compatriotes au Qatar est inférieur à petit caillou dans la chaussure

http://www.gulf-times.com/story/369688/Resolution-of-disputes-involving-French-citizens-c

Alain Juppé, l’abus de pouvoir du représentant la nation française au service de la kafala:

Voyez ci-joint le courrier du ministre des affaires étrangères Alain Juppé qui écrit le 9 mai 2012 à Monsieur le Député Nesmes que j’ai bénéficié des services du faux-avocat de l’ambassade de France ; il cautionne ouvertement ma rétention sans laisser aucune chance à la présomption d’innocence.  C’est un despote qui m’a condamné dans une affaire dont il ne savait rien, en se substituant à la justice civile du Qatar qui, elle ne m’a ni jugé ni condamné.

Le chef m’ayant déclaré coupable, le reste de la diplomatie a suivi.

Pour démentir Me William Bourdon, la bâtonnière ce Paris et la cour d’appel de Versailles. Comment j’ai recouvré seul ma liberté de circuler et mes droits au Qatar par un paiement forcé:

Constatant que j’allais mourir dans ce pays avec comme principal adversaire mon défenseur et mes propres autorités, je me suis sans autre choix adressé seul aux autorités légales.

J’ai ainsi rencontré, un peu au culot, le Qatar Attorney, M. Ibrahim Al Kubaisi avec le directeur de la coopération internationale, au 11eme étage du Prosecution Building, avant et après le ramadan 2012.

On n’y voit ni Me William Bourdon ni aucun membre de la diplomatie française, pour la bonne raison que je me suis débrouillé seul.

On peut supposer que l’ambassade ne les aurait pas dérangés pour « moins d’un petit caillou dans la chaussure »

Mon dossier a ensuite été transféré à M. Le Procureur du Qatar qui a mobilisé un juge français, détaché auprès de lui en qualité de conseiller.

M. le juge m’a conseillé sur les démarches en cour civile afin d’y faire annuler le travel ban et un ami iranien a écrit une requête en arabe pour le juge civil.

J’ai ensuite effectué deux semaines de démarches, seul, à la cour civile où la langue est l’arabe.

Ma documentation judiciaire ayant été égarée ou jamais créée, un chèque de banque d’environ 20.000 euros au nom de la trésorerie des tribunaux m’a été réclamé.

Le travel ban a été levé le 04 octobre, sans jugement ni condamnation et j’ai pu quitter le Qatar le 9 octobre après avoir recouvré ma liberté et mes droits.

Yves Pendeliau

Divers documents de preuve

Decision de la cour civile de lever le travel ban plus sa traduction en Francais

Arret cour de cassation 19-11-2015

Cheque de banque cour de justice plus traduction. Batonnier de Paris

Ordonnance du 30 novembre 2016

Decision du Batonnier de Paris

Compétence du Bâtonnier en droit civil Qatari

Courriel Vice-Consule 03-11-2011

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*