Le fédéral FPI d’Agboville, Boka Serges Edgar, aux militants de son parti: «La bataille d’Affi n’est pas de la compromission, mais de la stratégie» | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Le fédéral FPI d'Agboville, Boka Serges Edgar, aux militants de son parti: «La bataille d'Affi n'est pas de la compromission, mais de la stratégie»
Le fédéral FPI d’Agboville, Boka Serges Edgar, aux militants de son parti: «La bataille d’Affi n’est pas de la compromission, mais de la stratégie»
Affi N’Guessan et les membres de la direction du Fpi lors de la coupure du ruban de l’exposition culturelle et gastronomique.

Le fédéral FPI d’Agboville, Boka Serges Edgar, aux militants de son parti: «La bataille d’Affi n’est pas de la compromission, mais de la stratégie»

Le secrétaire général de la fédération du Front populaire ivoirien (FPI) à Agboville, Boka Serges Edgar, a déclaré, mardi, que le président dudit parti, Pascal Affi N’Guessan, ne fait nullement preuve de compromission dans sa bataille qu’il mène avec le pouvoir, mais agit plutôt “par stratégie”.

“Que nos militants comprennent qu’il nous faut aujourd’hui instaurer un minimum de confiance avec les gouvernants et ne jamais cesser de discuter avec eux”, a dit Boka Edgard, lors d’un entretien avec la presse.

Le fédéral FPI rendait compte de l’assemblée générale extraordinaire de la fédération d’Agboville tenue samedi.

“Arrêtez de vous alarmer”, a-t-il exhorté, avant d’assurer que les actions et actes que pose actuellement le président Affi vont dans le même sens que ceux préconisés par le Président Laurent Gbagbo lorsqu’il disait : “optez pour la transition pacifique à la démocratie”.

Concernant l’entrée du FPI à la Commission électorale indépendante (CEI), Boka Edgard a indiqué que la décision d’Affi N’Guessan repose sur l’”engagement” du gouvernement de constituer une “CEI consensuelle”.

“S’il ne respecte pas leur engagement, alors toute la communauté internationale aura constaté que la mauvaise foi n’est pas dans le camp du FPI”, a-t-il fait savoir.
Selon lui, son parti doit être présent dans une CEI de consensus, vu que l’assurance en a été donnée par le gouvernement.

“C’est un premier pas”, a dit le fédéral du FPI, avant de noter que “nous avons fait nos propositions et nous attendons la suite”.

Il a insisté sur la nécessité de “rétablir les faits” et assuré qu’Affi N’Guessan ne s’est pas écarté des textes du parti et n’a opéré aucun changement en dehors des textes qui donnent pouvoir au président du parti de revoir son bureau quand il en éprouve le besoin.

Un appel a été lancé par Boka Edgard qui encourage tous les militants sur toute l’étendue du territoire national à maintenir la cohésion au sein du FPI, afin de gagner les futurs défis.

Affi N’Guessan avait remanié son équipe le 14 juillet. Cette décision avait entrainé de profondes dissensions au sein de ce parti, avant qu’une médiation conduite par l’ancien gouverneur de la BCEAO, Philippe-Henri Dacoury-Tabley, ne parvienne à ramener la quiétude au sein de la famille FPI, lors d’une réunion qui s’est tenue le 14 août.

Source: AIP

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.