Le phénomène des « Microbes »: Une gangrène pour le régime Ouattara !

Le phénomène des « Microbes »: Une gangrène pour le régime Ouattara !

Le phénomène des microbes, on en parle depuis quelque temps dans les journaux, à la télé, ou encore à la radio. Mais cela semble être un dossier très pesant pour les pouvoirs publics et pour l’armée elle-même. Pourtant la horde de petites crapules continue de dicter sa funeste loi.

Comme le dit un adage « Petit à petit l’oiseau fait son nid ». Voici maintenant quelque temps que le phénomène des microbes fait couler beaucoup d’encres et de salives. Ces microbes, l’on ne le dira jamais assez ont fait et continuent de faire des victimes un peu partout dans la capitale Abidjanaise. Malheureusement, cela ne semble pas intéresser le moindre du monde les décideurs ou du moins minimisent la chose.

Pourquoi l’armée ivoirienne dont la population est si fière doit se faire dicter la loi par une horde de petits voyous ? Quel âge ont-ils, 08 ans, 10 ans ou encore 12 ans ou peut-être un peu plus ? Si l’on ne peut pas tuer la larve pendant qu’il est encore temps que pourrons-nous donc faire lorsque la larve se serait transformée en un vilain petit monstre ?  Pourquoi ces enfants qui ne connaissent aucune stratégie militaire, encore moins les techniques d’élaboration de plans, usent et rusent avec notre armée que nous aimons temps ? Doit-on légitimer des groupes d’autodéfense dans les quartiers comme : Abobo, Adjamé, Attécoubé, Yopougon ou Williamsville ?

Selon certaines indiscrétions, ces petits monstres qui risquent plus tard de se transformer en os dans la gorge du gouvernement actuel se retrouvent très souvent dans ces quartiers où ils opèrent sans être inquiétés le moindre du monde. Nos dirigeants connaissent-ils l’origine de ces asticots dont la barbarie est digne d’une époque où l’intelligentsia ne cohabitait nullement avec les esprits des humains?  On nous dira que plus de 122 des leurs ont été arrêtés. Mais laissez- moi vous dire que ces 122 ne représentent qu’une goutte d’eau dans la mer. D’ailleurs, comme pour défier les autorités après la mise aux arrêts de ces rejetons de la société, ces derniers ont récidivé de plus bel dans la commune de yopongon. N’épargnant aucune personne sur leur chemin. En effet, au matin du dimanche dernier, les habitants de Yopougon ont été surpris, enfin ceux qui ont eu la chance de ne pas vivre l’enfer, d’apprendre qu’une véritable patrouille, digne d’un ratissage, a été menée par ces gamins sans foi ni loi connus sous le nom de « microbes » dans leur commune, la veille à 22h.

Cette véritable razzia a été opérée du terminus du bus 47, à la Sogefia en passant par la PMI jusqu’à la pharmacie phénix, au Banco II. Les « microbes » ont infecté toutes les personnes qui ont eu le malheur de croiser leur chemin. Dépouillant littéralement hommes, femmes et enfants mais aussi les commerces qui se trouvent dans ce rayon. Avec la prolifération des zones criminogènes des “microbes” dans le District d’Abidjan les populations commencent de plus en plus à se plaindre du manque de réaction des forces publiques devant ce gangstérisme.

Alors questions, comment se fait-il que la CCDO qui patrouille toute la journée et la nuit dans les ruelles de nos communes ne soit jamais là quand il faut au moment où il faut, pendant que cette nouvelle race de croque mort opère leur sale besogne? Faut-il que ces enfants opèrent chez l’un des gradés ou chez une personnalité du pays, avant que les taureaux ne soient pris par les cornes ? Tout porte à croire que nous sommes en train de fabriquer de toutes pièces de véritables montres susceptibles du pire demain.
Souvenons-nous des « Zinzins et bahefouet » qui avaient profité d’un mouvement d’humeur pour faire un coup d’état le 24 décembre 1999. Juste parce qu’ils réclamaient des primes de guerre. Ce que l’on avait minimisé plutôt était devenu en l’espace de quelques heures une gangrène difficile à gérer. Alors prudence !

D’ici quelques années, que deviendront les microbes qui semblent de plus en plus devenir une gangrène pour notre société ? Ces délinquants deviendront de fins stratèges en vol, assassinat et autres mercenariats au fil des jours. Ils auront eu le temps nécessaire d’acquérir des armes de guerre à la place des coupe-coupe et autres gourdins, de prendre de l’assurance après avoir acquis de l’expérience dans le crime.

Comme l’a si bien dit André Silver Konan, Journaliste-écrivain dans un article : « D’ici trois ans, ces adolescents que nous tolérons dans les rues d’Abidjan, avec leurs couteaux et leurs gourdins, s’introduiront dans nos domiciles de Yamoussoukro et de Korhogo avec des kalach, arracheront des voitures à Bouaké avec des pistolets, casseront des banques à Man, en démantelant le système de surveillance électronique, bref, ils seront notre pire cauchemar. Alors je répète: attention, si les forces régaliennes continuent d’être complaisantes, ces petits microbes deviendront de grands virus. Et ils seront pires qu’Ebola. Qui vivra verra ! ». Tout est si bien dit. Alors ; ne minimisons pas le mal actuel qui peut devenir le pire cauchemar de demain.

Franck Hamylton

Source: Laregionale.com

About admin

One comment

  1. Cher ami Hamilton laisse tomber affaire de Zinzins et Bahefouet ce n´était qu´une couverture sinon que tous savons qui était derrière le coup d´état de decembre 1999.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.