Le Nigeria et la Côte d’Ivoire « sont probablement les deux pays les plus préoccupants » en Afrique de l’Ouest en 2015, estime l’Open Society

Le Nigeria et la Côte d’Ivoire « sont probablement les deux pays les plus préoccupants » en Afrique de l’Ouest en 2015, estime l’Open Society

Le Nigeria et la Côte d’Ivoire « sont probablement les deux pays les plus préoccupants » en Afrique de l’Ouest en 2015, alors que plusieurs pays de la sous- région organiseront des consultations électorales, estime l’Open Society initiative for west Africa (Osiwa), organisation créée en 2000.

Pour l’Osiwa dont le siège est à Dakar, 2015 est en passe de devenir une année historique dans l’évolution du paysage politique de la région.

« Nous sommes très inquiets de ce que les élections de 2015 soient émaillées de violence, parce que beaucoup de ces pays sont en phases post-crise », a indiqué Mathias Hounkpè, responsable du programme de gouvernance politique à l’Osiwa, cité par le communiqué reçu vendredi à Cotonou.

« Dans certains pays comme le Bénin et le Nigeria, ces scrutins se tiennent dans un environnement de forte tension et d’insécurité, tandis que d’autres comme la Guinée et la Côte d’Ivoire ont encore du mal à consolider leurs démocraties post-conflit », a-t-il ajouté.

« Le Nigeria a la plus grande économie du continent, ce qui signifie que toute perturbation dans ce pays nous affecte tous. Ce facteur combiné au cas Boko Haram et à la +troisième+ candidature présidentielle de Goodluck Jonathan en font déjà un environnement électoral risqué. Pour ce qui est de la Côte d’Ivoire, tout peut y arriver. Sa position géographique charnière entre des pays très fragiles de l’Union du fleuve Mano (composée de Sierra Leone, Liberia, Guinée, Côte d’Ivoire, ndlr) signifie que nous devons examiner de près les risques de résurgence de la violence », a-t-il souligné.

Selon l’Osiwa, les principaux décideurs régionaux et internationaux ont commencé à jeter les bases d’un plan d’ intervention efficace pour faire face aux défis et risques électoraux au Nigeria, au Togo, au Bénin, en Côte d’Ivoire, en Guinée et au Burkina Faso, où les citoyens seront aux urnes en 2015 pour des consultations électorales.

Une réunion devait être organisée vendredi à Dakar par l’ Institut d’études de sécurité (Iss), l’International Crisis Group et l’Osiwa pour évaluer les menaces spécifiques liées aux processus électoraux dans les six pays. F

Source: Xinhua

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.