Le FPI et ses alliés réclament un bureau ‘’consensuel” de la CEI et la ‘’refonte” de l’armée. Affi N’Guessan «La Côte d’Ivoire n’a pas “une armée véritablement républicaine”» | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Le FPI et ses alliés réclament un bureau ‘'consensuel'' de la CEI et la ‘'refonte'' de l'armée. Affi N’Guessan «La Côte d’Ivoire n’a pas "une armée véritablement républicaine"»
Le FPI et ses alliés réclament un bureau ‘’consensuel” de la CEI et la ‘’refonte” de l’armée. Affi N’Guessan «La Côte d’Ivoire n’a pas “une armée véritablement républicaine”»

Le FPI et ses alliés réclament un bureau ‘’consensuel” de la CEI et la ‘’refonte” de l’armée. Affi N’Guessan «La Côte d’Ivoire n’a pas “une armée véritablement républicaine”»

Le Président du Front populaire ivoirien (FPI) Pascal Affi N’guessan et une délégation de l’Alliance des forces démocratique (AFD) ont exprimé, lundi à Daoukro (Centre-Est) leurs préoccupations au Président Henri Konan Bédié, réclamant entre autres, un bureau ‘’consensuel’’ de la Commission électorale indépendante(CEI) et la ‘’refonte’’ de l’armée, a appris APA, de source proche de la rencontre.

L’opposition pro-Gbagbo regroupée au sein de l’Alliance des forces démocratiques (le FPI et 11 autres partis politiques) en lobbying de ‘’sensibilisation” du président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédié, grand allié du Chef de l’Etat, Alassane Ouattara est rentrée de Daoukro avec le sentiment d’être ‘’ entendue” par M. Bédié.

Les échanges, selon une source participante jointe par APA, ont tourné autour des ‘’principales ‘’ revendications ‘’ toujours exprimées” par le FPI et ses alliés.

‘’ Il s’agissait pour nous de demander au Président Bédié d’user de son poids pour matérialiser l’accord de principe obtenu lors de la dernière rencontre avec le Ministre d’Etat Hamed Bakayoko”, a indiqué la source.

Cet accord qui a abouti à l’entrée au forceps du FPI et de ses alliés à la CEI renferme, notamment, la mise en place d’un bureau ‘’consensuel” de la Commission électorale, les questions ‘’sécuritaires” pour des élections, la ‘’libération” des cadres de l’opposition ainsi que le ‘’financement” des partis politiques, le ‘’dégel” total des avoirs de certaines personnalités de l’opposition et la ‘’nationalité” par déclaration.

Affi N’guessan et ses alliés ont fait remarquer au Président Bédié la présence des Dozos (chasseurs traditionnels) en armes et un nombre trop élevé de ‘’ FRCI dehors”, toutes choses qui sont de nature à faire peser des ‘’menaces” sur le déroulement des élections, dans ces conditions. Aussi l’opposition pro-Gbagbo réclame une ‘’ refonte” de l’armée avant les ‘’élections” à venir.

‘’Pour nous, l’acquisition de la nationalité par déclaration ouvrant le pays à toute sorte d’aventure, nous sollicitons une révision de cette loi”, a souligné la source.

Sur toutes ces préoccupations, le Président Bédié qui a prêté une oreille ‘’attentive” a promis de rencontrer Affi N’guessan et ses amis à la ‘’mi-septembre” au terme du ‘’dialogue politique” qu’il a engagé avec le Chef de l’Etat, Alassane Ouattara avec lequel il aura des ‘’discussions sur l’ensemble des points” soulevés par l’AFD.

HS/ls/APA

Source : APA
—————————————————————-
Affi N’Guessan: La Côte d’Ivoire n’a pas “une armée véritablement républicaine” pour garantir des “élections apaisées” en 2015

Le président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan, a estimé, lundi à Daoukro, que la Côte d’Ivoire ne dispose pas à ce jour d’une “armée véritablement républicaine” pour assurer des élections paisibles en 2015.

” Il y a aussi la question de la sécurité de façon générale. Avec la reforme de l’armée qui n’est pas une réalité à l’heure actuelle et qui ne permet pas de s’assurer que la Côte d’Ivoire dispose aujourd’hui d’une armée véritablement républicaine sur laquelle on peut compter pour les élections de 2015″, a déclaré Affi N’Guessan, à l’issue d’une rencontre avec le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédié.

Selon le président du FPI qui conduisait une délégation de l’Alliance des forces démocratiques (AFD), cette visite à M. Bédié participe d’une “campagne de communication, de lobbying entreprise par l’Alliance depuis plusieurs mois, par rapport à la situation politique nationale, au dialogue politique national, mais de façon particulière, à la mise en place de la nouvelle Commission électorale indépendante (CEI)”.

Il a souhaité que la police et la gendarmerie retrouvent leur place régalienne dans la gestion de la sécurité nationale.

ik/kkp/tm

Source : AIP

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.