Le compte à rebour aurait-il commencé pour la descente aux enfers de Soro Guillaume?

Touré Mamadou, neveu et conseiller de Alassane Dramane Ouattara a eu la langue très fourchue lorsqu’il a, par inadvertance certainement, révélé lors d’une réunion à Paris que le temps de Soro Guillaume serait compté.

Le proche de Alassane Ouattara a affirmé récemment devant des militants du RDR à Paris: « N’allez plus soumettre vos problèmes à Guillaume Soro. Il n’est plus rien et il ne sera plus rien en Côte d’Ivoire. » Il devait savoir ce qui se préparait contre l’homme qui leur a permis de prendre le pouvoir à Abidjan. Car quelques jours seulement après cette déclaration et celles d’autres pontes du RDR, les enquêteurs de l’ONU ont rendu public un rapport très accusateur à l’endroit de Guillaume Soro.

En effet, selon le nouveau rapport de l’ONU, Guillaume Soro a profité des derniers instants de la crise postélectorale pour amasser un stock important d’armes lourdes dont le contrôle reste exclusivement aux mains de soldats qui lui sont loyaux. Dans le rapport publié hiers lundi 4 mars 2016, les experts de l’ONU chargés de la surveillance de l’embargo sur les armes, soulignent que cette situation fait planer un risque sur d’éventuelles reprises des hostilités dans le pays.

Le groupe (d’experts sur la Côte d’Ivoire ) dit avoirs les preuves de l’acquisition d’énormes quantités d’armes et de munitions, estimées à environ 300 tonnes, par les ex Forces Nouvelles (FN) à la suite de la crise post- électorale.

Le rapport mentionne également que les stocks d’armes en question représentent environ 30 pour cent de l’arsenal total de la Côte-d’Ivoire. Le rapport souligne que ledit arsenal mentionné comprend le matériel importé en Côte-d’Ivoire en violation total du régime de sanctions imposées au pays. Cet arsenal échappe toujours au contrôle de l’armée régulière, précise le rapport.

Selon toujours les enquêteurs de l’ONU, les stocks comprennent les armes saisies aux mains des ex-FDS par les rébelles pro-Ouattara aidés par forces françaises et celles de l’ONUCI lors de leur progression militaire pour installer Ouattara au pouvoir.

Pour l’heure, Soro Guillaume récuse toutes ces accusations qu’il juge fantaisistes et ajoute sur un air moqueur «tout ce qui leur reste c’est de nous accusent d’avoir des armes de destruction massive.»

Notons également que le rapport des enquêteurs de l’ONU révèle que plusieurs des armes découvertes sur des anciens rebelles aujourd’hui intégrés dans l’armée comme officiers supérieurs portaient des numéros de série et de lot de livraisons d’armes importées par le Burkina Faso voisin entre Avril et Août de 2011.

Les enquêteurs ont également révelé que ces achats d’armes ont été organisées par le général Gilbert Diendéré, chef-d’état major personnel de Blaise Compaoré à lépoque.

Eburnienews.net

One comment

  1. il reste à confirmer sa participation et son complot dans le coup d’État au burkina faso. tout va ce savoir.Ce n’est qu’une question de temps. Allons seulement

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.