Le cas Franklin Nyamsi: Interrogations réflexives d’une abdication politique collective (Par Dr Alexis Dieth)

Le cas Franklin Nyamsi: Interrogations réflexives d’une abdication politique collective (Par Dr Alexis Dieth)

Le cas Franklin Nyamsi est le symbole d’une forme d’aveuglement politique. Il exprime une abdication collective gravissime.

Le cas Franklin Nyamsi en Côte d’Ivoire illustre les dangers pouvant procéder de l’aveuglement politique et de l’inflammation des passions identitaires et factionnelles dans la cité. Cet égarement collectif ouvre la voie à la capture du pouvoir d’Etat par un goujat rusé et intelligent. Ce dernier intervient par effraction, comme troisième larron, dans un contexte d’affrontement politique déréglé et sans repère éthique et axiologique.

Obnubilés par la conquête du pouvoir et étourdis par le brouhaha inquiétant de la guerre de succession que j’ai maintes fois dénoncée ici même, avions-nous remarqué en Côte d’Ivoire que Franklin Nyamsi occupe la scène politique ivoirienne depuis un moment?

Avions nous pris conscience que sur la scène politique ivoirienne, il est, depuis un long moment, de plus en plus question de Franklin Nyamsi et de moins en moins question de Soro Guillaume dans le camp de l’ancienne rébellion contre la dictature ethno-nationaliste de Laurent Gbagbo?

Avions-nous remarqué que Franklin Nyamsi semble écraser de son ombre à la fois inquiétante et clinquante, le chef de l’Assemblée Nationale ivoirienne?

Avions-nous remarqué que ses injures tonitruantes, ses agressions verbales, les ignobles grossièretés déversées sur l’honorabilité du Premier Ministre et des détenteurs de Ministères régaliens  lui permettaient de délégitimer symboliquement le Gouvernement ivoirien?

Avait-on remarqué que l’encensoir régulièrement agité par Franklin Nyamsi au pied du Président de l’Assemblée Nationale, au moment même où ce dernier récusait le culte de la personnalité, signifiait symboliquement que sa parole est sans objet? Vue sous cet angle, cette impertinence pourrait être considérée comme une célébration symbolique de la propre puissance politique  de Franklin Nyamsi par lui-même.

Avait-on remarqué que ses attaques verbales contre les membres du Gouvernement et du RDR  étaient destinées à déblayer le terrain devant son poulain politique qu’il pensait pouvoir imposer au peuple ivoirien sans attendre le suffrage des urnes et sans respecter la pluralité des opinions?

S’était-on aperçu que Franklin Nyamsi se servait outrageusement du Président de l’Assemblée Nationale pour capturer la Présidence de la République Ivoirienne en manipulant tout le monde?

La réhabilitation de la notion de démocratie plébiscitaire dans son camp, si contraire à celle de démocratie représentative, s’inscrivait dans cette logique de capture. Elle avait pour objectif de valider la figure politique de l’Homme providentiel dont la légitimité repose sur la fusion directe du peuple et du chef, sans la médiation des partis et de la représentation Nationale.

Avait-on remarqué que, dénué de toute légitimité d’élu, Franklin Nyamsi s’affichait néanmoins officiellement auprès des élus de la Nation, des représentants  de l’opposition, des plus hautes autorités politiques du  PDCI, jouait au médiateur national, à l’artisan de la réconciliation nationale afin de s’octroyer une stature nationale en Côte d’Ivoire?

Avait-on remarqué qu’il occupait les médias et les réseaux sociaux avec ses grossièretés fracassantes, afin de monopoliser le terrain politique ivoirien et concentrer les regards de l’opinion publique nationale et même internationale sur sa personne et son ego enflé?

S’était-on aperçu que Franklin Nyamsi avait réussi à se constituer, sur les réseaux sociaux, un fan club de sympathisants et de supporters fanatisés qui lui vouent un culte quasi-divin et qui m’ensevelissent  en ce moment même sous un flot continu d’injures et de grossièretés à l’image de leur gourou?

Avait-on remarqué que Franklin Nyamsi a réussi à se tailler, dans un cercle d’adorateurs, tel un gourou sur ses disciples, une réputation de Professeur d’Université, bardé de titres et de décorations scientifiques, prétendant détenir seul la vérité?

S’était-on aperçu que, sous la thématique de la réconciliation nationale, s’est glissée, de manière opportuniste, son ambition démesurée d’ascension sociale?

S’est-on aperçu que son actuel empressement à réintroduire les forces du nationalisme commuautaire comme alliés de sa faction, sous le motif de l’Union sacrée, lui permettait de mettre le nombre de son côté et de légitimer ses prétentions politiques à accéder au  plus haut sommet de l’Etat de Côte d’Ivoire?

Le cas Franklin Nyamsi est le symbole d’une forme d’aveuglement politique. Il exprime une abdication collective gravissime qu’il est vital de réparer en Côte d’Ivoire pour pouvoir sauvegarder la paix sociale, l’unité et la souveraineté nationales.

Favorisée et entretenue par le communautarisme et un nationalisme identitaire, la crise ivoirienne de la citoyenneté a facilité l’indifférence collective face à une entreprise de démolition factionnelle systématique de l’autorité des Institutions de la République, menée à travers les attaques ad hominem contre l’honorabilité des personnes qui les incarnent dans la Cité.

Que la thématique de la Réconciliation nationale ait pu être publiquement  dévoyée, au point d’en appeler à l’impunité et à l’élargissement judiciaire des assassins, faisant le lit d’un imposteur et d’un goujat montre, s’il en était besoin, que la lucidité critique de la Nation était affaiblie en Côte d’Ivoire.

Il importe, pour cela, de relever éthiquement et moralement le corps social ivoirien, d’y promouvoir la conscience de la citoyenneté et le sens de la responsabilité politique et morale de l’acteur social afin de sauvegarder la République et la démocratie ivoiriennes.

Ces vertus civiques permettent à chaque membre de la Cité de se sentir responsable de son Gouvernement, de la sauvegarde de l’Unité nationale, et de la protection de l’autorité des institutions par delà la divergence des intérêts catégoriels et partisans.

Il est donc temps et urgentissime de restructurer le débat et l’affrontement politique partisan ivoirien sur les valeurs et les principes de la République et de la Démocratie.

Dr Alexis Dieth Le cas Franklin Nyamsi: Interrogations réflexives d’une abdication politique collective (Par Dr Alexis Dieth)

Dr Alexis Dieth

Par Dr Alexis Dieth

Professeur de philosophie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE