Le militant anti-franc CFA Kémi Séba expulsé du Sénégal pour «menace grave à l’ordre public»

L’entourage de l’activiste de la cause noire Kémi Séba a fait savoir que ce dernier était en voie d’expulsion vers la France. Il a été arrêté au Sénégal, où il avait déjà été interpellé puis relaxé après avoir brûlé un billet lors d’une protestation.

«Le gouvernement de la République du Sénégal a prononcé une mesure d’expulsion du territoire national sénégalais à l’encontre du ressortissant franco-béninois Stélio Gilles Robert Capo Chichi, alias Kémi Séba [dont] la présence sur le territoire national constitue une menace grave pour l’ordre public», a fait savoir le ministère sénégalais de l’Intérieur dans un communiqué du 6 août cité par l’AFP.

Le 25 août, le militant panafricaniste avait été placé en détention préventive pour avoir brûlé un billet de 5 000 francs CFA (7,6 euros) lors d’une manifestation contre la «Françafrique» le 19 août. Poursuivi par la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO), il avait finalement été relaxé le 29 août.

«Son expulsion a été prononcée pour devenir immédiatement exécutoire. [Il] sera mis en route, ce jour, vers son lieu de provenance», peut-on encore lire, sans pour autant savoir de quel pays il s’agit.

Le ministère a jugé que l’activiste s’était fait remarquer par des «propos désobligeants» visant des chefs d’Etat et des dirigeants africains et a pris cette décision afin d’éviter que la présence sur le sol sénégalais de Kémi Séba n’occasionne «des actions préjudiciables à l’ordre public en appelant à des rassemblements intempestifs sur la voie publique».

«La déportation ne restera pas impunie»

L’un des avocats du militant, Khouraissi Bâ, a confirmé à l’AFP qu’il avait été renvoyé vers la France. Il a dénoncé une «expulsion illégale» et annoncé un recours contre cette décision.

Selon un communiqué publié sur la page Facebook de l’activiste de la cause noire, Kémi Séba aurait été arrêté en début d’après-midi à son domicile de Dakar et se serait vu notifier une expulsion du territoire sénégalais vers la France.

Le communiqué promet, sur un ton menaçant, que la «déportation de Kémi Seba sous l’injonction de la France ne restera pas impunie».

En France, Kémi Séba avait été le dirigeant de la Tribu Ka, un groupuscule dissout en 2006 pour antisémitisme et incitation à la haine raciale.

Source: Russia Today

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE