Le ministre burkinabè Alpha Barry à propos de la naturalisation ivoirienne de Compaoré: «Quelqu’un qui a été chef d’État, qui a été un officier dans un pays, changer de nationalité de cette manière, ça pose un problème»

Le ministre burkinabè Alpha Barry à propos de la naturalisation ivoirienne de Compaoré: «Quelqu’un qui a été chef d’État, qui a été un officier dans un pays, changer de nationalité de cette manière, ça pose un problème»

La naturalisation ivoirienne du président déchu Blaise Compaoré ”pose des problèmes” estime le chef de la diplomatie burkinabè Alpha Barry, estimant qu’il ”devrait rentrer et répondre à la justice”.

”Quelqu’un qui a été chef d’État, qui a été un officier dans un pays, changer de nationalité de cette manière, ça pose un problème. (…) pour quelqu’un qui a été chef d’État, qui a incarné le pays pendant de longues années (27 ans, ndlr), le faire de cette manière pose des problèmes . Il devrait pouvoir rentrer et répondre à la justice”, a déclaré le ministre des Affaires étrangères au cours d’un entretien radiophonique.

”Même si (…) on peut penser qu’il a le droit vu que son épouse est ivoirienne ça pose problème. Maintenant sur le pourquoi de cette décision, je pourrais mieux répondre quand j’aurai des discussions avec nos amis et partenaires ivoiriens”, a précisé M. Barry.

Évoquant le mandat d’arrêt international lancé contre le président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro, dans l’affaire du putsch manqué, le chef de la diplomatie a estimé que cela était nécessaire dans le nouveau contexte du pays.

”C’est parce que le Burkina est dans un contexte particulier qu’il faut privilégier la diplomatie, qu’il faut expliquer à nos partenaires quel est le contexte dans lequel nous vivons”, a-t-il déclaré.

”Sous la transition, il ya eu les états généraux de la justice, les textes règlementant la Justice ont été changés, il ya également contexte politique et post insurrectionnel. Si on ne discute pas avec nos amis ivoiriens, comment vont-ils comprendre quels sont nos limites”, a-t-il poursuivi.

”Il faudra leur expliquer tout cela, sinon, il n’est pas facile pour un chef d’État étranger de voir qu’un mandat d’arrêt a été lancé contre une personnalité de ses rangs comme Guillaume Soro et dire à ce chef d’État comme cela que le mandat d’arrêt a été lancé et que le gouvernement n’a pas été informé et n’a rien à voir et que c’est purement une affaire de justice”, a soutenu M. Barry.

Selon lui, il est donc opportun d’aller expliquer dans quel contexte se trouve le Burkina pour qu’il puisse vous comprendre et se rendre compte que le gouvernement n’a pas une marche de manœuvre et que la Justice est indépendante dans ce pays.

Les présidents Ivoirien et Burkinabé ont convenu de régler par voie diplomatiques les mandats d’arrêts lancés contre des personnes se trouvant en Côte d’Ivoire.

Cela avait conduit à l’arrestation en Côte d’Ivoire et à l’extradition vers le Burkina de l’adjudant chef Moussa Nébié alias ”’Rambo”, un des exécutants du putsch manqué et deux civils.

Le ministre des Affaires étrangères avait ensuite effectué un voyage officiel à Abidjan pour témoigner la reconnaissance du peuple burkinabé et de ses autorités au président Allasane Dramane Ouattara.

Boa

Source: Koaci.com

About Tjefin

One comment

  1. Les médias le disent,mais le doute demeure.Toutefois,si Dramane Wattra a donné la nationalité à Blaise Compaoré, c’est dire que Dramane Wattra est 1)un vrai crapule,2)un Voltaïque,3)un Burkinabe et 4)derrière le coup d’état de Diendere!Ce qui est certain,le nabot général Bakayoko étant bien impliqué pour ses conseils à Diendere,il est à conclure que la collusion est nette et fracassante pour établir la responsabilité de Dramane Wattra le criminel de Ouaga régisseur de prisons ivoiriennes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.