Le premier Ministre du Burkina engage son gouvernement à choisir en premier les produits alimentaires locaux !

Le premier Ministre du Burkina engage son gouvernement à choisir en premier les produits alimentaires locaux !

Monsieur le premier Ministre vous êtes invité au Restaurant Atypique de Koudougou !

Un ami journaliste m’a envoyé il y a deux jours une information en provenance de l’AIB (Agence d’Information du Burkina). C’est ainsi que j’ai appris que «  le gouvernement burkinabè ordonne aux services publics de prioriser les produits alimentaires locaux. »

Le gouvernement burkinabè a ordonné à «titre conservatoire et temporaire», la priorité pour l’administration publique de consommer les produits alimentaires locaux, afin de faire face aux difficultés d’écoulement.

Les structures publiques burkinabè consommatrices de produits alimentaires, ont désormais l’obligation «d’enlever en priorité ceux d’origine locale avant tout acte d’achat de produit similaire importé».

Les services publics sont également tenus d’intégrer les mets locaux dans les menus des pauses-cafés, des pauses-déjeuners, des diners galas et des diners débats.

C’est une bonne nouvelle !

Surtout que le premier ministre a ajouté: « Paul Kaba Thiéba a recommandé à ses ministres, d’accompagner ces opérations, d’une large campagne de communication qui mettra l’accent sur l’intérêt de la consommation des produits alimentaires locaux pour l’économie nationale. »

C’est donc une très bonne nouvelle ! Sauf que…

Sauf que je viens d’entendre à la radio « Il y a 50 ans, on disait déjà : nous irons sur mars dans 20 ans ! »

Sauf que cela fait plus de 50 ans que le Burkina Faso est indépendant et qu’il n’y a toujours pas de véritable « politique agricole et alimentaire ! »

Sauf que cela fait plus de 30 ans que le président Sankara disait : « Consommons burkinabè et produisons ce que nous voulons consommer. »

Cela fait plus de 20 ans que le mouvement paysan mondial, Via Campesina, a proposé au premier sommet mondial de l’alimentation (à Rome, en 1996) de reconnaître que la meilleure voie pour atteindre la sécurité alimentaire au niveau mondial est de respecter « la souveraineté alimentaire » de chaque pays (ou ensemble de pays). Là encore il s’agit de privilégier la consommation des produits alimentaires locaux pour l’économie nationale.»

Cela fait plus de 5 ans (à la remise de la première édition du Koudou du Burkina – lire : http://www.abcburkina.net/fr/nos-dossiers/vu-au-sud-vu-du-sud/850-437-ouagadougou-a-vu-la-premiere-edition-des-lnkoudou-du-fasonr ) que Monsieur Patiendé Arthur Kafando, Ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat a engagé publiquement tout le gouvernement avec lui, en disant :

“Là où les pays développés sont passés pour se développer, nous devons aussi y passer:

produire, transformer, valoriser et consommer ce qu’on produit.
C’est pourquoi la promotion des produits locaux sera un axe fort de la politique du Faso”.

J’ajoutais ce commentaire : « C’est fondamental ! Aux paysans, aux transformateurs et aux consommateurs avertis de veiller à ce que cet engagement passe dans la réalité. »

Aujourd’hui mon commentaire va dans le même sens. Veillons à ce que l’engagement du gouvernement actuel ne reste pas « lettre morte ».

J’ajouterais que je n’ai pas de raison de douter de la sincérité du Premier Ministre et de son gouvernement. Mais aussi que j’aurais encore beaucoup à partager avec eux. Aussi, j’invite Monsieur le Premier Ministre, le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation et le Ministre du Commerce à partager un repas au Restaurant Atypique de Koudougou.

Vous n’y trouverez que des plats préparés à partir de produits locaux : tô, riz « Grains d’Or » (riz étuvé du Sourou, riz gras ou riz sauce), couscous de fonio (fonio précuit de la région de Nouna), foutou d’igname, placali, dégué, gapal, yahourt (tous ces produits laitiers sont fabriqués à Koudougou à partir du lait fourni par les vaches des environs, et pas à partir de lait en poudre importé…). Vous pourrez y découvrir le jus de maïs (recette mexicaine, mais maïs local). Même vos assiettes seront garanties burkinabè (fabriquées par les femmes de Tcheriba).

«Oui,Monsier le premier Ministre,vous êtes invité au Restaurant Atypypiques de Koudougou!»

Koudougou,le 27 Janvier 2017

Maurice Oudet

Président de SEDELAN

Source: abcburkina.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE