Le camp Affi justifie son désir de participer aux élections prochaines : «Gbagbo sera libéré si le FPI prend le pouvoir»

Le camp Affi justifie son désir de participer aux élections prochaines : «Gbagbo sera libéré si le FPI prend le pouvoir»

La perspective de la participation du Front populaire ivoirien (FPI) aux élections à venir se précise davantage. Samedi dernier, au Baron-Yopougon, à l’occasion d’une conférence publique, Konaté Navigué et Atteby William ont tenu à convaincre les militants sur cette question.

A en croire les deux conférenciers, la participation à toutes les élections à venir permet au parti à la rose de continuer à exister en tant que force politique et à mener le combat pour la libération de leur mentor, Laurent Gbagbo détenu à La Haye. « C’est seulement si le FPI s’organise pour prendre le pouvoir que Gbagbo Laurent va revenir en Côte d’ivoire», a-t-il déclaré.

Pour le président statutaire de la jeunesse du FPI, un des lieutenants de Pascal Affi N’Guessan, président statutaire contesté par certains de ses camarades, il faut accepter de dialoguer avec le régime en place pour en arriver à cette fin. « Tant qu’on ne nous donne pas la solution magique, nous allons discuter avec le pouvoir », a-t-il lancé à l’endroit de ceux qu’il appelle les frondeurs.

Navigué estime que leurs camarades qui refusent le dialogue avec le pouvoir n’ont pas encore tiré les enseignements de la crise postélectorale de 2010 qui a fait plus 3000 morts. Quant à William, secrétaire national chargé des élections dans le ‘’gouvernement’’ d’Affi N’Guessan, il n’est pas allé du dos de la cuillère pour asséner ses vérités à leurs frères de la dissidence.

« Pour la mémoire des milliers de jeunes, hommes et femmes tombés, ceux qui ont eu la chance d’être vivant devraient faire preuve d’humilité », a-t-il renchéri. Car, pour lui, après la perte du pouvoir dans les conditions que l’on sait, le FPI devrait être dans une posture de dialogue et rechercher l’unité interne nécessaire pour un retour au pouvoir. Tout en appelant le camp Sangaré à la confrontation devant les militants en vue de s’expliquer sur les raisons de la crise qui secoue le FPI, pour « régler définitivement la question de la fronde », il a demandé aux militants de privilégier l’intérêt de la nation.

« Je ne vous demande pas d’être pro-Affi mais soyez pro-Côte d’Ivoire », a-t-il conseillé. Cette conférence publique qui avait pour thème « quelle opposition pour les élections à venir et la place de la jeunesse pro-Gbagbo dans le processus électoral », est une initiative des jeunes se réclamant de la société civile et regroupés au sein de la coalition des leaders d’association des jeunesses de Côte d’Ivoire.

Jean Levry

Source: Le Belier Intrépide

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE