Le deuil démocratique ivoirien

Le deuil démocratique ivoirien

Le multipartisme tant célébré est devenu, en Côte-d’Ivoire, un miroir aux alouettes : sous le clinquant de la multitude de partis politiques se cache une implacable dictature des dirigeants politiques. L’année 2014 n’échappe pas à la règle; elle tourne sa page sur le retour en force des pouvoirs personnels et totalitaires.

A tout seigneur, tout honneur, Alassane Dramane Ouattara ouvre la marche. Le chef de l’État est un éléphant dans un magasin de porcelaine. Lui, n’a cure de la Loi fondamentale ivoirienne. Il reste le président du RDR, parti au pouvoir, en violation de l’article 54 de la Constitution ainsi libellé: «Les fonctions de président de la République sont incompatibles avec l’exercice de tout mandat parlementaire, de tout emploi public, de toute activité professionnelle et de toute fonction de dirigeant de parti politique.»

Candidat à titre exceptionnel en 2010 à la présidentielle, il est sur sa lancée pour être candidat à titre exceptionnel du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition de cinq partis). Piétinant les résolutions de cette plate-forme politique née en mai 2005 à Paris, il est parvenu à ses fins en devenant, contre vent et marée, son candidat unique dès le premier tour de la présidentielle d’octobre 2015.

C’est dans ce cadre que Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA, est au front. Et le Congrès, l’instance suprême du parti, ne pèse pas un clou pour réaliser cet objectif. Alors que le Congrès avait exigé, le 6 octobre 2013, «un militant actif» qui porterait les couleurs du parti à la prochaine présidentielle, Bédié a lancé, le 17 septembre 2014, son «Appel», en toute ignorance de cette résolution, pour se ranger derrière Alassane Dramane Ouattara, militant actif du PDCI-RDR. Et donc, au lieu d’une Convention que le Congrès avait prévue pour désigner le candidat du PDCI-RDA, c’est un Congrès extraordinaire qui est convoqué pour adouber le candidat du PDCI-RDR, à l’initiative du Bureau politique, instance en dessous du Congrès.

Dans cette veine, Pascal Affi N’Guessan, président du FPI, joue à merveille, lui aussi, sa partition d’autocrate. Le 14 août 2014, le Comité central extraordinaire, instance de décision du parti, imposait, au titre de la démocratie interne, «de mettre à débat, prestement, avant l’échéance du Congrès, au sein des instances compétentes, les grandes questions qui engagent le parti, notamment les élections, la CEI, les négociations avec le gouvernement et la politique en matière de relations extérieures».

Dogou Alain dit Goba Maurice, dernier ministre de la Défense de Laurent Gbagbo, désigné le 8 août 2014 pour siéger à la Commission électorale indépendante (CEI), a repris tranquillement sa place au sein de cette institution, en violation de la décision du 13 septembre 2014 du Comité central qui avait conclu au retrait pur et simple du parti et à l’insu des instances compétentes du FPI. Envers et contre tous, Affi a repris unilatéralement, ce 29 décembre 2014, donc au milieu du procès en cours pour juger 82 pro-Gbagbo, le dialogue avec le pouvoir. Au lendemain de sa victoire au tribunal, il veut marquer son terrain, surtout qu’il déclare qu’il sera le candidat unique à la présidence du FPI, après l’annulation qu’il a réclamée et obtenue de la candidature de Laurent Gbagbo.

A la vérité, ce qui compte aux yeux des dirigeants politiques ivoiriens qui s’érigent en roitelets, c’est moins l’application de la volonté des militants qu’ils bafouent au quotidien que l’exécution de leur propre agenda. Assurés d’être soutenus par leurs «suiveurs», qui suivent comme des moutons de Panurge, ils avancent, en assassinant la démocratie.

Ferro Bally

About admin

One comment

  1. Pauvre Côte d’Ivoire. Ses malheurs ne cesseront que lorsqu’elle aura pour dirigeant des hommes politiques de conviction.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.