LE GABON PORTE PLAINTE APRÈS DES ACCUSATIONS À L’ENCONTRE D’ALI BONGO

LE GABON PORTE PLAINTE APRÈS DES ACCUSATIONS À L’ENCONTRE D’ALI BONGO

Le Gabon a décidé d’attaquer le journaliste Pierre Péan après les accusations portées par ce dernier à l’encontre d’Ali Bongo.

C’est un livre français qui provoque le scandale bien au delà des frontières de l’Hexagone puisqu’il éclabousse la famille Bongo. Nouvelles Affaires africaines, du journaliste Pierre Péan, prétend révéler plusieurs secrets de la famille qui dirige le pays depuis des années et le moins que l’on puisse dire c’est que l’auteur de l’ouvrage n’est pas tendre. Il prétend notamment qu’ Ali Bongo serait un enfant adopté et apporte une série d’allégations très graves pour le pouvoir gabonais. En plus de la parenté qui est mise en doute, puisque Péan affirme que le président est un enfant du Biafra , il est fait état d’assassinats d’opposants politiques, de fraudes à grande échelle lors des élections mais aussi de la fabrication de faux diplômes pour tenter de masquer « l’illégitimité » d’Ali Bongo. Ces accusations auraient pu passer inaperçues si Pierre Péan n’avait pas lui même travaillé pour Omar Bongo. Il connaît en effet très bien le Gabon et a plusieurs fois été mis dans la confidence.

Face au journaliste la famille du chef de l’Etat a décidé de répliquer puisque le livre commence à faire grand bruit et les autorités ont désormais peur que les accusations de Péan servent d’outil politique aux opposant de Bongo. En effet selon la Constitution du pays, seules les personnes nées sur le territoire gabonais peuvent prétendre à la présidence, hors selon l’ouvrage, cela signifierait qu’Ali Bongo ne serait pas légitime à la tête de l’Etat. Conséquence inattendue, c’est Pascaline Bongo Ondimba qui est montée au créneau pour défendre la famille et son frère. Pourtant depuis plusieurs années elle s’est souvent opposée à Ali Bongo ce qui donne d’autant plus de poids à sa riposte.

Plusieurs plaintes ont été déposées

Face aux accusations, Ali Bongo a déposé plusieurs plaintes via le cabinet de Patrick Maisonneuve. Le pouvoir tente ainsi d’éteindre l’incendie déclenché car d’autres « secrets » pourraient également être prochainement révélés. Pierre Péan de son côté n’a visiblement pas l’intention de riposter et répondra aux plaintes déposées lorsque la justice le convoquera. Pascaline Bongo Ondimba, a, quant à elle, demandé au journaliste d’apporter des preuves aux propos qu’il avance sans pour autant avoir de répondre favorable de ce dernier.

Dans la stratégie de décrédibilisation de Péan qui est faite, un document a fait son apparition ces derniers jours. Il s’agit d’un contrat dans lequel le très médiatique et controversé, Ziad Takieddine s’engagerait à empêcher la parution du livre en échange de la somme de 10 millions d’euros. Ce fameux contrat, publié par Mediapart, n’a cependant été signé par personne ce qui en fait un document sans aucune valeur juridique mais qui sème tout de même le doute.

Il n’en reste pas moins qu’à ce jour les autorités gabonaises accusent Pierre Péan d’être partie prenante du « contrat » et d’avoir tenté de récupérer de l’argent sur le dos du pays. De son côté le journaliste accuse Libreville de tenter de le discréditer pour cacher la vérité. Une chose est certaine, la guerre entre la famille Bongo et Péan ne fait que commencer.

Source : Afriqueinside

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.