Le journaliste américain Glenn Greenwald prend la défense de Dieudonné

Le journaliste américain Glenn Greenwald prend la défense de Dieudonné

C’est d’abord un message posté sur Twitter qui retient l’attention. Le journaliste américain Glenn Greenwald, connu pour avoir publié les révélations d’Edward Snowden, tweete une image « #JeSuisDieudonné », avec ces quelques lignes : « J’attends que tous les défenseurs de la liberté d’expression en Occident postent ceci en signe de solidarité. »

Après avoir posté (puis retiré) sur sa page Facebook un message se terminant par « Je me sens Charlie Coulibaly », en référence au terroriste auteur de la prise d’otages de Vincennes et du meurtre d’une policière à Montrouge, Dieudonné a été placé en garde à vue dans le cadre d’une enquête pour « apologie du terrorisme ».

Dans le même temps, plusieurs condamnations ont été prononcées envers des personnes ayant signifié leur sympathie pour les actes perpétrés par les frères Kouachi et par Coulibaly. Ainsi, un multirécidiviste de 34 ans, en état d’ivresse au moment des faits, a été condamné à quatre ans de prison pour avoir dit à des policiers : « Les terroristes ont bien fait de vous buter à Paris. »

Dans le cas de Dieudonné, ses soutiens – encore nombreux et actifs sur Internet, malgré les hoquets de ces derniers mois – font des parallèles osés entre l’humour de Charlie Hebdo et celui du comparse d’Alain Soral.

L’« arnaque » de la marche républicaine

Dans une veine libertarienne, Glenn Greenwald prend donc la défense du polémiste, dans un long billet posté sur son site The Intercept. Il va jusqu’à qualifier d’« arnaque » les rassemblements en défense de la liberté d’expression de ces derniers jours : « Depuis [ces marches], la France aurait ouvert 54 dossiers criminels pour approbation du terrorisme. »

Lui estime que :

« La liberté d’expression, dans les mains de beaucoup d’Occidentaux signifie en réalité : “Il est vital que les idées que j’aime soient protégées et que le droit de s’en prendre aux groupes que je n’aime pas soit préservé. Tout le reste est une cible légitime.” »

Greenwald qualifie bien les vues de Dieudonné de « nocives », mais les compare aussitôt aux caricatures publiées par Charlie Hebdo. Il moque ensuite les médias occidentaux, qui, selon lui, n’oseront jamais prendre la défense de Dieudonné, même lorsque la liberté d’expression est « clairement » malmenée par son arrestation :

« C’est parce que les rassemblements de la semaine dernière à la mémoire des dessinateurs de l’hebdo (bien au-delà du deuil de leur meurtre injuste et horrible) étaient au moins autant en approbation de leurs messages antimusulmans que de la liberté d’expression évoquée pour porter ces messages. »

Contre toute loi anti-liberté d’expression

Mais Greenwald va encore plus loin en suggérant que le discours « les-pays-occidentaux-comme-la-France-ont-tellement-violenté-les-musulmans-dans-leurs-propres-pays-que-je-crois-maintenant-qu’on-peut-justifier-le-fait-de-violenter-la-France-pour-arrêter-cela » ne devrait pas être poursuivi pénalement. Il se prononce ensuite contre toute loi qui pourrait atteindre à la liberté d’expression sous prétexte de limiter les propos haineux.

Et il conclut (toujours ma traduction) :

« Mais c’est précisément le but, et l’effet, de ces lois qui criminalisent certaines idées : de codifier un système où les vues appréciées par les porteurs de la loi sont sanctifiées et les groupes auxquels ils appartiennent sont protégés.

Les vues et les groupes qu’ils n’aiment pas – et seulement ceux-ci – sont des cibles légitimes pour l’oppression et la dégradation. »

Source: rue89.nouvelobs.com

 

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE