Le capitaine Séka Séka s’ « inscrit en faux » contre les accusations portées contre lui

Le capitaine Séka Séka s’ « inscrit en faux » contre les accusations portées contre lui

Le capitaine de gendarmerie ivoirienne Anselme Seka, ancien responsable de la sécurité rapprochée de Simone Gbagbo, l’ex-Première Dame de Côte d’Ivoire, a affirmé jeudi s’inscrire “en faux contre’’ les charges de “meurtre, détournement de derniers, et de violations de consignes’’, à la barre, au quatrième jour de son procès.

Anselme Seka, plus connu sous le sobriquet de “Seka Seka’’ comparait en tenue civile depuis le 04 juin avec sept autres militaires au tribunal militaire d’Abidjan pour des faits en rapport avec la crise post-électorale de novembre 2010-avril 20111 qui a fait officiellement près de 3.000 morts.

Inculpé pour “détournement de derniers’’, “violation de consignes’’, “coups et blessures volontaires’’ en 2011 sur la personne d’un élève gendarme et du “meurtre’’ en pleine crise post-électorale de quatre garde de corps de l’ancien ministre Joël N’guessan, un proche de l’actuel chef de l’Etat Alassane Ouattara, l’officier a nié les faits en bloc.

Aussi, M. N’guessan a-t-il également accusé le Commandant de l’avoir “badigeonné du sang’’ de l’un de ses quatre collaborateurs tués ce jour-là.

“Il s’agit de fait dont je n’ai pas connaissance’’, s’est-il défendu, ajoutant être « surpris » par ces accusations pour lesquelles, il a révélé avoir déjà été entendu par la Cour pénale internationale (CPI).

Pour les faits de “coups et blessures volontaires’’ sur la personne d’un élève gendarme, l’officier a indiqué n’avoir “pas fait exprès’’.

A la barre, le Lieutenant Jean Eudes Tchapo a expliqué avoir été “volontairement’’ blessé par balle au pied par le Commandant Seka qui lui reprochait un tir “par inadvertance’’ pendant “une inspection de son arme’’, une kalachnikov.

“C’est en tentant de lui arraché l’arme qu’il a été blessé ’’, s’est justifié M. Seka qui dit ne pas reconnaitre non plus les faits de “détournements de derniers’’ retenus à son encontre.

« J’avais trois comptes bancaires à l’étranger: aux Etats-Unis, en France et en Lettonie », a-t-il reconnu devant le tribunal, sous le feu roulant des questions du président et du procureur, ajoutant toutefois avoir aujourd’hui « tout perdu » et être « sans maison ».

En fuite après la chute du couple présidentiel en avril 2011, il avait été arrêté le 15 octobre 2011, à l’aéroport d’Abidjan, alors que son avion était en transit et qu’il voyageait sous une fausse identité.

Interrogé Anselme Seka a indiqué n’avoir pas reçu “un ordre clair de ralliement’’ au nouveau président Alassane Ouattara, à l’issue de la crise post-électorale.

“Je n’ai jamais entendu parler de ralliement et je n’ai pas reçu de consigne particulière’’, a-t-il déclaré, ajoutant avoir « reconnu M. Ouattara comme président » depuis son investiture le « 31 mai 2011″.

Par Serge Alain KOFFI

Source: Alerte info

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.